S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°39 - Vendredi 29 octobre 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques

Récolte 2021

Blés biscuitiers français



Qualité des blés biscuitiers français
Un segment de marché spécifique

En 2020, les industries de la biscuiterie, de la pâtisserie et des biscuits pour apéritifs ont utilisé environ 371 953 tonnes de farine de blé tendre pour produire 611 531 tonnes de produits finis : 54,3 % de biscuits sucrés, 30 % de pâtisseries et 15,7 % de biscuits salés.
Ce secteur regroupe 120 entreprises pour un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards d’euros. La consommation intérieure s’élève à 8,2 kg par an et par personne. 80 familles de biscuits et gâteaux sont référencées et attestent ainsi de la diversité de ce secteur. Ces produits qui ont une histoire parfois très ancienne, parfois plus récente, sont une part du patrimoine culinaire français. 
La qualité de la farine est primordiale notamment pour les formulations peu hydratées ou pauvres en matières grasses. C’est le cas des biscuits secs, des goûters et des biscuits apéritifs de type crackers. L’utilisation de variétés biscuitières pour les farines à biscuits permet d’obtenir une texture croustillante, légère et des dimensions maîtrisées.

* Source : Estimation d’après l’enquête annuelle Prodcom 2019, enquête Capibara 2019

Télécharger le document pdf

Qualit@lim




La récolte d’orge fourragère 2021 : Volume et qualité au rendez-vous pour l’alimentation animale

La production française d’orges de la récolte 2021, toutes utilisations confondues, est estimée à 11,4 millions de tonnes, soit une augmentation de 9,6 % par rapport à la récolte précédente (estimation au 01/10/2021, Service de la Statistique et de la Prospective - ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation). Ce résultat s’explique par une hausse des rendements de 26 % (66,2 q/ha en moyenne) malgré une diminution des surfaces (- 13 %).

Avec des teneurs en eau et des poids spécifiques corrects, ainsi que des teneurs en protéines et en amidon satisfaisantes, les orges de la récolte 2021 devraient satisfaire les besoins des industries de l’alimentation animale.

Télécharger le document pdf

bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché



21 octobre 2021

FAITS SAILLANTS

Les prévisions de production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2021/22 sont relevées de 2 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.290 millions, notamment du fait de révisions à la hausse pour le maïs, le blé et le sorgho. Les corrections à la hausse pour le blé, l’orge, le sorgho et l’avoine dopent les perspectives de consommation de 4 millions de tonnes, à 2.291 ml ; toutefois, l’essentiel du gain de 64 millions d’une année sur l’autre est lié à une augmentation de l’utilisation de maïs. Les stocks de céréales sont en légère hausse par rapport au mois dernier mais, à 600 millions de tonnes, ils ne devraient guère afficher de changement par rapport à l’année précédente. Du fait des prévisions plus élevées pour le blé et l’orge, qui ne sont qu’en partie gommées par une réduction pour le maïs, la projection d’échanges mondiaux (juillet-juin) est relevée de 4 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 421 millions.

Des ajustements qui s’annulent pour les producteurs clés laissent les prévisions de production mondiale de soja en 2021/22 inchangées d’un mois sur l’autre, à un record de 380 millions de tonnes. Comme la consommation reste globalement inchangée par rapport au mois dernier, à un pic de 376 millions de tonnes (+4 % d’une année sur l’autre), et du fait des stocks d’ouverture plus élevés, les perspectives de stocks de clôtures sont relevées de 3 millions, y compris des chiffres majorés pour les Etats-Unis et les réserves des principaux exportateurs. Les échanges sont estimés en légère baisse d’un mois sur l’autre mais, aux alentours de 170 millions de tonnes, ils devraient marquer une hausse de 5 % sur l’an dernier.

Sur la base d’un accroissement des expéditions à l’Asie, les prévisions d’échanges mondiaux de riz en 2021 sont relevées à un nouveau pic de 48 millions de tonnes (+4 millions d’une année sur l’autre). Pour traduire une augmentation formulée pour l’Inde, la projection de production mondiale en 2021/22 est relevée de 1 million de tonnes, à un pic de 513 millions (507 millions), la hausse des disponibilités permettant de couvrir une augmentation de l’utilisation, ce qui laisse des stocks de report stables d’un mois sur l’autre, à 182 millions (+3 millions). Les échanges en 2022 ne devraient guère changer d’une année sur l’autre, proches d’un nouveau sommet.

L’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) est à peine plus élevé que le mois dernier, car le recul des prix du soja est compensé par des gains pour les autres éléments.

Lire la suite

Qualit@lim




La récolte de triticale 2021 : production en forte hausse et qualité satisfaisante pour l’alimentation animale

La production française de triticale de la récolte 2021 est estimée à 1,72 million de tonnes, soit une augmentation de 41 % par rapport à 2020 (estimation au 01/10/2021, Service de la Statistique et de la Prospective - ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation). Ce résultat s’explique par une hausse de 11 % des rendements (51,8 q/ha en moyenne) et de 27 % des surfaces.

Avec des teneurs en eau correctes et des taux satisfaisants de protéines et d’amidon, le triticale de la récolte 2021 devrait satisfaire les besoins des industries de l’alimentation animale.

Télécharger le document pdf