S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Lucile talleu

La situation ukrainienne perturbe les marchés

Blé

L’annonce de bombardements de cibles ukrainiennes par Vladimir Poutine, marquant le début d’un conflit armé total en Ukraine, a fortement perturbé les marchés ce jeudi. A Chicago, le contrat Blé a explosé dans la nuit atteignant de très près la limite maximale en une seule séance boursière (+50 cts$/boisseau). Le prix du blé à Chicago est au plus haut depuis 2008. Sur Euronext, l’échéance mai 2022 a clôturé à +21€ hier soir, à 315€/t, et avec une variation intrajournalière de +12%. Le cours est monté hier jusqu’à 344€/t.

La raison principale pour laquelle les marchés sont autant perturbés est que la Russie et l’Ukraine sont des acteurs majeurs pour le commerce mondial de blé mais ce n’est pas la seule. A court terme, la logistique portuaire est impactée, les départs depuis la mer Noire sont suspendus (la navigation était à l'arrêt en mer d’Azov et en mer Noire hier). A cela s’ajoute des craintes de hausse du fret maritime mais surtout une insécurité juridique sur les contrats avec notamment des risques de défauts pour « cas de force majeure ». A plus long terme, le spectre de sanctions et ses conséquences pourraient rebattre les cartes des échanges mondiaux.

Aujourd’hui l’Egypte s’approvisionne majoritairement en Russie, mais, selon Intercéréales, le ministre de l’Approvisionnement n’est pas inquiet de la situation dans l’immédiat puisqu’il a assuré avoir 5 mois de stocks de réserve et d’autre part la collecte égyptienne qui devrait débuter mi-avril complètera la demande locale. De plus, la Roumanie (qui aujourd’hui approvisionne majoritairement le GASC – 41% des parts de marché) pourrait palier en partie le risque de défaut des Russes. 

A contrario, la destination principale à l’exportation vers les pays tiers du blé comme de l’orge est la Chine. Cela va-t-il perdurer compte tenu des relations entre la Chine et la Russie ?

Toujours selon Intercéréales, si la Russie est exclue du réseau bancaire, elle devrait se tourner vers un autre partenaire puissant. Ce dernier pourrait bien être la Chine et ils pourraient, ensemble, construire un nouveau réseau interbancaire russo-chinois, en concurrence du réseau actuel. Au-delà d’être proche géographiquement parlant, Russie et Chine ont annoncé dernièrement avoir trouvé un accord pour l’exportation de blé et d’orge russe vers la Chine, ce qui n’existait pas jusqu’à présent, faute d’accord phytosanitaire. Cela va conduire, sur la campagne à venir, à une intensification des échanges entre les deux pays.

Et les sanctions internationales peuvent avoir d’autres conséquences inattendues…. En août 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie et les sanctions occidentales, la Russie a pris des contre-sanctions interdisant l’importation de certaines denrées alimentaires des États-Unis et de l’UE, comme le bœuf, la volaille, …. L’industrie alimentaire russe a saisi sa chance. Beaucoup d’investisseurs qui ne s’occupaient pas auparavant d’agriculture se sont soudain intéressés à l’agriculture.

Du côté des engrais, la Russie exporte du gaz vers l’Union Européenne via l’Ukraine. Si la Russie coupe les vannes vers l’Union Européenne, les 27 pourraient alors voir une importante crise de l’énergie et des engrais avec une flambée des cours qui demeurent déjà très hauts. Si la situation venait à durer, cela pourrait avoir un impact considérable sur les engrais et sur la production de céréales en Union Européenne.

Maïs

En maïs, les cours se sont également envolés, mais dans une moindre mesure par rapport au blé. L’échéance juin sur Euronext a gagné +9,5€ et à Chicago, le maïs a clôturé en hausse pour les contrats à terme de l’ancienne récolte et en baisse pour ceux de la récolte 2022-2023.

