S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

Vision 2030



Les orientations stratégiques
du projet « Vision 2030 »
de La Coopération Agricole

Le 14 janvier 2021, lors d’une rencontre, en distanciel, avec l’ensemble de ses adhérents, la fédération des coopératives agricoles et agroalimentaires françaises a pu dévoiler les contours de son projet stratégique « Vision 2030 ».

Après un travail collaboratif d’une année entière constitué de réunions avec l’ensemble de son réseau et d’échanges internes et externes avec des experts, La Coopération Agricole a fait naître un projet commun, portant l’ambition d’être un cap collectif au service du mouvement coopératif.

Ce grand projet nommé « Vision 2030 » est ancré autour d’une nouvelle raison d’être : « Bâtisseurs solidaire d’une alimentation durable et de territoires vivants » et se décline en trois piliers stratégiques que sont : la performance solidaire, l’alimentation durable et les territoires vivants. Ces grands axes stratégiques prennent en considération à la fois les enjeux, les attentes et les besoins de l’ensemble des parties prenantes du secteur alimentaire.

Le terme « bâtisseurs » évoque la résilience des entreprises-coopératives qui traversent les époques en s’adaptant aux changements. Il porte la volonté d’impulser une agriculture qui s’appuie sur une économie durable, tout en s’inscrivant dans une logique de souveraineté alimentaire répondant à tous les marchés, du local à l’international.

Le terme « solidaires » évoque la solidarité entre les adhérents coopérateurs, entre les coopératives, mais aussi intergénérationnelle : les coopératives sont un patrimoine commun qui doit être transmis aux générations futures.

« L’alimentation durable » est un parti pris qui évoque l’ambition de la Coopération de travailler à la durabilité de l’alimentation durable, en construisant des chaînes de valeur pour une alimentation responsable, saine et accessible à tous, qui inclut également la dimension plaisir.

Enfin, « les territoires vivants » fait référence à la dimension territoriale des coopératives, des entreprises non délocalisables qui sont créatrices de valeur et pourvoyeuses d’emplois dans sur l’ensemble des territoires français.

Lancement d’AuxinéA




Société de conseil & services dédiée aux coopératives agricoles et aux entreprises de l’agroalimentaire

Société de conseil créée sous l’impulsion d’Unigrains, AuxinéA a pour mission d’accompagner les groupes coopératifs agricoles et les entreprises de l’agroalimentaire pour les aider à apporter des réponses pragmatiques et adaptées aux enjeux financiers, d’organisation et de gouvernance auxquels elles font face.

Dans le contexte actuel de profonde mutation impactant les modèles économiques et organisationnels de ces entreprises, AuxinéA propose une offre de prestations de conseil, d’accompagnement et de services, spécialisée et adaptée à leurs problématiques, dans le respect de leur ADN et de leurs valeurs.

AuxinéA intervient dans le cadre de missions ponctuelles ou récurrentes dans les domaines d’expertise suivants, qui seront amenés à s’élargir dans le temps :

  • Structuration financière, financement et trésorerie
  • Planification financière, contrôle de gestion et optimisation des processus
  • Gestion des risques financiers

Dirigée par Catherine Requier, forte de 15 ans d’expérience professionnelle dont une dizaine passée au sein des directions financières de groupes coopératifs tels que Limagrain ou Tereos, AuxinéA bénéficie de l’expérience et du réseau du Groupe Unigrains, tout en agissant en complète indépendance, pour servir l’intérêt exclusif de ses clients.

Une approche unique et différenciante

AuxinéA s’adapte aux besoins et particularités de ses clients grâce à la conjonction des atouts suivants :

  • Spécialiste sectoriel : réelle connaissance des spécificités des mondes agricole et agroalimentaire
  • Expérience, savoir-faire et expertise: apportés par des experts ayant occupé des postes
  • opérationnels
  • Fiabilité et pragmatisme : approche sur-mesure et en adéquation avec les exigences du client
  • Large domaine d’interventions : permettant une approche transverse et complète
  • Mode opératoire adapté à chaque mission : dans une philosophie générale de transmission

