S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°46 - Vendredi 17 décembre 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
bandeauaxereal

Assemblée Générale

et résultats annuels



Le Conseil d’Administration d’Axéréal réuni en Assemblée Générale le 9 décembre 2021 a présenté les comptes du groupe arrêtés pour l’exercice clos au 30 juin 2021.

Malgré un contexte défavorable en 2020-2021, le groupe coopératif Axéréal maintient sa performance opérationnelle, en affichant une trajectoire basée sur la transition agricole et alimentaire.

Pour Jean-François Loiseau, Président d’Axéréal : « La campagne 2020-2021 restera marquée par un environnement particulièrement difficile, cumulant une moisson historiquement basse, et des marchés toujours très affectés par la crise de la Covid-19. Dans ce contexte, le virage stratégique dans l’organisation de nos activités agricoles initié il y a maintenant un an, révèle tout son intérêt pour davantage d’agilité et de synergies. La transition agricole et alimentaire chez Axéréal n’est plus un objectif, elle est aujourd’hui une réalité. La création de valeur se traduit à toutes les échelles sur les exploitations, dans nos développements industriels, et auprès de nos clients : une production saine, pour une alimentation de qualité. Si l’objectif reste intact, nous accompagnons nos activités vers les marchés les plus porteurs pour valoriser la production des agriculteurs. 3 500 jours cumulés de construction et d’échanges avec les agriculteurs durant les 12 mois écoulés pour réussir ensemble cette ambitieuse transformation : c’est dans la proximité et le dialogue que nous construisons notre avenir ».

Garder le cap de la performance durable

La récolte 2020 du pôle agricole en France atteint un niveau particulièrement bas, avec 3,2 millions de tonnes collectées, soit une baisse de rendements de plus de 20 % par rapport à l’année précédente, en ligne avec la production française.

Malgré cela, l’objectif du million de tonnes de grains commercialisés provenant de filières à cahiers des charges à horizon 2022 est maintenu. Avec 620 000 tonnes de grains désormais fléchés vers ces filières cette année, la progression est de +14 % par rapport à l’année précédente.

Les synergies réalisées entre les différentes activités et la montée en puissance des projets de digitalisation nous permettent d’afficher des premiers gains de compétitivité concrets: développement du e-commerce pour les adhérents (trafic en hausse de 34 % par mois sur notre plateforme), gains de parts de marché, en particulier pour notre activité malt, agilité dans nos schémas logistiques etc.

La dynamique de décarbonation des filières est déjà mesurable : 200 000 tonnes de cultures bas carbone en cible pour la récolte 2022, toutes espèces confondues, mise en place de réseaux d’agriculteurs pionniers dans les démarches de travail et de santé des sols à échelle des exploitations françaises, progression de l’indépendance énergétique de nos sites de transformation, avec pour exemple la mise en service de la centrale solaire thermique de notre malterie historique d’Issoudun.

Chiffre d’affaires : 3 128 M€, soit +3 % par rapport à l’année précédente

Cette évolution provient principalement de la hausse des volumes de malt vendus, avec une belle performance commerciale réalisée sur l’exercice, alors que le marché du malt enregistre un recul suite aux différentes mesures de confinement à travers le monde. Les volumes vendus atteignent 2 649 kT au 30 juin 2021, ce qui représente 43 % du chiffre d’affaires du Groupe.

Les activités Agriculture & Filières représentent quant à elle 57 % du chiffre d’affaires du Groupe.

Excédent brut d’exploitation (EBE) : 165 M€, soit +19 %

Sur la partie Agriculture & Filières, les premières actions du plan de transformation portent leurs fruits et permettent d’engager des projets d’avenir. Par ailleurs, le plan de réorganisation a été déployé dans les délais, permettant de réaliser des économies dès 2021. Le nouveau positionnement de nos politiques commerciales agricoles reçoit un bon accueil auprès de nos agriculteurs engagés.

Côté Malt, nous sommes sur la première année pleine suite à la reprise des activités de Cargill Malt. Les initiatives engagées sur le déploiement des synergies et l’efficacité des coûts ont généré des résultats supérieurs aux attentes. Parmi les initiatives clés figurent par exemple la mise en œuvre du nouveau système d’information, et la mise en production de l’usine en Éthiopie.

L’année reste toutefois marquée par la pandémie de la Covid-19. Les impacts de la crise sanitaire, estimés à environ 150 000 tonnes au 30 juin 2021, correspondent principalement à des pertes de volumes liées au ralentissement du marché du malt à la suite des mesures de confinement prises dans les différents pays.

Par ailleurs, la collecte est historiquement basse sur les activités agricoles, avec un recul supérieur au million de tonnes collectées.