L’impact de la situation en Ukraine est à regarder du côté des importations européennes. L’Ukraine est le 1er fournisseur de maïs de l’Union (15 Mt d’importations attendues cette année, l’Ukraine représente 45% des volumes fournis à l’UE), en particulier pour l’Espagne et le nord de l’Europe, à destination des fabricants d’aliments.  Et l’Ukraine bénéficie d’exemption de droits de douanes pour le marché européen. En cas d’absence de maïs ukrainien pour le marché français, il faudrait donc se tourner vers d’autres origines, comme l’Amérique du Sud ou les Etats-Unis.

A contrario, sur le plus long terme, en soutien à l’Ukraine, l’Europe pourrait importer davantage de maïs ukrainien, ayant une capacité de production qui n’est pas à bout de souffle.

****  Toutes nos pensées aux victimes du conflit  ****

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2020 R2021
05/06/2020 184  
12/06/2020 179  
19/06/2020 177  
26/06/2020 175  
03/07/2020 180  
10/07/2020 189  
17/07/2020 187  
24/07/2020 184  
31/07/2020 184  
07/08/2020 183  
14/08/2020 182  
21/08/2020 181  
28/08/2020 186  
04/09/2020 186  
11/09/2020 189  
18/09/2020 190  
25/09/2020 191  
02/10/2020 195  
09/10/2020 196  
16/10/2020 204  
23/10/2020 204  
30/10/2020 201  
06/11/2020 205  
13/11/2020 208  
20/11/2020 208  
27/11/2020 209  
04/12/2020 202,81  
11/12/2020 206  
18/12/2020 207,81  
25/12/2020 212  
01/01/2021 214  
08/01/2021 215  
15/01/2021 228  
22/01/2021 230  
29/01/2021 226  
05/02/2021 224,56  
12/02/2021 220,00  
19/02/2021 234,06  
26/02/2021 239  
05/03/2021 229  
12/03/2021 220  
19/03/2021 217  
26/03/2021 209  
02/04/2021 202 195
09/04/2021 204 197
16/04/2021 210 205
23/04/2021 207 218
30/04/2021 234 216
07/05/2021 235 227
14/05/2021 235 214
21/05/2021 230 212
28/05/2021   212
04/06/2021   216
11/06/2021   213,14
18/06/2021   204
25/06/2021   203,64
02/07/2021   208
09/07/2021   198,39
16/07/2021   208
23/07/2021   212,89
30/07/2021   218
06/08/2021   229
13/08/2021   250
20/08/2021   246
27/08/2021   246
03/09/2021   240,50
10/09/2021   241
17/09/2021   252
24/09/2021   252,85
01/10/2021   260
08/10/2021   270,60
15/10/2021   269
22/10/2021   273
29/10/2021   278
05/11/2021   285,35
12/11/2021   295
19/11/2021   293
26/11/2021   304,10
03/12/2021   292,50
10/12/2021   279
17/12/2021   275,35
24/12/2021   269,5
31/12/2021   274
07/01/2022   283
14/01/2022   263
21/01/2022   270
28/01/2022   274
04/02/2022   256
11/02/2022   256
18/02/2022   263
25/02/2022   310
04/03/2022    
11/03/2022    
18/03/2022    
25/03/2022    

