S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Grégoire Samson

Céréales : Retour aux fondamentaux

Jusqu’à présent, la campagne de commercialisation mondiale de céréales de l’Union européenne n’essuie aucun écueil. Mais les places de marchés restent en alerte permanente. Le conflit russo-ukrainien et ses nombreux rebondissements et la flambée des prix des engrais et de l’énergie restent des sujets d’actualité. Des températures caniculaires en Argentine et le de Nina au Brésil compromettent les prochaines récoltes de maïs.

A mi-campagne, la Commission européenne a dressé un premier panorama des sept premiers mois de la campagne d’exportations de céréales 2021-2022. Au 30 janvier dernier, 16,6 millions de tonnes de blé (Mt) ont été expédiées vers les pays tiers. La moitié des quantités de blé exportée a été expédiée de France et de Roumanie à parts égales.

L’Algérie, l’Egypte, la Chine, le Nigéria et la Corée du sud sont les cinq principaux pays destinataires. Toutefois, l’Algérie a importé moins de bé que l’an passé (2,5 Mt ; -800 00 t). Le pays s’approvisionne massivement en Russie.

L’Union européenne a fait une percée remarquable sur le marché égyptien : 1,6 Mt de blé a été vendue, soit 1,33 Mt de plus que la campagne passée. Cette performance reflète la très bonne compétitivité de la céréale européenne.

D’ici la fin de la campagne, l’Union européenne devrait avoir vendu près de 34 Mt, selon le Conseil International des céréales (CIC).

Au cours des sept premiers de campagne, 5 Mt d’orges et 368 000 tonnes de blé dur ont aussi été exportées.

Maïs : l’UE importatrice à l’ouest, exportatrice à l’est

La Chine, l’Arabie saoudite, la Turquie, la Jordanie et l’Algérie sont les cinq pays principaux importateurs d’orges européennes. L’empire du milieu en a déjà acheté encore bien plus que l’an passé (2 Mt, + 0,3 t sur un an). L’orge européenne a séduit  la Jordanie et la Turquie. A contrario, l’Arabie saoudite (550 000 t) se détourne du marché européen. Le royaume a acheté 650 000 t d’orges de moins que l’an passé.

Pour le blé dur, la Turquie, le Nigéria et la Mauritanie sont les trois principaux pays clients de l’Union européenne avec des ventes en nette progression.

L’Espagne et les Pays-Bas rendent l’Union européenne importatrice nette de maïs mais dans de moindres proportions que par le passé. Sur les 9 Mt importées, 4,8 Mt proviennent d’Ukraine et 3,2 Mt du Brésil. Mais depuis les côtes de la Mer Noire, la Roumanie a pour sa part exporté 2,4 Mt de maïs et la Bulgarie, 330 00 t vers les pays tiers.

Au cours des prochaines semaines, les chargés de marchés redoutent les bruits de botte à la frontière entre la Russie et l’Ukraine et un blocage du trafic maritime dans la Mer Noire.

La situation dans l’hémisphère sud offre néanmoins quelques moments de répit. En Argentine, 22 Mt ont été récoltées, soit 5 Mt de plus que l’an passé (17 Mt en 2021). Les quantités de blé disponibles à l’export sont estimées à 14,7 Mt. Mais la récolte, à peine terminée, 13,1 Mt de licences d’exportations ont été délivrées, soit 90 % du quota fixé par le gouvernement (14,5 Mt).

Campagne 2022-2023 dans le viseur

Les prévisions de productions mondiales de blé et de maïs sont très fragiles et susceptibles d’être revues à tout moment.

Sur la base des surfaces emblavées, le CIC table sur une production mondiale de blé de 792 Mt en 2022-2023. Elle est juste suffisante pour couvrir les besoins de la planète.

Toutefois, Nathan Cordier, analyste céréalier à Agritel n’exclut pas une production mondiale de blé déficitaire de 8 à 10 Mt. Le 27 janvier dernier, il participait au colloque Paris grain day organisé par Agritel.

Les producteurs des principaux pays exportateurs de blé pourraient être tentés de renoncer à épandre autant d’engrais que l’an passé pour ne pas produire à perte alors que les prix sont élevés.

A la fin du mois de décembre, les prix des intrants étaient supérieurs de 24 % à leur niveau de l’an passé, selon le service de statistiques du ministère de l’Agriculture (Agreste). Mais ceux des engrais et de l’énergie ont progressé de 79 % et de 39 % en un an. Or les cours des céréales n’ont entre temps augmenté que de 37 %.

Autre facteur de volatilité et d’incertitudes sur les marchés céréaliers, la taxation des exportations russes de céréales.