Pour Paul-Yves L’Anthoën, Directeur Général d’Axéréal: « La transformation de notre groupe s’accompagne d’un plan d’investissements soutenu, que nous n’avons pas infléchi malgré l’année très chahutée. Nous avons consacré 98 millions d’euros à nos investissements en 2020-2021, soit 13 M€ de plus que l’année précédente. Nous poursuivons le soutien à nos sites agricoles, pour leur permettre par exemple d’accompagner la croissance de nos filières à valeur ajoutée. Côté malt, nous finalisons une année riche en extensions de capacité de production : Buckie en Ecosse, Athy en Irlande, Cavan en Australie... La finalisation opérationnelle de l’intégration des malteries récemment acquises auprès du groupe Cargill est un cap franchi cette année avec succès, nous permettant désormais d’adresser une offre puissante à l’ensemble des marchés mondiaux de brasserie et de distillerie. Enfin, il faut saluer l’engagement exemplaire et exceptionnel des collaborateurs durant cette campagne. Ces derniers ont su s’adapter à la période inédite que nous avons cette année encore vécue pour permettre d’atteindre un haut niveau de performance, conforme aux attentes des clients. »

Trois nouveaux Administrateurs pour Axéréal

Le 9 décembre 2021, trois nouveaux administrateurs ont intégré le Conseil d’Administration de la coopérative. Déjà conseillers de région, ils sont tous certifiés de la première promotion de jeunes agriculteurs Axéréal « gouvernance et stratégie coopératives » à l’Université Paris-Dauphine.

  • Flavie Delattre, 27 ans, agricultrice gérante d’une exploitation grandes cultures à Férolles (45) dans la région Seine Loire depuis 2020, après y avoir travaillé depuis 2018.
  • Thibault Lecomte, 37 ans, agriculteur installé depuis 2015 sur une exploitation grandes cultures à Soye-en-Septaine (18) dans la région Champagne Berrichonne.
  • Nicolas Chevrier, 43 ans, agriculteur installé depuis 2000 sur une exploitation grandes cultures à Céré-la-Ronde (37) dans la région Grand Ouest

Dominique Dhuy et Pierre Mellin, Administrateurs depuis respectivement 1999 et 1996, ont quitté le Conseil d’Administration. « Nous remercions le travail de Dominique Dhuy et Pierre Mellin durant ces nombreuses années. Par leur vision et leur implication, ils auront contribué à accompagner la coopérative vers la performance durable, et dans un esprit de filière. » a salué Jean-François Loiseau, Président d’Axéréal.

Site internet : https://www.axereal.com/

Crédit photo : Stéphane Hussein

exercice 2020-2021



Sur l’exercice 2020-2021, le Groupe coopératif Euralis conforte sa stratégie de développement et confirme le net rebond de sa performance économique

Sur l’exercice 2020-2021, le Groupe coopératif Euralis affiche un chiffre d’affaires brut de 1,44 milliard d’euros, en croissance de plus de 100 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent, une hausse qui intègre les changements de périmètres positifs et les impacts négatifs liés à la baisse de production des céréales, à la crise du Covid-19 et à l’Influenza Aviaire. L’EBITDA, qui mesure quant à lui la performance de l’entreprise, atteint 78 millions d’euros et progresse ainsi de près de 16 millions d’euros à périmètre comparable, principalement porté par les Activités Agro- alimentaires. A l’instar de l’EBITDA, le résultat d’exploitation a augmenté de 20 millions d’euros et contribué à l’amélioration du résultat net.

Ces indicateurs à la hausse attestent que le Groupe a progressé sur ses fondamentaux. Ainsi, fort d’une confiance retrouvée, Euralis structure son ambition.

Activités Agricoles : transformation effective et amélioration des résultats

Les surfaces des filières végétales se développent en légumes (+17%), en semences (+3%) et sur les productions contractuelles de maïs, malgré une collecte d’automne historiquement basse en volume (-29 %). Sur les filières animales, l’évolution est contrastée avec une hausse des productions bovines (+2%) et une baisse des volailles (-11%) impactées par la grippe aviaire. Dans le cadre de la loi Egalim, Euralis a fait le choix du conseil. Ainsi, les activités phytosanitaires ont été séparées dans deux entités juridiques distinctes (Distrialis et EVV) et l’offre de conseil et de services a été déployée auprès des agriculteurs (1 800 exploitations du Sud-Ouest sont accompagnées par Euralis). Un vaste plan de formation a été mis en place pour accompagner les conseillers d'exploitation et les aider à adopter une nouvelle posture. Enfin, la Distribution Grand Public, avec ses magasins Point Vert, confirme sa progression de chiffre d’affaires (+10%), portée notamment par les excellentes performances des rayons alimentaires en circuit court La Table des Producteurs.

