S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°35 - Vendredi 01 octobre 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques
bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché



23 septembre 2021

FAITS SAILLANTS

En tenant compte de moissons de maïs et de sorgho supérieures aux attentes mais avec des réductions dans le cas du blé, de l’orge et de l’avoine, les prévisions de production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2021/22 font 5 millions de tonnes de plus que le mois dernier, à 2.289 millions, une hausse de 3 % d’une année sur l’autre. Avec des stocks d’ouverture supérieurs aux estimations antérieures et une production revue à la hausse, et comme la consommation est inchangée d’un mois sur l’autre, les perspectives de stocks mondiaux à la fin de 2021/22 sont dopées de 10 millions de tonnes sur le mois dernier, principalement pour le maïs. Avec des expéditions majorées pour le blé, les prévisions de total des échanges mondiaux de céréales (juillet-juin) sont rehaussées de 2 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 416 millions.

Il n’y a guère de changements marquants concernant les perspectives de l’offre et la demande de soja formulées par le Conseil pour 2021/22, les plus grosses moissons aux Etats-Unis et au Brésil permettant d’étayer une production record, jugée inchangée d’un mois sur l’autre à 380 millions de tonnes (+5 % d’une année sur l’autre), en raison d’ajustements qui s’annulent pour l’Argentine et les Etats-Unis. Les projections pour le total de l’utilisation et les échanges sont maintenues à de nouveaux pics.

Malgré une nouvelle augmentation de la demande chinoise à l’affouragement, la consommation mondiale de riz en 2020/21 est estimée faire 3 millions de tonnes de moins que le mois dernier pour traduire une diminution en Inde, en lien avec une révision des données historiques. En tenant compte d’un plus gros chiffre pour les inventaires d’ouverture, les prévisions de stocks sont relevées de 8 millions de tonnes d’un mois sur l’autre. Cela se répercute sur une projection accrue pour les réserves mondiales en 2021/22, majorées de 10 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à un pic de 182 millions (+3 millions d’une année sur l’autre). Les échanges mondiaux en 2022 devraient faire 1 million de tonnes de plus que le mois dernier, à 48 millions (+1 million).

Après des mouvements bifaces depuis le dernier GMR, l’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) a affiché un modeste gain net.

Lire la suite

Récolte 2021

Blé dur



Qualité de la récolte 2021 de blé dur français à l'entrée des silos de collecte

Les pluies estivales auront marqué les esprits et ont été source de préoccupations pour la qualité des récoltes. Si les indices de chute de Hagberg et les poids spécifiques ont été régulièrement impactés à l’échelle nationale, les autres critères sont bons, à l’instar des teneurs en protéines élevées, favorables à une bonne valorisation pastière.

Les rendements observés à l’échelle nationale (+ 8,9 % par rapport à 2020 et + 3,5 % par rapport à la moyenne 2016-2020) permettent d’atteindre les 1,6 millions de tonnes* de blé dur produites. La production est ainsi en hausse de 23 % par rapport à 2020, mais reste inférieure de près de 4,9 % à la moyenne quinquennale. En effet, les surfaces de blé dur, estimées à 287 924 ha, ont augmenté de 14 % sur un an mais sont en retrait de 11 % en comparaison de la moyenne quinquennale 2016-2020.

L’essentiel du blé dur français est produit dans quatre bassins. Parmi eux, les bassins Centre, Ouest-Océan et Sud- Ouest ont connu des pluies particulièrement fréquentes en fin de cycle, impactant au passage certains critères de qualité. En conséquence, les indices de chute de Hagberg ont été régulièrement dégradés, s’écartant de la qualité habituelle des blés durs français. Les poids spécifiques (PS) ont également été touchés par les pluies estivales. La moyenne nationale est estimée à 76,1 kg/hl. Le travail des grains opéré par les organismes stockeurs permettra d’améliorer ce critère. Le bassin Sud-Est affiche, quant à lui, des indices de chute de Hagberg élevés et de bons poids spécifiques.

Cette année, les teneurs en protéines sont élevées à très élevées selon les bassins de production. La moyenne nationale est de 15 % et 91 % de la collecte dépasse les 14 % de protéines. En lien avec les teneurs en protéines et malgré les pluies en fin de cycle, 93 % des blés durs collectés affichent une vitrosité supérieure à 80 %. Autre point positif, le taux de grains mouchetés est particulièrement bas, avec une moyenne nationale à 1,6 %.

*Source : Service de la Statistique et de la Prospection du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, estimation au 1er septembre 2021

Télécharger le document pdf