S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

Renouvellement

des Conseils d'Administration



... Et si on parlait mixité ?

Plus de 26% de femmes sont chefs d'exploitation, mais moins de 10% sont administratrices... "Les Elles de la Coop" veulent faire bouger les choses et les mentalités.

satellite Landsat 9



Spotifarm intègre les données du satellite Landsat 9 pour faciliter le tour de plaine des agriculteurs

Spotifarm, l’application qui facilite le suivi de la croissance et des dégâts des cultures, intègre le satellite Landsat 9 dans sa collecte de données. Cette nouvelle source de données permettra aux utilisateurs d’avoir accès à des images de meilleure qualité et plus fréquentes.

Spotifarm assiste les agriculteurs dans la surveillance de leurs cultures en calculant des indices de végétation à partir d’images issues de satellites. Cependant, « une limite majeure de la technologie satellite, c’est que lorsqu’il y a des nuages, il est difficile de capter une information exploitable et donc de calculer un indice de végétation » déclare Alexandre Diaz, directeur marketing et communication de Spotifarm. Pour limiter cette contrainte et améliorer le suivi parcellaire de ses utilisateurs, Spotifarm a intégré à sa collecte de données le satellite américain Landsat 9 lancé en septembre 2021. Ce satellite est capable de différencier jusqu’à 16 000 nuances d’une plage de couleurs, ce qui améliore la détection des nuages cirrus. Spotifarm est la première entreprise de télédétection française à utiliser ce satellite.

Grâce aux données supplémentaires fournies par Landsat 9 et à la coordination des satellites européens et américains, « la captation des images passe d’un survol tous les cinq jours à tous les trois jours. Concrètement, l’agriculteur augmente ses chances d’avoir un cliché exploitable et interprétable pour son suivi de parcelles », ajoute Alexandre Diaz. Ce nouveau satellite permet aussi d’améliorer la résolution des images, notamment dans les zones sombres. 

Le domaine de la télédétection en agriculture se développe rapidement en France, grâce au prix plus abordable de la technologie, à l’agrandissement des exploitations et au renouvellement des générations. Ces dernières semaines, cette croissance est accentuée par la flambée du prix des engrais occasionnée par le conflit russo-ukrainien. En effet, l’inflation des matières premières incite les agriculteurs à s’équiper d’OAD (Outil d’Aide à la Décision) pour améliorer la gestion de leur fertilisation. Ces facteurs expliquent le succès de l’application Spotifarm qui a multiplié par deux sa base clients depuis la dernière campagne.

Semaine

de La Coopération Agricole 2022



La Coopération Agricole organise cette année encore la Semaine de La Coopération Agricole qui se déroulera du 4 au 12 juin 2022.

Les coopératives sont invitées durant cette semaine à organiser des évènements afin de :

  • Mettre en valeur le modèle coopératif et ses différents avantages (social, territoires, souveraineté alimentaire…)
  • Favoriser l’attractivité du modèle auprès des nouvelles générations
  • Renforcer le sentiment et la fierté d’appartenance des adhérents et salariés

Le format des événements est libre ; toute forme d’initiative est valide :

  • en physique (portes ouvertes, dégustations de produits, journées ou soirées à thème, activités touristiques, conférences…)
  • ou en digital (jeux concours, animations sur les réseaux sociaux...)

Notre rôle à La Coopération Agricole est de valoriser les événements organisés par les coopérativesen les recensant et les rendant visibles via un open agenda.
Ainsi, nous vous serions très reconnaissants de diffuser largement ce lien à vos coopératives afin qu’elles puissent y renseigner leurs évènements.
https://openagenda.com/la-semaine-de-la-cooperation-agricole2022?oaq%5Bpassed%5D=1&oaq%5Border%5D=latest
Par ailleurs, 2 temps forts sont organisés par La Coopération Agricole durant cette semaine : le Concours étudiants et le Prix Coop & Com.

1. Concours étudiants

  • Récompense les meilleurs projets d’innovation pour les coopératives imaginées par des étudiants
  • Ouvert aux étudiants des écoles post bac toutes catégories
  • 4 dotations de 2 000 €
  • Lancement le 6 juin 2022 - Finale au Salon de l’agriculture 2023

2. Prix Coop & Com :

  • Récompense les meilleures actions de communication des coopératives
  • Ouvert à toutes les coopératives adhérentes
  • Sélection par un jury de professionnels en partenariat avec CB NEWS
  • Remise des prix le 16 juin 2022

Nous reviendrons vers vous rapidement avec plus d’informations concernant la Semaine de La Coopération Agricole 2022.

bando-thematik

Ressources en eau et territoires

Construisons ensemble notre avenir




Le GIE Thématik’, avec le concours de la Région Nouvelle-Aquitaine et le Conseil départemental de Lot-et-Garonne, a organisé un colloque sur le thème “Ressources en eau et territoires : construisons ensemble notre avenir”, le vendredi 25 mars 2022 au Conseil Départemental de Lot-et-Garonne à Agen. Cette journée, planifiée la semaine de la journée mondiale de l’eau a réuni près d’une cinquantaine de participants : partenaires agricoles, associatifs et institutionnels, autour de la question de l’eau.