Il est à noter que 85 % du chiffre d’affaires réalisé par ces rayons sont redistribués dans un rayon de 25 km autour des magasins.

Lidea (Activités Semences) : une croissance à l’international confirmée

Lidea affiche une croissance de son chiffre d’affaires de 2%, malgré un disponible fortement contraint du fait de rendements impactés par une météo défavorable. Cette croissance est portée par la dynamique des marchés du sud et de l’est de l’Europe tandis que le marché français a décru sur les espèces Maïs et Tournesol. L’intégration de Caussade Semences Group est en grande partie finalisée et la première campagne commerciale sous la marque Lidea est intervenue dès l’été 21. L’année a également été marquée par l’inauguration d’un nouvel outil industriel en Roumanie et la finalisation de la construction de l’usine russe désormais opérationnelle pour accompagner la croissance commerciale des marchés locaux. En termes d’EBITDA, la performance de l’année aura été stable, malgré une augmentation des prix de revient, des rendements en retrait et des effets de change défavorables.

Activités Alimentaires : une progression notable dans un contexte compliqué

Les Activités Canard affichent une croissance de l’EBITDA de 9 millions d’euros, dans un contexte marqué par la Covid 19 et l’Influenza Aviaire qui ont impacté le chiffre d’affaires. La complémentarité des deux bassins - Sud-Ouest et grand-ouest (Bretagne et Pays de la Loire) - a permis de faire face à l’épizootie et de ne pas perdre de parts de marché. Chez Euralis, comme pour la filière dans son ensemble, ce nouvel épisode de grippe aviaire impose des contraintes de production spécifiques et rappelle l’importance du respect des mesures de biosécurité. Au sein de la coopérative, depuis 2017, les éleveurs adhérents ont investi près de 18 millions d'euros afin de passer à un système de bande unique par site, de renforcer l’efficacité du nettoyage pendant les vides sanitaires et de maîtriser les flux de circulation sur les exploitations. Avec une légère croissance de son chiffre d’affaires (1%), la marque Maison Montfort consolide sa position de numéro 2 en GMS, malgré des contraintes de volumes liées à l’Influenza Aviaire. La marque Rougié quant à elle, portée par sa notoriété, affiche un rebond notable dès la réouverture des restaurants.

La croissance rentable de STB (Stalaven et l’Atelier Traiteur) se poursuit avec un EBITDA en augmentation de 7 millions d’euros sur l’exercice. Cette croissance est portée notamment pour Stalaven par la bonne dynamique de trois familles de produits (la pâtisserie salée, les plats cuisinés et les saucissons) et les bonnes performances sur le marché des commerces de proximité. La supériorité produit et l’innovation portent 50% de la croissance globale. Toutes marques et toutes familles de produits confondues, la valeur des ventes nettes de l’activité traiteur a ainsi progressé de 11% avec des taux atteignant +23,4% pour la pâtisserie salée, +18,4% pour les plats cuisinés et +15,7% pour les saucissons. Ces performances vont permettre d’accélérer les investissements industriels sur le site d’Yffiniac.

Christophe Congues, Président d’Euralis : « l’exercice 2020-2021 a été marqué par une crise sanitaire qui a perduré et un nouvel épisode d’influenza aviaire. Dans ce contexte incertain, forts de nos fondamentaux et du professionnalisme de nos équipes, nous sommes parvenus à renouer avec une belle dynamique qui nous permet de nous projeter sereinement. Ensemble, collaborateurs et agriculteurs, nous contribuons à une agriculture nourricière proche de nos territoires, durable, plurielle, saine et accessible. Une agriculture qui contribue à développer le revenu de ceux qui la pratiquent et assure la compétitivité du Groupe. Offensifs, nous sommes dans une phase de relances de projets et réaffirmons notre volonté de diversification : du kiwi à l’énergie, les opportunités sont nombreuses pour les agriculteurs et elles doivent contribuer à sécuriser leur revenu. Toutes ces opportunités s’inscrivent naturellement dans notre stratégie RSE ».

Philippe Saux, Directeur général d’Euralis : « malgré des conditions adverses (rendements maïs bas, Covid 19, Influenza Aviaire, recul de certains marchés), la performance économique d’Euralis est en progression par rapport à l’exercice précédent, ce qui montre la capacité de notre Groupe coopératif à se mobiliser pour rebondir et déployer sa stratégie avec efficacité. On doit aussi cette dynamique retrouvée à la rigueur et à l’engagement de nos collaborateurs et à l’adhésion de la grande majorité de nos adhérents au projet stratégique ».

Ces résultats seront soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale d’Euralis Coop le 11 février 2022.

