S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques

études économiques

Février 2022



Note de conjoncture
Marché mondial du blé
Au gré de l'évolution de la situation
russo-ukrénienne

Télécharger le document pdf

Qualit@lim



La récolte de maïs grain 2021 : rendements records

La campagne 2021 a été marquée par l’absence de stress majeur contrairement aux deux précédentes. La production française de maïs de la récolte 2021, toutes utilisations confondues, est estimée à 15,3 millions de tonnes, soit une progression de 13 % par rapport à la récolte précédente (estimation au 01/02/2022, Service de la Statistique et de la Prospective - ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation). Malgré une baisse de 10 % des surfaces (1,52 million ha), ce résultat est lié à des rendements records (100,7 q/ha en moyenne). Les très bons résultats en conditions pluviales s’expliquent par la pluviométrie exceptionnellement abondante de l’été. Les résultats globalement satisfaisants en quantité et qualité sont toutefois à pondérer selon les régions et les dates de semis. Les faibles températures à l’automne ont entraîné un allongement du cycle de la culture. La dessiccation des grains a été retardée, ainsi que les récoltes. Certains maïs sont récoltés à des humidités entre 30 et 35 %, ce qui entraîne des frais de séchage plus importants que ces dernières années. Après séchage du maïs, la teneur en eau moyenne mesurée sur les échantillons de grains est de 14,8 %, compatible avec une bonne conservation.

Télécharger le document pdf

bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché



17 février 2022

FAITS SAILLANTS

Principalement du fait des ajustements à la baisse formulés pour les récoltes de maïs dans l’hémisphère Sud, mais aussi parce que les chiffres pour le sorgho et le blé sont écornés, les prévisions de production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2021/22 sont abaissées de 5 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.281 millions. Le recul des disponibilités 2021/22 est exacerbé par des stocks de report plus petits et, malgré une détérioration des perspectives de consommation, le total des stocks de céréales (cumul des campagnes locales respectives de commercialisation) fait 5 millions de tonnes de moins que le mois dernier, à 596 millions, ce qui représente le cinquième repli consécutif. A 424 millions de tonnes, les prévisions d’échanges mondiaux (juillet-juin) font 1 million de plus que le mois dernier, du fait d’une amélioration des perspectives pour le maïs et le blé.

Les projections de l’offre et la demande de blé pour 2022/23 sont comparables aux perspectives initiales émises le mois dernier, y compris des prédictions faisant état de production et de consommation records. Alors que les stocks de clôture mondiaux sont jugés s’orienter légèrement à la hausse d’une année sur l’autre, les stocks de report des exportateurs devraient rester inférieurs à la moyenne. Dans l’ensemble, les premières projections du Conseil concernant les superficies moissonnées mondiales de maïs et d’orge en 2022/23 suggèrent peu de changement d’une année sur l’autre. Toutefois, comme le coût élevé des intrants complique les calculs de la rentabilité respective des récoltes de printemps, les prévisions seront suivies de près au cours des prochains mois.

Pour traduire la détérioration du potentiel de rendement en Amérique du Sud, les prévisions de production mondiale de soja pour 2021/22 sont abaissées de 15 millions de tonnes supplémentaires d’un mois sur l’autre, à 353 millions (-4 % d’une année sur l’autre). La nette réduction des disponibilités se répercute dans une baisse des chiffres pour la consommation – jugée reculer pour la première fois en dix ans – et les stocks. Une grande partie du repli des réserves interviendra chez les principaux exportateurs, où la baisse est de 7 millions de tonnes d’un mois sur l’autre. Comme les disponibilités plus tendues et les prix plus élevés devraient se traduire par un rationnement de la demande, les échanges sont jugés reculer de 6 millions de tonnes, à 161 millions, niveau stable d’une année sur l’autre. Si l’on se tourne vers les perspectives pour 2022/23, le Conseil prévoit une hausse possible de 2 % des superficies mondiales par rapport à l’an dernier, avec notamment des gains chez les principaux exportateurs.

Les prévisions du Conseil concernant la production mondiale de riz en 2021/22 sont rognées de 1 million de tonnes d’un mois sur l’autre, à 510 millions, ce qui représente tout de même une petite hausse sur l’an dernier et un nouveau pic. Comme la consommation reste stable par rapport aux prévisions du mois dernier, le chiffre des stocks mondiaux est rogné de 2 millions de tonnes, à 181 millions (+1 million d’une année sur l’autre), y compris une modeste réduction chez les principaux exportateurs, tout particulièrement en Inde. Les prévisions d’échanges en 2022 (janvier-décembre) sont légèrement relevées, à environ 49 millions de tonnes (-1 million), bien au-dessus de la moyenne. Comme des hausses sont probables chez les principaux producteurs, y compris l’Inde, les superficies moissonnées mondiales devraient croître de 1 % d’une année sur l’autre en 2022/23.

L’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) a gagné 7 % pour se hisser à des niveaux jamais vus depuis septembre 2012, avec des hausses nettes sur tous les marchés.

Lire la suite