Catherine Requier, Directrice Générale d’AuxinéA, déclare :
« AuxinéA se distingue par sa très grande proximité avec le monde agricole et la compréhension de ses spécificités. C’est en mettant en avant notre ADN commun que nous souhaitons nous positionner auprès des Directions Générales et Directions Financières et les accompagner dans la mise en place de solutions adaptées à leurs besoins, en prenant soin, lorsque cela est possible, de transmettre du savoir-faire aux équipes en place. »

Jean-François Laurain, Directeur Général d’Unigrains, déclare :
« C’est dans nos échanges avec les dirigeants – et notamment des Directeurs Financiers – des coopératives agricoles et entreprises agroalimentaires que ce besoin d’accompagnement spécifique est ressorti. L’activité d’AuxinéA s’inscrit pleinement dans l’orientation stratégique d’Unigrains, en permettant d’offrir encore plus de valeur ajoutée aux entreprises de notre secteur. »

Plus d'informations sur www.auxinea.fr

France Relance



Succès des aides à la conversion
des agroéquipements

Dotée de 215 millions d’euros, la prime à la conversion des agroéquipements de France Relance a rencontré un succès massif et rapide. Ce programme permet une substitution ou une réduction importante de l’utilisation d’intrants. Il est désormais clos avec plus de 205 millions d’euros de demandes déposées. Avec 14 710 dossiers déposés, ce sont autant d’agriculteurs, CUMA et entreprises de travaux agricoles qui vont ainsi pouvoir s’équiper de matériels performants pour remplacer leur ancien matériel et faire évoluer leurs pratiques vers plus d’agroécologie.

Pour Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, « ce succès est la preuve de l’efficacité et de la pertinence du plan France Relance. Nous avons mis en place des dispositifs simples et rapides au bénéfice de la modernisation et de l’accompagnement de notre agriculture. »

Par ailleurs, les départements d’Outre-Mer bénéficieront d’un accompagnement spécifique. Un bilan va ainsi être effectué afin de s’assurer que les agriculteurs ultra-marins bénéficient bien des mesures de soutien. Si nécessaire, le dispositif sera rouvert pour les Outre-Mer avec une enveloppe dédiée.

Le GNIS évolue…



et devient SEMAE, l’interprofession de toutes les semences et pour tous les usages

Aujourd’hui 27 janvier 2021, l’interprofession des semences a vécu une journée historique depuis sa création. Les portes du « GNIS de demain » se sont ouvertes en ligne, avec plus de 800 participants, afin de présenter le nouveau projet stratégique de l’interprofession, et les valeurs essentielles autour desquelles elle va se structurer avec un nouveau nom : SEMAE.

Le monde traverse de profonds changements et l’interprofession des semences et des plants également… Un moment capital qui va avoir des conséquences sur son organisation, sa gouvernance, son fonctionnement, ainsi que sur sa place au sein de la société.

Un projet stratégique ambitieux et novateur

L’année 2020 a été le fruit d’une réflexion en profondeur, qui a conduit à la mise en place d’un projet stratégique pour les années à venir, afin d’accompagner la filière dans son adaptation aux attentes sociétales et environnementales croissantes et à la nécessaire sécurité alimentaire pour tous.

Ce projet stratégique ambitieux et novateur s’inscrit dans le prolongement du plan de filière élaboré en 2017, autour de plusieurs axes : mieux répondre aux attentes des citoyens, des consommateurs et des clients ; innover pour accompagner les filières en transition agroécologique ; protéger, enrichir et diffuser la biodiversité. Un 4ème axe va venir compléter ce plan afin de renforcer la compétitivité et l’attractivité de la filière.

SEMAE : une raison d’être, quatre valeurs et quatre engagements majeurs

Afin de relever les grands défis que sont l’utilisation des produits phytosanitaires, la gestion de l’eau, le respect et la préservation de la biodiversité, l’adaptation des productions végétales aux aléas climatiques croissants, et l’assurance d’une alimentation saine et de qualité, SEMAE se construit autour d’une raison d’être, de 4 valeurs clé et de 4 engagements majeurs.

La raison d’être de SEMAE :

« Assurer la disponibilité et la fourniture de semences et plants de qualité en s’adaptant à la diversité des attentes des agriculteurs, des jardiniers et des consommateurs en France ainsi que sur les différentes zones de la planète ».