DÉPLOIEMENT DES STRATÉGIES : QUELQUES EXEMPLES

Sur l’exercice, Euralis a confirmé sa triple vocation : alimentaire, sociétale et de producteur d’énergie.

La vocation alimentaire : l’ambition du Groupe est de proposer une production agricole et alimentaire de qualité, accessible à tous, qui respecte l’environnement, répond voire anticipe les attentes des marchés et des consommateurs et garantit un revenu sécurisé aux agriculteurs.

Proposer des produits en phase avec les tendances de consommation :

  • Les rayons alimentaires en circuits courts La Table des Producteurs distribuent des produits locaux, tracés et de saison. 500 producteurs sont référencés dans ces corners.
  • Rougié a développé des innovations produit qui répondent aux attentes des chefs, notamment un burger de confit de canard effiloché, qualitatif, pratique à cuisiner, facile à livrer.
  • Maison Montfort a identifié sur les emballages de ses produits les producteurs avec lesquels elle travaille afin de mettre en avant la traçabilité et l’origine locale.
  • Stalaven a travaillé sur la supériorité produit, relevant ses niveaux d’exigences sur les critères organoleptiques et nutritionnels.

Contribuer à sécuriser le revenu des agriculteurs :

  • Le Pôle Agricole ambitionne de contractualiser 70 % de ses productions végétales à horizon 2025 en développant en particulier des cahiers des charges spécifiques - citons par exemple le partenariat noué avec Pernod Ricard pour la production de maïs ou celui, plus ancien, conclu avec Bonduelle pour la production de légumes.

La vocation sociétale d’Euralis revêt une dimension économique, environnementale et sociale, piliers de la stratégie RSE du Groupe.

S’engager dans l’économie des territoires et contribuer à leur vitalité :

  • Euralis contribue à l’emploi direct et indirect (50 000 emplois indirects ou induits). Sur l’exercice, 300 millions d’euros d’achats ont été effectués auprès des adhérents et 600 millions auprès des fournisseurs (matières premières, transport, énergies).
  • Les rayons La Table des Producteurs assurent un débouché pour les producteurs référencés (chiffre d’affaires en croissance de 22% sur l’exercice).

Fort de cet ancrage territorial, conforter notre rayonnement à l’international :

  • Avec un chiffre d’affaires de plus de 80% hors de France, Lidea confirme son développement en Europe de l’Est, en Russie, en Pologne et en Roumanie en particulier.
  • Le Pôle Agricole poursuit la dynamique de ses activités à l’export en développant ses filières. Adopter des pratiques agricoles qui préservent l’environnement :
  • Euralis optimise la gestion des ressources (eau, énergie, sol...)
  • La coopérative encourage la réduction des intrants
  • Lidea travaille en R&D sur des semences qui résistent mieux au stress hydrique

Faire le choix du conseil pour aider les agriculteurs à modifier leurs pratiques :

  • Sur l’exercice, plus de 1 800 contrats ont été signés

En tant qu’entreprise socialement responsable, se préoccuper de ses collaborateurs :

  • Pour accompagner sa transformation, le Pôle Agricole va investir 5 millions d’euros d’ici 2024 sur des plans de formation et il a dispensé sur l’exercice 10 000 heures de formation aux conseillers d’exploitation.
  • L’attention portée à l’individu se traduit par des plans d’action d’amélioration de la sécurité au travail dans l’ensemble de nos activités, le Zéro accident étant un objectif partagé par tous.

Vocation de producteur d’énergie : le Groupe contribue déjà à produire de l’énergie. Il veut créer des filières dédiées.

  • Sur l’exercice, 29% du maïs produit (soit 194 000 tonnes) est intervenu dans la fabrication d’éthanol, dans le cadre de notre partenariat avec BSO (64)

Proposer des projets photovoltaïques aux agriculteurs :

  • Euralis veut équiper les toits des exploitations de ses adhérents (un état des lieux des surfaces disponibles a été entamé sur l’exercice). L’agrivoltaïsme est aussi une opportunité d’accompagnement des exploitations.

Produire de l’énergie renouvelable sur les sites du Groupe :

  • Des installations de panneaux photovoltaïques sont planifiées à Maubourguet (65) et aux Herbiers (85). L’ambition est de produire, à horizon 2022, au moins un quart de l’énergie consommée par ces usines grâce à ces panneaux.

Site internet : https://www.euralis.fr

Assemblée Générale



Dijon Céréales confirme la dynamique de son projet d’entreprise « Actifs, positifs, coopératifs », et engage l’année 2022 sous le signe de l’innovation et de la proximité

L’assemblée générale du groupe Dijon Céréales s’est déroulée ce mardi 14 décembre 2021, sous la forme d’une émission diffusée en ligne, menée par le Président Didier Lenoir et le Directeur Général Christophe Richardot et à laquelle Sébastien Abis, Directeur du Club Déméter, a apporté sa vision prospective.