L’eau un enjeu primordial pour le territoire

Au sein de la région Nouvelle-Aquitaine, situé, comme son nom l’indique à la confluence du Lot et de la Garonne, le département de Lot-et-Garonne est particulièrement exposé aux risques liés à l’eau, conséquences du changement climatique. La pluviométrie moyenne annuelle observée est plutôt stable mais répartie différemment avec des pluies plus intenses concentrées sur moins de jours, un risque plus important d'événements extrêmes (sécheresses, gel tardif, feux, crues, érosion...), des débits moyens des cours d’eau fortement altérés et une baisse de la recharge des nappes de 30 à 55% suivant le type d’aquifère. L’agriculture est directement impactée par ces phénomènes et très dépendante de la ressource en eau. Elle occupe une place importante dans l’économie de ce territoire puisque la production agricole y recouvre 61 % de l’espace départemental. La question de l'eau est donc un enjeu fort du territoire et intrinsèquement lié à la transition agroécologique initiée par la région via sa démarche Néo Terra, cet évènement a été organisé avec le concours financier de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Initier une démarche collective

" Les membres du GIE et moi-même, sommes heureux d'avoir permis de réunir autour de la table les représentants des collectivités locales, des associations et autres acteurs de l’eau. Le but de cette réunion est avant tout de partager un état des lieux sur l’impact du changement climatique et d’initier une réflexion sur les solutions d’adaptation à mettre en œuvre de manière collective." Alain Saphy, Président du GIE Thématik’

Devant les partenaires du territoire présents, Hervé le Treut et Alain Dupuy pour Acclima terra ont partagé le constat du changement climatique et de son impact sur notre territoire. Des solutions d’adaptation au changement climatique ont été présentées par Pierre Fellet, expert en agroécologie du Groupe Terres du Sud, Jean-Luc Reigne, directeur d’Unicoque, Jean-François Berthoumieu, directeur de l’ACMG, Bernard Leroy, chef de projet au SMEAG et Joël Hocquelet, Vice-président du conseil départemental en charge de l’agriculture et forêt. Puis des ateliers de co-construction ont permis de mener une réflexion partagée sur la gestion de la ressource en eau.

S’adapter aux impacts du changement climatique

Face à ces défis, la gestion de l’eau doit être abordée de manière transversale et adaptée au territoire:

  • Le changement climatique s'accélère et ses conséquences sont de plus en plus perceptibles, il est donc impératif de s’adapter dans les territoires pour ce qui est désormais inévitable et de déterminer un objectif d’atténuation à l’échelle planétaire pour limiter les impacts au-delà de 2050. Pour cela il convient de considérer les contextes systémiques locaux pour être audibles et agir au plus près des territoires pour être pertinents.
  • La diversité du territoire lui permet d’être plus résilient face aux impacts du changement climatique. Pour préserver cette diversité, il faut établir le lien entre eau, agriculture, alimentation et territoire et ainsi construire une réflexion collective avec une intégration multi-usages de la ressource en eau : agricole et urbaine. Directement impactés par ces questions : élus, acteurs de l’eau, représentants du monde agricole doivent mener une réflexion commune afin d’initier ensemble un plan territorial de gestion collective et pluriannuelle de la ressource en eau.
  • L’eau de pluie accumulée sur l’année est suffisante pour répondre aux besoins du territoire : il faut ralentir cette eau l’hiver afin de la rendre disponible l’été. Il n'y a pas une solution mais une combinaison de solutions qui doivent être élaborées en fonction des spécificités et des contraintes locales. Il existe notamment des solutions basées sur la nature (couverts végétaux, travail du sol, mise en place de haies...) pour favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol et éviter les phénomènes d'érosion. Cependant ces solutions ne suffisent pas et devront être complétées par d'autres solutions de stockage de l'eau comme la recharge des nappes phréatiques et les retenues colinéaires.

Ces questions doivent être communiquées de manière large, auprès notamment du grand public, en s’associant aux partenaires locaux, via des actions territoriales et locales afin de faciliter l’appropriation de ces enjeux par l'ensemble des parties prenantes. Ce rendez-vous n’était donc qu’une première étape et devrait donner lieu à d’autres initiatives dans l’année à venir.