S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°22 - Vendredi 08 juin 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Carnet

Rubriques

Nomination



Philippe Reignault, nommé directeur
du laboratoire de santé des végétaux et directeur de la santé végétale à l’Anses

Philippe Reignault a été nommé le 4 juin dernier, directeur du Laboratoire de santé des végétaux de l’Anses et succèdera, dès le mois de juillet prochain, à Charles Manceau, en tant que directeur de la santé végétale. Professeur des universités en biologie et pathologies végétales à l’université du Littoral Côte d’Opale depuis 2010, président du comité d’experts spécialisé en santé des végétaux à l’Anses depuis 2012, Philippe Reignault aura désormais la charge de coordonner l’ensemble des travaux scientifiques de l’Anses en santé et protection des végétaux.

Phytopathologiste, titulaire d’un doctorat de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) et d’une habilitation à diriger des recherches en sciences de l’université du Littoral Côte d’Opale (ULCO), Philippe Reignault a débuté sa carrière académique en tant que maître de conférences au sein de l’université du Littoral Côte d’Opale. En 2009, il devient directeur du laboratoire Mycologie-Phytopathologie-Environnement, puis à partir de 2010 responsable de l’équipe « Interactions plantes-champignons et remédiations » de l’unité de Chimie Environnementale et Interactions sur le Vivant. Il était depuis 2015 directeur du Pôle de recherche « Environnement, Milieux Littoraux et Marins » de l’ULCO.

Auteur de plus de 160 publications scientifiques, dont une quarantaine dans des revues scientifiques internationales, Philippe Reignault a étudié les interactions entre les plantes et leurs bioagresseurs à différentes échelles. Membre de plusieurs panels d’experts internationaux en « Santé végétale », notamment auprès de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, président du comité d’experts spécialisé « santé des végétaux » de l’Anses depuis 2012, Philippe Reignault est familier des travaux d’évaluation des risques. Sa vision globale des enjeux de sécurité sanitaire en santé des végétaux, sa connaissance du monde de l’expertise et de la recherche, sont autant d’atouts pour mener à bien ses nouvelles missions au sein de l’Anses.

Dans ses nouvelles fonctions, Philippe Reignault succède à Nathalie Franquet à la direction du Laboratoire de santé des végétaux (LSV) de l’Anses et à Géraldine Anthoine qui a assuré la direction par intérim du laboratoire. Il cumulera dès juillet prochain cette fonction avec celle de directeur de la santé végétale en remplacement de Charles Manceau appelé à prendre sa retraite. Il aura la charge de décliner les grandes orientations scientifiques de l’Anses au niveau du laboratoire, d’accompagner et promouvoir le rayonnement local, national et international du laboratoire et de coordonner l’ensemble des travaux de recherche et d’évaluation de risque en santé des végétaux de l’Anses.

Le laboratoire de la santé des végétaux est composé de 80 agents (8 unités scientifiques sur 6 sites géographiques) qui oeuvrent au quotidien pour assurer la sécurité sanitaire des filières végétales alimentaires, ornementales ou forestières.

Pour Philippe Reignault : « après 6 ans de présidence du CES « santé végétale », je me réjouis de rejoindre les équipes du Laboratoire de santé des végétaux de l’Anses que je connais bien, des équipes qui par la qualité de leurs travaux de recherche et de référence analytique travaillent chaque jour à la sécurité sanitaire des plantes et à la protection de l’environnement ».