Si l’exercice 20-21 a été rendu compliqué par la 2nde moins bonne collecte de la coopérative (voir ci-après), cela n’a pas entamé la volonté de Dijon Céréales de regarder l’avenir selon les principes édictés par sa signature : actifs, positifs et coopératifs.
La mise en place du Plan demain en 2020, après le volet réorganisation, a inscrit Dijon Céréales dans une forte dynamique de projets, impliquant un large collège de collaborateurs dans la réflexion et l’action pour mettre en place une coopérative bien dans son temps.

Site internet : https://www.dijon-cereales.fr

Télécharger le document pdf

Rapprochement




Le rapprochement entre le groupe Eureden et la société André Bazin se concrétise

Après avoir obtenu le feu vert de l’Autorité de la Concurrence, le rapprochement entre le groupe agroalimentaire breton Eureden et la société franc-comtoise André Bazin se concrétise et entre dans une phase opérationnelle.

Le 25 novembre 2021, l’Autorité de la concurrence donnait son feu vert à la prise de contrôle exclusif par le groupe Eureden de la société Financière Perna, société de tête du groupe André Bazin, actif dans le secteur de la charcuterie-salaison.

L’opération s’est concrétisée hier à Paris par la signature entre Philippe Wagner, président du groupe André Bazin, et Alain Perrin, directeur général du groupe Eureden, du partenariat entre les deux groupes.

Dans les mois qui viennent, des groupes de travail vont être lancés pour mettre en œuvre les opportunités de développement et les synergies identifiées par les deux groupes autour des complémentarités de produits et de marchés : l’offre terroir, les marques régionales et la naturalité.

Le partenariat entre Eureden et le groupe André Bazin repose sur l’autonomie des équipes dirigeantes en place et n'entraîne donc pas de modification dans les organisations et les responsabilités opérationnelles.

Par cette opération, Eureden réaffirme son ambition de devenir, à partir de l’activité d’Aubret et d’André Bazin, un leader de la salaisonnerie en France, en s'appuyant sur des démarches filière, la valorisation de spécialités et de marques régionales, l'innovation produit et service, le multi-espèces et la naturalité et en se déployant sur l'offre de protéines végétales.

Sites internet : https://www.eureden.com/fr/
https://www.andre-bazin.fr/

Une campagne très active

pour la Coopérative et ses filiales



Poursuivre notre dynamique de changement au service de nos adhérents

Des évolutions de périmètres et d’organisation

  • Avec la fusion en janvier 2021 de nos deux réseaux de jardineries au sein des Jardineries Monplaisir puis l’acquisition en juillet 2021 des fonds de commerce de 5 magasins Gamm Vert situés en Gironde et dans les Landes, notre réseau compte aujourd’hui 69 magasins.
  • Avec l’acquisition en juillet et août 2020 par notre filiale Durepaire du fonds de commerce HUMAL, entreprise spécialisée dans le décorticage et le floconnage de céréales, suivi de la reprise de Martin Bois, nous venons renforcer notre activité microingrédients et énergies renouvelables au sein du Pôle Elevage. Ce dernier complète son déploiement 1 an plus tard avec le rachat de 75 % du capital d’ARP, situé prés de Niort, franchisé de la société Lély pour le territoire Poitou-Charentes et Limousin, une entreprise spécialisée dans la fourniture de solutions robotiques dans les exploitations d’élevage.
  • La fusion de nos deux filiales viticoles, Unicognac et AE DOR, programmée en novembre 2021 avec effet rétroactif au 1er juillet permet l’émergence de Maison Ansac, société qui portera les marques Jules Gautret, AE DOR et Ansac. Cette évolution permettra de nouvelles synergies commerciale, industrielle et organisationnelle. Par ailleurs, Les Gourmandises Jules Gautret, notre filiale axée sur les produits régionaux ont racheté la biscuiterie Fort Boyard en mars 2021 afin de renforcer l’offre produits en circuit court.

Des orientations stratégiques au service des adhérents

  • Au cours du séminaire de la gouvernance de mars 2021, la stratégie du Groupe a été complétée afin de répondre au mieux aux enjeux auxquels nous devons faire face, qu’ils soient d’ordres économiques, technologiques, environnementaux, réglementaires ou sociétaux.
  • Il s’agit de réussir la transition agricole et alimentaire en cours et de nous donner les moyens d’installer une agriculture durable et rémunératrice au bénéfice de nos adhérents. Cette dynamique de progrès porte désormais un nom : « Le Sillon Responsable ».
  • Nous devons pour cela poursuivre la transformation de notre modèle : continuer à innover en amont dans une agriculture plus durable, plus digitale, plus systémique, mais aussi continuer à investir et à créer de la valeur en aval par la valorisation des productions et la diversification. Sur l’exercice, ce sont ainsi 18 millions d’€ d’investissement corporel qui ont été investis pour le Groupe, dont près de 8 millions pour la Coopérative. Modernisation d’installations, construction d’un silo mutualisé porté par Aquitabio, construction d’un nouveau magasin Gamm Vert et enfin investissements destinés aux activités viticoles, élevage et agroalimentaire, telles sont les allocations principales de ces montants.