Graphe de la semaine

CIC : estimation de l’offre et de la demande mondiales



Au 17 février 2022

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2020 R2021
05/06/2020 374,25  
12/06/2020 375,5  
19/06/2020 377  
26/06/2020 374,75  
03/07/2020 378,50  
10/07/2020 386,25  
17/07/2020 383,50  
24/07/2020 382,75  
31/07/2020 386.25  
07/08/2020 381,75  
14/08/2020 378,5  
21/08/2020 383,75  
28/08/2020 388,5  
04/09/2020 386  
11/09/2020 381,50  
18/09/2020 392,75  
25/09/2020 380,25  
02/10/2020 389,50  
09/10/2020 390,75  
16/10/2020 389  
23/10/2020 394,75  
30/10/2020 378  
06/11/2020 406,75  
13/11/2020 411,25  
20/11/2020 413,75  
27/11/2020 415,25  
04/12/2020 412,25  
11/12/2020 414,50  
18/12/2020 418,5  
25/12/2020 420  
01/01/2021 421  
08/01/2021 430  
15/01/2021 433,50  
22/01/2021 432,75  
29/01/2021 435,75  
05/02/2021 436,25  
12/02/2021 453,75  
19/02/2021 468  
26/02/2021 495,25  
05/03/2021 522  
12/03/2021 527  
19/03/2021 527,75  
26/03/2021 522,25  
02/04/2021 517 517
09/04/2021   515,5
16/04/2021   479,75
23/04/2021   510,25
30/04/2021   501,5
07/05/2021   543,5
14/05/2021   536
21/05/2021   532
28/05/2021   524,25
04/06/2021   543,75
11/06/2021   534,75
18/06/2021   483
25/06/2021   511,25
02/07/2021   512,25
09/07/2021   523,75
16/07/2021   549,50
23/07/2021   536,75
30/07/2021   539
06/08/2021   535
13/08/2021   557
20/08/2021   566
27/08/2021   535
03/09/2021   581,25
10/09/2021   587
17/09/2021   605,25
24/09/2021   622
01/10/2021   645,75
08/10/2021   680
15/10/2021   664,25
22/10/2021   687,75
29/10/2021   666,75
05/11/2021   697
12/11/2021   686,50
19/11/2021   679,25
26/11/2021   677,25
03/12/2021   664,00
10/12/2021   674,50
17/12/2021   740,75
24/12/2021   763
31/12/2021   777
07/01/2022   764,25
14/01/2022   726,75
21/01/2022   723
28/01/2022   746,35
04/02/2022   707,25
11/02/2022   686,75
18/02/2022   715,75
25/02/2022   780
04/03/2022    
11/03/2022    
18/03/2022    
25/03/2022    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 310 €/t avril/juin ;
306 €/t avril/juin fourrager
R. Dunkerque : 312 €/t avril/juin
R. La Pallice : 311 €/t avril/juin
 


Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 25 février variation*
Blé tendre, mars 316,00 51,00
Maïs, mars 280,00 30,35
Colza, mai 763,50 67,75
Huile de Colza, mars 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, mars 196,25 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 25 février variation*
Blé tendre, mai 307,12 47,14
Maïs, mai 243,00 18,25
Soja, mai 543,51 27,82
Huile Soja, mai 1 418,91 122,38
Tourteaux de Soja, mai 449,11 15,35

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 25 février variation*
Canola, mars 743,62 45,62

* les variations sont calculées par rapport au dernier numéro d’actualités agricoles

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-20/02
Cumul France
01/07-20/02
Blé tendre 17 677 649 5 147 239
Farine BT (val. prod.) 338 801 46 448
Blé dur 592 631 31 091
Orge 5 172 175 2 362 170
Maïs 3 672 152 294 265

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-20/02
Cumul France
01/07-20/02
Blé tendre 1 696 787 174
Farine BT (équiv. grain) 152 843 8 968
Blé dur 978 356 28
Maïs 10 551 880 3 659
Sorgho 14 086 12

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

 

Rouen

250 830 t ont été chargées et déchargées
17 au 23 février 2022 dont :

Exportations : 224 680 t

  • Tourteaux de colza :  3 150 t (Irlande Eire)
  • Blé tendre : 161 841 t (Maroc : 58 931 t ; Chine : 102 910 t)
  • Orge fourragère : 45 019 t (Maroc : 5 019 t ; Chine : 40 000 t)
  • Orge de brasserie : 8 220 t (Portugal : 4 400 t ;
    Pays-Bas : 3 820 t)
  • Colza : 3 300 t (Royaume-Uni)
  • Pois fourrager : 3 150 t (Allemagne)

Importations : 26 150 t

  • Colza : 23 000 t (Uruguay)
  • Féverole fourragère : 3 150 t (Royaume-Uni)

 



 

La Pallice

112 800 t ont été chargées
du 17 au 24 février 2022, dont :

  • Céréales mixtes vrac : 9 000 t (Martinique)
  • Colza vrac : 3 300 t (Allemagne)
  • Maïs vrac : 4 500 t (Royaume-Uni)
  • Blé vrac : 96 000 t (Egypte : 63 000 t ; Portugal : 10 000 t ;
    Sénégal : 23 000 t)