« La Russie continuera à les taxer pour alimenter son budget, affirme Christina Serebryakova, courtier et chef de département à Astria Broker. Et cette taxe pénalisera fortement les céréaliers ». Christina Serebryakova intervenait durant le colloque Paris grain day.

Mais selon le site russe Sevecon.ru, Vladimir Kashin, député de la Douma plaide pour une révision des règles de calcul pour prendre en compte la hausse des coûts de production. Actuellement, chaque tonne de blé vendue plus de 200 dollars est taxée. Le montant du prélèvement est égal à 70 % de l’écart de prix entre celui du contrat et le prix de référence de 200 dollars. Cette semaine, la taxe est fixée à 93,9 dollars par tonne.

La campagne de maïs sur la sellette

Pour le maïs, une partie de la campagne 2021-2022 se joue dans les trois prochains mois. Au Brésil, les trois quarts de la production de la céréale repose sur la Safrina, cultivée en seconde culture.

L’USDA table sur des productions record de 175 Mt mais la Nina surgit de nouveau au Brésil. En Argentine, les conditions de cultures se sont détériorées. La température caniculaire aux mois de décembre et janvier derniers a fortement altéré les plantations de maïs alors en pleine floraison. Selon la bourse de Rosario, la production argentine de maïs serait de 48 Mt, soit 10 Mt de moins qu’encore escompté un mois auparavant. Le gouvernement argentin pourrait alors être tenté de protéger son marché intérieur.

Autrement dit, moins de maïs sera alors disponible à l’export dans le monde durant la seconde partie de la campagne alors que le blocage du commerce maritime dans la Mer Noire reste une hypothèse plausible si le conflit russo-ukrainien s’envenime. Aucun pays n’est réellement en mesure de prendre le relais des pays défectueux.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2020 R2021
05/06/2020 184  
12/06/2020 179  
19/06/2020 177  
26/06/2020 175  
03/07/2020 180  
10/07/2020 189  
17/07/2020 187  
24/07/2020 184  
31/07/2020 184  
07/08/2020 183  
14/08/2020 182  
21/08/2020 181  
28/08/2020 186  
04/09/2020 186  
11/09/2020 189  
18/09/2020 190  
25/09/2020 191  
02/10/2020 195  
09/10/2020 196  
16/10/2020 204  
23/10/2020 204  
30/10/2020 201  
06/11/2020 205  
13/11/2020 208  
20/11/2020 208  
27/11/2020 209  
04/12/2020 202,81  
11/12/2020 206  
18/12/2020 207,81  
25/12/2020 212  
01/01/2021 214  
08/01/2021 215  
15/01/2021 228  
22/01/2021 230  
29/01/2021 226  
05/02/2021 224,56  
12/02/2021 220,00  
19/02/2021 234,06  
26/02/2021 239  
05/03/2021 229  
12/03/2021 220  
19/03/2021 217  
26/03/2021 209  
02/04/2021 202 195
09/04/2021 204 197
16/04/2021 210 205
23/04/2021 207 218
30/04/2021 234 216
07/05/2021 235 227
14/05/2021 235 214
21/05/2021 230 212
28/05/2021   212
04/06/2021   216
11/06/2021   213,14
18/06/2021   204
25/06/2021   203,64
02/07/2021   208
09/07/2021   198,39
16/07/2021   208
23/07/2021   212,89
30/07/2021   218
06/08/2021   229
13/08/2021   250
20/08/2021   246
27/08/2021   246
03/09/2021   240,50
10/09/2021   241
17/09/2021   252
24/09/2021   252,85
01/10/2021   260
08/10/2021   270,60
15/10/2021   269
22/10/2021   273
29/10/2021   278
05/11/2021   285,35
12/11/2021   295
19/11/2021   293
26/11/2021   304,10
03/12/2021   292,50
10/12/2021   279
17/12/2021   275,35
24/12/2021   269,5
31/12/2021   274
07/01/2022   283
14/01/2022   263
21/01/2022   270
28/01/2022   274
04/02/2022   256
11/02/2022    
18/02/2022    
25/02/2022    
04/03/2022    
11/03/2022    
18/03/2022    
25/03/2022    
port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

 

Rouen

53 022 t ont été chargées
du 27 janvier au 2 février 2022 dont :

Exportations : 53 022 t

  • Tourteaux de colza : 3 300 t (Irlande EIRE))
  • Tourteaux gluten de blé : 1 922 t (Royaume-Uni)
  • Blé tendre : 45 800 t (Chine)
  • Tourteaux gluten de blé : 2 000 t (Norvège)

 



 

La Pallice

15 000 t ont été chargées
du 27 janvier au 3 février 2022, dont :

  • Orge vrac : 15 000 t (Chine)
colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Lucile Talleu

Le soja au plus haut depuis 7 mois

Le pétrole dépasse désormais les 90$ le baril. En dépit de l’envolée des cours de l’or noir, et des tensions géopolitiques qui font planer une menace sur l’approvisionnement, les représentants des 13 membres de l’Opep et leurs alliés ont simplement convenu mercredi « d’ajuster leur niveau total de production de 400 000 barils par jour pour le mois de mars ».