Des retours économiques vers les adhérents

  • Avec une récolte de céréales historiquement basse en retrait de 28 % par rapport à la campagne précédente, la hausse des prix et la bonne performance de mise en marché, ont permis une rémunération au meilleur niveau de notre environnement. Cela a permis de compenser en bonne partie ce déficit en volume.
  • La hausse des prix des matières premières impacte fortement les coûts de production dans les élevages en particulier les granivores, les exploitations herbivores profitant d’un contexte fourrager favorable. La politique de contractualisation sur les aliments a permis de limiter les hausses des prix pour 2/3 des volumes commercialisés pour Océalia.
  • La viticulture charentaise reste, quant à elle, sereine et bien orientée.
  • Dans ce contexte, le plan d’économie décidé dès le début de la campagne a également contribué aux bons résultats de la Coopérative.
  • Au niveau du Groupe, toutes les filiales sans exception dégagent des résultats satisfaisants, pour certaines largement au-dessus du budget fixé. Il est à noter l’excellente performance des activités jardineries, popcorn et snacking, ainsi qu’un redressement très net des filiales viticoles après 2 années de structuration, une bonne tenue des filiales du Pôle élevage malgré un contexte encore en demi-teinte sur les productions animales. Le chiffre d’affaires consolidé Groupe s’élève à 810 M€ pour un résultat net de 12.4 M€, en hausse par rapport à l’exercice précédent.
  • Les filiales pèsent 1/3 du CA consolidé mais près de 60 % de l’EBE Groupe, ce qui confirme la pertinence des orientations choisies. L’importance prise par la contribution des filiales nous a amenés à mettre en place un retour économique plus direct vers nos adhérents : une nouvelle ristourne directement liée aux résultats des filiales, avec une enveloppe significative.

Renforcement de la proximité auprés de nos adhérents :

Forte adhésion des adhérents à notre nouvelle politique d’accompagnement terrain

La campagne aura été marquée par le déploiement, pour la deuxième année, d’une politique centrée sur l’accompagnement personnalisé des adhérents. Dans le contexte de mutation de l’agriculture vers une limitation des intrants issus de la chimie, les risques en culture vont augmenter et pourtant il nous faut répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux. Plus les exploitations agricoles sont exposées, plus l’accompagnement revêt d’intérêt sous toutes ses formes : agronomie, gestion des risques, environnement, certification ... Pour apporter des réponses personnalisées, Océalia développe 2 offres contractuelles. Ces deux contrats de services sont complétés par des outils, ou prestations complémentaires accessibles à la carte. Le binôme Conseiller d’Exploitation et Responsable de site reste le relais de proximité essentiel de la Coopérative. Avec 85 % des ha potentiels engagés dans ces contrats, cela témoigne de la bonne adhésion des adhérents à cette démarche.

Des Conseils de Territoire opérationnels et prospectifs

Lancés il y a un an, les 6 Conseils de Territoire, instances de proximité visant à renforcer le lien et les échanges avec les adhérents, se sont réunis 3 fois sur l’exercice pour des réunions denses et riches, axées sur des sujets prédictifs. Ces réflexions collectives contribuent à faire évoluer les travaux des équipes.

Plateforme digitale Aladin et logistique Océalia : vers l’excellence opérationnelle

Au-delà du déploiement de nouveaux services porteurs de valeur ajoutée pour nos adhérents, le développement de la plateforme digitale ALADIN en collaboration avec In Vivo, nouveau canal de distribution auprès de nos adhérents, a été un vrai succès sur la campagne écoulée. Simple, efficace, attractive, cette plateforme nous conduit à repenser et rationaliser notre organisation logistique, pour plus de satisfaction adhérents.

Développer et promouvoir l’agriculture de demain avec notre démarche Le Sillon Responsable.

Dans un environnement climatique, réglementaire et sociétal bousculé, concilier compétitivité économique et accélération de la transition agricole et alimentaire est le défi majeur de notre Coopérative. Innover, aller chercher des rémunérations complémentaires pour nos adhérents, satisfaire nos clients, tel est notre objectif pour une agriculture durable, portant des valeurs économiques, sociales et environnementales.

