S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°43 - Vendredi 30 novembre 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques
en-direct-des-seminaires-anvers-bandeau

France Export Céréales



En direct du séminaire d'Anvers

Le séminaire de présentation de la récolte 2018 pour la Belgique et les Pays-Bas s’est tenu à Anvers, le 22 novembre 2018.

Il a rassemblé 11 opérateurs belges et hollandais (négociants, courtiers, meuniers, fabricants d’aliment du  bétail, industriels, etc…) et 8 participants français (opérateurs, intervenants et organisateurs).

Un premier exposé a porté sur les fondamentaux du marché et les bilans mondiaux et français de céréales  par Philippe Paquotte, FranceAgriMer. Adeline Streiff d’Arvalis Institut du Végétal a ensuite présenté la qualité  de la récolte française de blé tendre, de blé dur et des céréales destinées à l’alimentation animale. La  troisième intervention a été réalisée par Pascal Pusset, du négoce Armbruster, et a porté sur le contrôle et le  suivi de la qualité sanitaire des céréales.

Les diaporamas présentés sont accessibles sur le site de France Export Céréales  www.franceexportcereales.org

Les discussions ont porté sur la connaissance du niveau de stockage à la ferme, sur la méthode de  construction des bilans de FranceAgriMer et sur les perspectives de marché pour l’origine française en 2018-  2019. Les échanges ont porté également sur les raisons de l’amélioration de la qualité française ces deux  dernières années, et sur les raisons du retard de semis de la nouvelle campagne. La production affiche un  bon niveau qualitatif depuis deux ans, qui est expliqué par les opérateurs d’une part par des conditions  climatiques favorables, mais également par les  efforts de la filière et l’évolution des pratiques des  agriculteurs. Enfin, les semis accusent un retard dû au sec persistant du début de campagne, accompagné  d’incertitudes sur les possibilités réglementaires de recours aux produits phytosanitaires.

Commission antidumping

sur les importations d’Ammonitrate de Russie



Jose Manuel Roche Ramo, Secrétaire Général UPA Aragon(Espagne), Minette Batters, President NFU(UK), Juha Marttila, President MTK (Finlande), Joe Healy, President IFA (Irlande), Joachim Rukwied President COPA, Christian Pees, Vice President Coop de France, Henri Brichart, Vice-President FNSEA & Pekka Pesonen, Secretaire Général COPA/COGECA, présentent la copie du Règlement de la Commission européenne réduisant de 30,5% les droits antidumping sur les importations de nitrate d’ammonium de Russie.
 
A l’issue de l’enquête menée à la demande de huit organisations du COPA/COGECA, dont Coop de France, sur les mesures antidumping pesant sur les importations de nitrate d’ammonium en provenance de Russie, la Commission a décidé de réduire ces droits de 30,5%.

La DG Trade a en effet considéré que les évolutions du secteur et du marché depuis la dernière révision de 2002 ne justifiaient pas le maintien des droits à leur niveau.

Cette mesure va réduire l’écart de compétitivité entre l’agriculture européenne et celles des pays qui bénéficient d’un approvisionnement au prix mondial, mais elle ne répond que partiellement à une distorsion de concurrence qu’il faudra totalement supprimer. En effet, la réduction des droits antidumping de 47 €/t à 32 €/t sur les engrais solides ayant une teneur en nitrate d’ammonium excédant 80 % en poids, permettra d’aligner davantage les prix des engrais de l’UE sur les prix mondiaux. Cependant des efforts sont encore à fournir pour réduire la part des engrais dans les coûts de production des exploitants agricoles (très élevée dans l’Union Européenne), par exemple en supprimant les droits de douane de 6,5 % appliqués à certains engrais en provenance de pays non-membres de l’UE.

en-direct-des-seminaires-barcelone-27-11

France Export Céréales



En direct du séminaire de Barcelone

Le deuxième séminaire de présentation de la récolte 2018 en Espagne s’est tenu à Barcelone, le 27 novembre 2018.

Il a rassemblé 65 opérateurs espagnols (négociants, courtiers, meuniers, fabricants d’aliment du bétail, industriels, etc…) et une  importante délégation française composée de 25 participants (opérateurs, courtiers, intervenants et organisateurs).

Simon Trauet, de FranceAgriMer a fait le premier exposé, sur les bilans mondiaux et français de céréales. La qualité de la récolte française de blé tendre, de blé dur et des céréales destinées à l’alimentation animale a ensuite été présenté par Adeline Streiff, d’Arvalis-Institut du végétal. Jean Simon, responsable commercial chez Atlantique Céréales a présenté sa vision des échanges de céréales entre la France et l’Espagne.  Enfin, Gilles Espagnol, AGPM, a apporté son expertise sur la filière maïs française et des éléments d’informations sur les volumes et qualités de la récolte 2018.

Les diaporamas présentés sont accessibles sur le site de France Export Céréales www.franceexportcereales.org

La discussion a porté sur l’impact des tensions entre la Russie et l’Ukraine pour les importations espagnoles ; sur l’estimation d’export élevé en orge de la France vers les pays tiers : dans un contexte de demande importante de la Chine et de l’Arabie Saoudite, il a été confirmé que le chiffre de FranceAgriMer à 3,1Mt semblait cohérent. Des échanges ont également porté sur les moyens mis en œuvre par la filière maïs française pour répondre aux enjeux à la fois techniques et sanitaires, sans recourir aux OGM.
Enfin, bien que le sujet n’ait pas été abordé de façon publique, des opérateurs espagnols faisaient part de leurs réticences à acheter du blé français cette année, compte tenu des risques de contamination des lots par des mycotoxines.