Le cours du soja continue sa progression entamée la semaine dernière, et a atteint un plus haut en 7 mois ce mardi, principalement en raison des doutes sur la taille de la production sud-américaine. Pour le Brésil, les estimations des analystes baissent de jour en jour, à 128 Mt voir même 126Mt, contre 138 Mt l’an passé. L’USDA a affiché 139Mt (-5Mt par rapport au mois de décembre) dans son rapport de janvier. Le prochain rapport est attendu pour le 9 février, d’ici là les estimations des uns et des autres continueront d’insuffler de la nervosité au marché. A suivre.

Par ailleurs, le marché essaie d’évaluer jusqu’à quel point les dommages causés par le temps sec en Argentine de décembre à la mi-janvier sont irréversibles, ou pas. Également, le soja a été soutenu par l’annonce de ventes américaines à la Chine totalisant 129 kt (66 kt pour l’année en cours et 63 kt pour 2022-2023) lundi et 132kt mardi.

Pourtant, les prévisions météorologiques sont plutôt favorables. Sur le centre et le nord-ouest de l’Argentine, les pluies se maintiennent dans les zones à fort potentiel. Elles sont propices pour les semis tardifs de maïs et de soja.  Dans le sud du Brésil, les pluies opportunes apportent un peu de répit au maïs et au soja par rapport à la sécheresse.

La progression du soja à Chicago a entraîné avec lui le colza sur Euronext. Néanmoins, le rebond de l'euro face au dollar a tempéré le renchérissement de la graine oléagineuse européenne. Mercredi, le colza était en léger retrait. On notera qu’avec la clôture de l’échéance de février, les livraisons sur cette échéance ont atteint 2 110 lots, soit 105 500 t, le volume le plus important allant en livraison depuis 2009.

Finalement, ce jeudi, le soja a perdu du terrain, le principal facteur justifiant la baisse des prix de la graine oléagineuse états-unienne a été une série de ventes techniques, après les très hauts niveaux observés ces derniers jours.

L’Indice FAO des prix des huiles végétales gagne 4,2% par rapport au mois dernier et atteint son niveau le plus haut jamais enregistré. Cette progression est principalement due à la hausse des cours des huiles de palme, de soja, de colza et de tournesol. Après un recul de courte durée, les prix internationaux de l’huile de palme ont rebondi en janvier, principalement parce que l’on craint une possible réduction des disponibilités exportables en Indonésie, le premier exportateur mondial d’huile de palme, et que la production a été limitée dans les principaux pays producteurs. Les prix mondiaux de l’huile de soja ont eux aussi rebondi, soutenus par la vigueur des achats à l’importation, en particulier en Inde. Dans le même temps, les prix des huiles de colza et de tournesol ont été portés, respectivement, par la poursuite du resserrement de l’offre et la hausse de la demande mondiale à l’importation. La hausse des prix du pétrole brut a également soutenu les cours internationaux des huiles végétales.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2020 R2021
05/06/2020 374,25  
12/06/2020 375,5  
19/06/2020 377  
26/06/2020 374,75  
03/07/2020 378,50  
10/07/2020 386,25  
17/07/2020 383,50  
24/07/2020 382,75  
31/07/2020 386.25  
07/08/2020 381,75  
14/08/2020 378,5  
21/08/2020 383,75  
28/08/2020 388,5  
04/09/2020 386  
11/09/2020 381,50  
18/09/2020 392,75  
25/09/2020 380,25  
02/10/2020 389,50  
09/10/2020 390,75  
16/10/2020 389  
23/10/2020 394,75  
30/10/2020 378  
06/11/2020 406,75  
13/11/2020 411,25  
20/11/2020 413,75  
27/11/2020 415,25  
04/12/2020 412,25  
11/12/2020 414,50  
18/12/2020 418,5  
25/12/2020 420  
01/01/2021 421  
08/01/2021 430  
15/01/2021 433,50  
22/01/2021 432,75  
29/01/2021 435,75  
05/02/2021 436,25  
12/02/2021 453,75  
19/02/2021 468  
26/02/2021 495,25  
05/03/2021 522  
12/03/2021 527  
19/03/2021 527,75  
26/03/2021 522,25  
02/04/2021 517 517
09/04/2021   515,5
16/04/2021   479,75
23/04/2021   510,25
30/04/2021   501,5
07/05/2021   543,5
14/05/2021   536
21/05/2021   532
28/05/2021   524,25
04/06/2021   543,75
11/06/2021   534,75
18/06/2021   483
25/06/2021   511,25
02/07/2021   512,25
09/07/2021   523,75
16/07/2021   549,50
23/07/2021   536,75
30/07/2021   539
06/08/2021   535
13/08/2021   557
20/08/2021   566
27/08/2021   535
03/09/2021   581,25
10/09/2021   587
17/09/2021   605,25
24/09/2021   622
01/10/2021   645,75
08/10/2021   680
15/10/2021   664,25
22/10/2021   687,75
29/10/2021   666,75
05/11/2021   697
12/11/2021   686,50
19/11/2021   679,25
26/11/2021   677,25
03/12/2021   664,00
10/12/2021   674,50
17/12/2021   740,75
24/12/2021   763
31/12/2021   777
07/01/2022   764,25
14/01/2022   726,75
21/01/2022   723
28/01/2022   746,35
04/02/2022   707,25
11/02/2022    
18/02/2022    
25/02/2022    
04/03/2022    
11/03/2022    
18/03/2022    
25/03/2022    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 256 €/t janv./mars ;
248 €/t janv./mars fourrager ; 257 €/t avril/juin
NR : 245 €/t juil./août ; 244 €/t oct./déc.
R. Dunkerque : 256 €/t janv./mars ; 258 €/t avril/juin
NR : 246 €/t juil./août ; 244 €/t oct./déc.
R. La Pallice : 257 €/t janv./mars ; 259 €/t avril/juin
NR : 246 €/t juil./août ; 244 €/t oct./déc.
R. Bretagne : 251 €/t janv./mars ; 250 €/t avril/juin