Les 4 valeurs clé portées par SEMAE :

  • La solidarité : La solidarité entre les différents métiers de la filière, entre les espèces ainsi que le souci du consensus et de l’intérêt du collectif.
  • L’ouverture et la transparence : L’ouverture à l’évolution des enjeux de la société, au dialogue, à l’écoute et au respect. La transparence financière dans les actions ; en interne comme en externe.
  • L’innovation et le progrès : Pour défendre et promouvoir l’intérêt des semences et plants comme source de progrès et de solutions pour les différents types d’utilisation.
  • La responsabilité : La responsabilité vis-à-vis de la société, compte tenue de la place des semences et plants en amont de la chaîne agroalimentaire ainsi que pour contribuer à la sécurité alimentaire de tous.

Les 4 engagements majeurs de SEMAE :

L’ouverture, la transversalité, la transparence et le service rendu.

L’interprofession a annoncé dès octobre dernier qu’elle s’ouvrait à la société en étant plus que jamais à l’écoute des enjeux sociétaux avec la mise en place d’actions concrètes pour y répondre, à la diversité en étant capable de servir les différents modèles d’agriculture sans les opposer, mais également à l’ensemble de la filière en élargissant le périmètre de l’Interprofession afin qu’elle soit celle de toutes les formes et de tous les usages des semences et plants (cf. projet stratégique).

  • L’ouverture : Si l’interprofession était déjà parfaitement représentative au sens de la législation européenne, son ambition est de s’ouvrir à tous les acteurs et toutes les formes de semences. Elle a invité les syndicats dits minoritaires à son Conseil d’administration et décidé de créer une 9ème section « Diversité des semences ».
  • La transversalité : A l’instar de la commission transversale « Agriculture biologique » créée en 2018 (dans le cadre du plan de filière), quatre nouveaux espaces d’échange seront créés et porteront respectivement les thèmes suivants : Communication, Innovation, Etudes & économie, et Réglementation. Elles permettront au Conseil d’administration d’avoir un fil directeur stratégique plus harmonisé et de prioriser les actions.
  • La transparence : Le projet stratégique réaffirme l’attachement de l’interprofession aux missions de service public qui lui sont confiées. L’indépendance du Service officiel de contrôle et de certification (SOC) qui est chargé de l’exécution de ces missions sera renforcée à travers un contrat d’objectifs et de performance signé avec l’Etat. Compte tenu de l’importance des semences dans la chaîne agro-alimentaire, SEMAE a engagé une démarche de responsabilité sociétale des organisations (pendant de la RSE des entreprises).
  • Le service rendu auprès des professionnels au niveau local comme à l’international : SEMAE répondra au besoin d’une plus grande proximité entre les familles de l’interprofession et leur écosystème en renforçant les responsabilités interprofessionnelles des régions. Par ailleurs, l’importance de l’action à l’international, dans une filière dont 50% du CA se fait en dehors du territoire national, est réaffirmée.

SEMAE : un nom porteur de valeurs et d’objectifs

Afin de porter ces évolutions, l’interprofession change de nom et SEMAE symbolise désormais ses valeurs et ses objectifs.

La rosace de graines multicolores est à la fois l’emblème de la diversité des espèces représentées au sein de l’interprofession, et de la diversité des acteurs qui la constituent. Elle représente également la biodiversité, à laquelle l’interprofession est viscéralement attachée.

Ce logo est enrichi par la signature « Toutes les semences pour demain », avec ce double objectif de pluralité et de responsabilité pour l’avenir.

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a clôturé cette riche journée en affirmant son soutien à SEMAE en soulignant que « SEMAE est à l’écoute des attentes de la société, et sait ainsi s’adapter à la pluralité croissante des modèles agricoles qui en découlent ». Il a noté que « Les semences et les plants ont un rôle crucial à jouer dans la transition agroécologique. Vous êtes la matière première des matières premières. Cette belle interprofession et cette belle filière sont des atouts pour notre pays pour regagner cette souveraineté agroalimentaire ».

Regarder la vidéo