S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques

Le mildiou : impacts, solutions

ET surtout anticipation ?



Le mildiou de la vigne (Plasmopara viticola) est un champignon parasite importé des Etats-Unis au 19ème siècle. Il est la principale maladie fongique de la vigne, avec des épidémies potentiellement fulgurantes, surtout lors de printemps doux et pluvieux, comme en 2021. A l’origine de pertes importantes de récolte, il peut aussi avoir un impact direct sur la qualité des vins, voire être responsable de l’affaiblissement des ceps.

Pendant toute la croissance de la vigne, un certain nombre de traitements sont réalisés, en fonction de la vitesse de croissance des rameaux et des feuilles, de la fréquence des pluies, de la température, de la pression parasitaire. La lutte fongicide représente à elle seule 80% des traitements réalisés en viticulture et est principalement préventive.

Et les solutions dans tout ça ?

Aujourd’hui, une palette de solutions diversifiées est disponible pour agir contre le mildiou, tout en essayant de réduire l’usage des produits phytopharmaceutiques de synthèse.

La prévention se raisonne dès le choix du matériel végétal, en optant pour des variétés résistantes. De plus, mettre en place des mesures prophylactiques va limiter les conditions favorables à la contamination : éviter l’accumulation de l’eau dans les creux ou en bout de rang (drainage), supprimer régulièrement les pousses basses et rejets traînant sur le sol ou se développant sur la souche. Enfin, surveiller attentivement les conditions météo, lire les BSV, analyser le niveau de risque et bien positionner les traitements demeurent primordial afin d’anticiper le développement de la maladie et raisonner la lutte chimique.

Les maîtres mots ? Combinaison et diversification des solutions

Plusieurs OAD permettent aujourd’hui l’optimisation des traitements (ex : Optidose et Décitrait développés par l’IFV). De plus, une offre de solutions de biocontrôle est aussi disponible avec des modes d’actions diversifiés : fongicide (ex : huile essentielle d’orange douce), stimulateurs de défense des plantes (ex : COS-OGA, parois de levures - cerevisiae) ou encore les deux en même temps (ex : phosphonates).

Ces produits peuvent être intégrés dans des stratégies de protection anti-mildiou, le plus souvent en combinaison avec des produits conventionnels ou du cuivre. Selon les années, les résultats sont prometteurs. Pour les SDP en particulier, les modes d’actions étant complexes, le travail de R&D doit se poursuivre pour trouver le positionnement optimal en conditions de production, en prenant en compte les facteurs externes de l’environnement et de la vigne.  

Et le Contrat de solutions dans tout ça ?

Le Contrat de solutions propose 6 fiches solutions (fiches 15, 54, 75, 83, 86 et 102) combinant ces différents leviers de lutte contre le mildiou. L’application de ces solutions ne diffère pas de l’utilisation d’un produit phytopharmaceutique et elles sont compatibles avec la plupart des fongicides utilisés. Ces leviers sont intéressants pour réduire les IFT et l’utilisation du cuivre.

bandeau-stock-ge

Stock@ge - Juin 2022


Campagne 2021/2022 : de bons potentiels
pour refroidir le grain à 12 °C


Dans les coulisses de Venti-LIS


télécharger la lettre