Conclusion :

Riche de ses 10 000 adhérents et 1 533 salariés, fort de ses activités diversifiées et fier de son modèle Coopératif, le Groupe Océalia est au service de ses adhérents, tendu vers l’avenir, prêt à répondre aux multiples défis de notre environnement.

Croissance et développement économique, adaptation continue pour préparer l’avenir, accompagnement des adhérents et performance s’appuyant sur les forces vives d’Océalia, telles sont les clefs de la résilience du modèle Océalia.

« Un Groupe Coopératif leader engagé à produire une offre alimentaire responsable et compétitive au bénéfice des territoires et des consommateurs»

Site internet : https://www.ocealia-groupe.fr/

#INSPIRE 2025



Une feuille de route pour préparer demain

La réflexion stratégique démarrée il y a plusieurs mois a trouvé en 2021 sa concrétisation en projet d’entreprise : #INSPIRE 2025 est la feuille de route qui va guider NatUp pour répondre aux mutations dans lesquelles le groupe évolue, en s' appuyant sur ses fondamentaux mais aussi en accélérant dans des domaines tels que l’innovation ou la responsabilité environnementale.

Ce projet intégrant l’ensemble de ses parties prenantes – adhérents, salariés et partenaires institutionnels ou commerciaux – repose sur 7 engagements à forte valeur d’enjeux :

La durabilité et la performance de la collecte, avec un taux de contractualisation porté à 50%, des cahiers des charges rigoureux (1) et la recherche d'une efficience économique, environnementale, sociétale et de gestion des risques quantifiée (2).

Une poursuite de la montée en puissance des activités de diversification, avec pour objectif une contribution à hauteur de 50% de l’EBE de NatUp (3).

Une démarche de progrès environnementale, qui doit à terme engager la totalité des adhérents dans une amélioration vertueuse de pratiques en matière de certifications, d’intrants, d’émission de gaz à effets de serre (4) mais aussi conduit à l'optimisation de son impact carbone au service d’une agronomie source de productivité et de l’enjeu climat et répondra aux objectifs fixés à nos filières par le gouvernement (5)

L’accompagnement de la trajectoire professionnelle des collaborateurs de NatUp qui dans ce monde changeant, doivent trouver sécurité, équilibre, développement des compétences et épanouissement au travail (6)

Un engagement enfin à proposer à ses adhérents toutes les innovations digitales, technologiques, économiqueset environnementales créatrices de valeur et de perspectives. Cette innovation sera aussi mise au service de la productivité de ses unités industrielles (7).

Tous ces engagements seront développés et suivis en cohérence avec les valeurs stratégiques du groupe : inventivité, résilience, authenticité, ouverture, co-construction et partage.

Retrouvez les actions de #inspire qui ont déjà été mises en œuvre sur l'espace presse de www.natup.coop

Le rapport intégré 2021

Bilan 2020-2021 et perspectives



Le groupe Terres du sud maintient le cap et annonce l'amélioration de ses résultats

Le groupe coopératif Terres du Sud tenait son Assemblée générale annuelle ce vendredi 10 décembre 2021 à Fauillet (47). À cette occasion, les fruits de la stratégie initiée en 2018 et organisée autour de son projet d’entreprise « Développeur de Terroirs » ont été présentés : malgré un contexte tendu, le cap a été maintenu, des chantiers structurants ont été engagés. Les premiers résultats sont encourageants avec un retour à l’équilibre pour l’exercice 2020/2021 (+ 3,8M€ de résultat net pour un chiffre d’affaires de 590 M€). Une 1ère étape importante qui valide la pertinence de la stratégie et conforte le groupe à poursuivre sa feuille de route en 2022, année qui marque 3 décennies au service des terroirs.

Télécharger le document pdf

Agora,

en route pour 2030



Dans un contexte singulier avec une moisson 2020 mitigée, la mise en application de la séparation vente/conseil au 1er janvier 2021 et la pression sanitaire, Agora, présente une nouvelle fois un bilan financier positif et satisfaisant. La coopérative se donne les moyens de transformer son modèle, son accompagnement et se projette à l’horizon 2030.

Un résultat d’exercice satisfaisant

Par son pilotage économique rigoureux, Agora clôture l’exercice 2020/21 (au 30 juin) avec un résultat net satisfaisant de 3 millions d’euros et un chiffre d’affaires global de 265 M€ équivalent à l’exercice 2018/19.

Cette bonne santé financière permet au Conseil d’Administration de proposer une distribution d’1M€ à ses adhérents. Nous retiendrons également pour l’exercice 2020/21 les points suivants :

  • Une collecte de 874 461 T équivalente à la moisson 2018
  • Une valorisation du blé à hauteur de 83% en prix de campagne à 180 €/T
  • Une légère baisse de l’activité approvisionnements (-2% par rapport à 2019/2020)
  • Des fonds propres qui permettent une bonne assise financière de l’entreprise face à des

marchés logistiques et d’engrais très chahutés.

