S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°44 - Vendredi 07 décembre 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

L’écologie punitive,

cela suffit !




Les agriculteurs ont déjà donné !

Conseil stratégique obligatoire, séparation du conseil et de la vente, suppression des remises rabais ristournes sur les produits phytosanitaires, interdiction de produits sans solutions, la liste des contraintes imposées par le gouvernement, ayant un fort impact économique sur l’activité des producteurs de grandes cultures, s’allonge tous les jours. Et que dire du fait que ces décisions arbitraires, n’aient fait l’objet d’aucune étude d’impact.

La dernière trouvaille gouvernementale a été la mise en oeuvre par l’Etat d’une plateforme sur la sortie du glyphosate. Véritable souffle sur les braises de l’agri-bashing, cette démarche, une fois encore, vise clairement à stigmatiser les agriculteurs en les livrant à la vindicte populaire. Nous, représentants des producteurs de grandes cultures, disons que monter les Français les uns contre les autres est inacceptable d’autant plus qu’il s’agit de décisions arbitraires, motivées plus par des logiques doctrinaires que par des approches raisonnées.

Goutte d’eau, l’augmentation de plus de 100 millions d’euros prévue dans le projet de loi de finances pour 2019 de la redevance pour pollutions diffuses (RPD) sur les produits phytosanitaires. Les Pouvoirs publics savent-ils qu’ une exploitation de grandes cultures dont le revenu moyen par actif est, sur les cinq dernières années, de l’ordre de 2500 euros par ani, va subir un surcoût de plus 1500 euros, soit potentiellement le tiers de son résultat ! Comment peuvent-ils envisager une hausse de taxe au détriment d’un secteur qui traverse une crise sans précédent depuis maintenant cinq années ?

Pour nous, cela montre une nouvelle fois le décalage de nos dirigeants avec la réalité du terrain et leur dramatique méconnaissance de la situation économique de la ferme France. La transition agroécologique et la réduction de l’utilisation des phytosanitaires ainsi que la réponse au défi climatique, demandent des investissements de la part des agriculteurs et entrainent des pertes de rendement ! C’est donc bien d’un accompagnement dont nous avons besoin, comme aime à le rappeler le Ministre de l’Agriculture, et non de taxes !

Nous appelons, le gouvernement et les parlementaires à renoncer à l’augmentation de la RPD, à fermer la plateforme « glyphosate », à revenir à une position de sagesse sur la séparation du conseil et de la vente des produits phytopharmaceutiques. Il nous faut refonder un dialogue constructif pour accompagner la transition agroécologique dans laquelle les producteurs de grandes cultures sont résolument engagés au travers des plans de transformation de filière.
 

Sondage




Sondage sur l’impact économique
du mouvement des gilets jaunes

En dépit des annonces du chef de l’Etat sur le moratoire fiscal, le mouvement des gilets jaunes se poursuit sur le terrain. Des manifestations sont à nouveau prévues pour ce samedi 08 décembre. Ces blocages ont des impacts sur l’activité économique. Les organisations professionnelles du transport routier ont estimé entre 600 et 800 M € le coût que ce mouvement de contestation des gilets jaunes avait d’ores et déjà occasionné pour les entreprises du secteur. L’Association des Utilisateurs de Transport de Fret, l’AUTF, cherche de son côté à évaluer l’impact dans les différents secteurs d’activité.
 
Avec toute les marges d’incertitude liées à ce genre d’exercice vous êtes invités à nous indiquer, en répondant au sondage ci-dessous, le coût que le mouvement des gilets jaunes a engendré sur vos activités.

Pour accéder au sondage: https://fr.surveymonkey.com/r/3XDVWKT