Orges de mouture

R. Rouen : 247 €/t janv./mars ; 247 €/t avril/juin
NR : 244 €/t juil./août ; 239 €/t oct./déc.
R. Dunkerque : 248 €/t janv./mars ; 248 €/t avril/juin
NR : 246 €/t juil./août ; 242 €/t oct./déc.
R. La Pallice : 248 €/t janv./mars ; 248 €/t avril/juin
NR : 246 €/t juil./août ; 242 €/t oct./déc.
R. Bretagne : 249 €/t janv./mars ; 249 €/t avril/juin

Maïs

R. Bretagne : 251 €/t janv./mars ; 258 €/t avril/juin

Oléagineux


Colza

R. Rouen : 723,25 €/t avril/juin (var. -38,10 €/t) ;
610,50 €/t août/sept. (var. -85,50 €/t)
Fob Moselle : 707,25 €/t avril/juin (var. -39,10 €/t) ;
607,50 €/t août/sept. (var. 85,50 €/t)

Tournesol

Saint-Nazaire : 610 €/t avril/juin (var. 10,00 €/t)
Bordeaux : 610 €/t avril/juin (var. 10,00 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 1 716 $/t fév. (var. 127,73 €/t)
Soja - Rotterdam : 1 596 $/t fév. (var. 68,93 €/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 1 454 $/t fév. (var. 50,79 €/t)
Palme (Fob Kuala Lampur) : 1 370 $/t fév. (var. 23,01 €/t)

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 90,74 $/baril (var. 6,88 €/t)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,14374 $ (var. 0,03 €/t)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 04 février variation*
Blé tendre, mars 261,25 -16,50
Maïs, mars 249,00 -5,75
Colza, mai 707,25 -39,10
Huile de Colza, mars 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, mars 196,25 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 04 février variation*
Blé tendre, mars 241,22 -13,03
Maïs, mars 212,03 -9,08
Soja, mars 495,61 17,41
Huile Soja, mars 1 266,07 -8,56
Tourteaux de Soja, mars 420,84 19,96

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 04 février variation*
Canola, mars 705,36 -6,22

* les variations sont calculées par rapport au dernier numéro d’actualités agricoles

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-30/01
Cumul France
01/07-30/01
Blé tendre 16 638 167 4 877 694
Farine BT (val. prod.) 300 193 41 005
Blé dur 368 860 30 969
Orge 5 072 915 2 288 155
Maïs 3 318 879 277 198

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-30/01
Cumul France
01/07-30/01
Blé tendre 1 551 870 174
Farine BT (équiv. grain) 136 793 8 181
Blé dur 929 705 24
Maïs 9 439 283 3 654
Sorgho 10 319 10

Source : Commission Européenne, DG TAXUD