Rappelons qu’au 1er janvier 2021, Agora a mis en application la séparation de la vente et du conseil avec le choix de la distribution des produits de santé du végétal. Ce choix permet à la coopérative de conserver, dans un premier temps, un équilibre financier afin de réaliser sa transition agroécologique et de mettre en œuvre sa stratégie 2030.

S’adapter en toutes circonstances !

L’agilité et la dynamique collective, sont les clés de réussite pour aborder un projet de transformation. A travers la crise sanitaire, ces capacités se sont trouvées décuplées. « Collectivement, nous avons trouvé une organisation hybride et agile pour assurer la continuité des services aux adhérents d’Agora mais aussi pour conduire nos projets » explique Agnès Duwer, Directrice Générale.

L’AGROforum (journée de conférences sur l’innovation agroécologique) ou encore l’Agora des collèges se sont digitalisés. C’est ainsi qu’une 3ème promotion de 350 collégiens a pu découvrir l’agriculture au travers de vidéos, de tchats et d’un Escape Game avec des agriculteurs et des collaborateurs.

« Le format change mais l’ADN de nos événements reste le même. » précise Agnès Duwer Agora innove et se donne les moyens de transformer son accompagnement

En 12 mois de structure, le Pôle Agroécologie expérimente, forme et diffuse ses connaissances au travers de nombreux supports : AGROforum, webinaires AGROconnect’, AGROexpé, flashs AGROplaine... L’équipe, qui travaille sur l’agriculture raisonnée, l’agriculture de conservation des sols, l’agriculture biologique, les CIVE (Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique) mais aussi les nouvelles cultures et le carbone, apporte des solutions innovantes aux adhérents pour développer la résilience de leurs exploitations.

« Parce que nous croyons profondément à la contribution positive de l’agriculture en termes de stockage de carbone et de réduction des émissions de GES, nous avons lancé un projet pilote AGROcarbone. Nous accompagnons, en partenariat avec le société RIZE, 30 jeunes agriculteurs, adhérents de la coopérative dans la réalisation d’un diagnostic d’exploitation grâce à la Méthode Label Bas Carbone Grandes Cultures et d’un plan d’actions. » explique Emmanuel Letesse, Responsable du Pôle Agroécologie. « Nous travaillons également avec RIZE à développer la valorisation des crédits carbone de nos adhérents. Un projet prometteur ! »

En parallèle, afin d’accompagner de façon personnalisée les adhérents d’Agora, 26 collaborateurs, techniciens et conseillers services, se sont engagés dans le parcours certifiant AgroTC, de LCA Solutions+.

Le renouvellement des générations est également au cœur des préoccupations. Ainsi, la coopérative anime une 3ème promotion Atouts Jeunes. 11 jeunes adhérents y participent activement afin d’approfondir leur projet d’installation et de découvrir la gouvernance de la coopérative.

Une vision et une raison d’être, les prémices d’un projet de transformation

Cette année a été consacrée à la réflexion autour d’un nouveau projet d’entreprise AGORA2030. Sa présentation aux parties prenantes a été reportée en raison de l’annulation de la réunion d’information qui devait se tenir lors de l’Assemblée Générale compte tenu du contexte sanitaire

« Le plan stratégique est la feuille de route que se donne une organisation pour concrétiser cette vision à moyen et à long terme dans lequel sont définis les objectifs à poursuivre. Et il faut du temps ! » explique Agnès Duwer. « Une des clés de réussite est la dynamique collective. C’est pourquoi nous travaillons avec les élus et les managers des pôles de la coopérative depuis 18 mois pour construire ensemble les projets à moyen et long terme. »

Agora partage sa vision d’une agriculture dynamique, d’agriculteurs professionnels et d’un territoire au cœur d’un bassin de consommation important et en pleine mutation. Cette vision se traduit par le fait d’apporter aux agriculteurs les moyens adaptés à la mise en œuvre de leurs projets, ainsi que les solutions innovantes indispensables à l’amélioration de la robustesse de leurs exploitations.

« Notre mission fondamentale est d’être un acteur régional reconnu, participant à la co-construction et à la valorisation d’une Agriculture de production, durable, aux bénéfices des Hommes et du Territoire » précise Thierry Dupont, Président de la Coopérative. « Notre ambition, est de réussir ces défis, tout en demeurant une coopérative de proximité, performante et attractive. »

La feuille de route sera dévoilée au printemps dès que les conditions sanitaires nous permettront de nous réunir en toute sécurité.

Site internet : https://www.coopagora.fr/