S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°23 - Vendredi 15 juin 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

10 000 visiteurs


 

Les Culturales® atteignent
leur objectif

Les 13ème Culturales® viennent de fermer leurs portes à L’Isle-Jourdain dans le Gers. Ce salon de plein champ a tenu ses promesses : proposer aux agriculteurs une diversité de solutions performantes et durables pour produire des matières premières adaptées aux besoins des marchés et des consommateurs en s’adaptant aux attentes environnementales et sociétales. Les pluies très abondantes juste avant l’ouverture du salon ont rendues la préparation épique, obligeants les équipes d’Arvalis, les 44 partenaires et les 250 exposants à redoubler d’efforts pour offrir un vitrine exceptionnelle aux 10 0000 visiteurs.

 

Solutions performantes, productions diversifiées, qualité

Etats généraux de l’alimentation, adaptation aux marchés, exigences économiques, attentes sociétales de plus en plus clairement énoncées, le monde agricole est clairement « challengé ». Les Culturales® font parties des rendez-vous techniques incontournables qui présentent toute une gamme de solutions pour permettre aux agriculteurs de s’approprier le meilleur de l’innovation pour faire progresser les performances de leur exploitation et être en capacité de répondre aux besoins des filières agricoles, des consommateurs et aux attentes sociétales. Entretien de la fertilité des sols, innovations et alternatives pour la protection des cultures, innovations technologiques et numériques, raisonnements économiques et stratégies d’exploitation étaient les principaux thèmes sur lesquels experts et agriculteurs ont pu échanger.

Un partenariat fécond

Depuis 18 mois, les 44 partenaires ont conçu et préparé patiemment l’événement : vitrines végétales, démonstration techniques, show des innovations, forums interactifs, concours de robots, job dating, … La vitalité de ce partenariat a été saluée par les représentants de la communauté de communes, du département du Gers, de la région Occitanie et de la DRAAF, lors de la visite officielle. Ils ont également salué la qualité du salon et l’importance de mettre à disposition rapidement et efficacement les résultats de la R&D pour répondre aux nombreux défis lancés au monde agricole.

Les 14èmes Culturales® auront lieu
les 5 et 6 juin 2019 à proximité du Futuroscope
dans la Vienne

revenu des agriculteurs



Sur le projet de loi agricole, la commission des affaires économiques revient à l’essentiel : garantir un revenu décent à nos agriculteurs

Les États généraux de l’alimentation et le discours de Rungis du Président de la République avaient suscité de grandes espérances dans le monde agricole.

À l’issue des débats à l’Assemblée nationale, le projet de loi présenté par le Gouvernement, qui comportait de timides avancées en matière de rééquilibrage des relations commerciales, s’est mué en une loi alimentaire dont les agriculteurs eux-mêmes ont pu, légitimement, se sentir les grands oubliés, la discussion ayant davantage porté sur l’usage des doggy bags que sur la création de valeur et l’enjeu de sa juste répartition.

Aussi la commission des affaires économiques du Sénat s’est-elle attachée à revenir à l’essentiel : permettre aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail , réduire leurs charges et leurs contraintes, promouvoir les productions locales et de qualité.

Dans cette optique, la commission a en particulier :

  • affirmé l’application du droit français des pratiques anticoncurrentielles aux négociations effectuées à l’étranger qui concernent des produits destinés à la vente en France ;
  • mis en place une procédure de saisine du juge en la forme des référés par une des parties au contrat en cas d’échec de la médiation ;
  • imposé de formaliser par un écrit motivé le refus des conditions générales de vente par un distributeur ;
  • instauré une clause de révision de prix automatique pour les produits composés à plus de 50 % de matières premières agricoles dont le prix connaîtrait une forte augmentation ;
  • intégré directement dans la loi les dispositions relatives au seuil de revente à perte et à l’encadrement des promotions , plutôt que de renvoyer à la prise d’ordonnances par le Gouvernement ;
  • supprimé toute interdiction des remises, rabais et ristournes sur les produits phytosanitaires en l’absence d’éléments suffisants pour juger en toute connaissance de cause de l’effet de la mesure ;
  • favorisé le développement de substituts aux produits phytosanitaires en simplifiant les démarches administratives les concernant ;
  • élargi le champ de l’expérimentation d’épandage aérien par drones sur terrain dangereux (pentes supérieures à 30 %) pour assurer la sécurité de tous les agriculteurs ;
  • prévu un conseil indépendant de la vente de produits phytosanitaires centré sur la définition d’une stratégie pluriannuelle individualisée par exploitation , au sein de structures où la séparation capitalistique n’est plus requise ;
  • supprimé l’habilitation qui permettait au Gouvernement de réformer le droit coopératif par ordonnance , ce qui privait les parlementaires d’un débat sur un sujet essentiel pour les territoires ;
  • assoupli les modalités de l’objectif de 50 % de produits de qualité, durables et locaux dans la restauration collective publique (inclusion de tous les produits sous signes de qualité, mentions valorisantes et certification de conformité ou issus d’une exploitation bénéficiant d’une certification environnementale, suppression de la part minimale de produits bio et prise en compte des capacités de production locale) ;
  • étendu l’obligation d’afficher l’origine des vins à tous les établissements en mettant à la vente, y compris les débits de boissons à consommer sur place ou à emporter ;
  • précisé que les pays d’origine du miel devront figurer sur l’étiquette par ordre décroissant d’importance ;
  • renforcé le "droit à l’injection" du biogaz pour les installations de production situées à proximité d’un réseau (prise en compte de l’injection dans les plans de développement des réseaux, consécration d’un droit d’accès aux réseaux des producteurs, mention de tous les cas d’adaptations du réseau et inclusion des installations situées hors du périmètre d’une concession) ;
  • décidé la sortie du statut de déchets des matières fertilisantes et supports de culture de qualité, dont les digestats des méthaniseurs ;
  • consacré la possibilité de valoriser les résidus de transformation agricole dans les usages non alimentaires.

Le texte de la commission sera débattu en séance publique les 26, 27 et 28 juin prochains.

La commission des affaires économiques est présidée par Mme Sophie Primas (Les Républicains – Yvelines).
Les rapporteurs du projet de loi sont M. Michel Raison (Les Républicains – Haute-Saône) sur le titre Ier et Mme Anne-Catherine Loisier (Union centriste – Côte-d’Or) sur les autres titres.

Le dossier législatif du projet de loi est consultable ici : www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl17-525.html

Consulter le billet de l’espace presse.

Filière blé dur

Nouvelle organisation collégiale



La filière blé dur renforce sa gouvernance professionnelle

Les agriculteurs élus professionnels de chacune des régions productrices de blé dur français ont présenté au comité de pilotage de la filière blé dur du 13 juin 2018 à Montpellier leur nouvelle organisation collégiale afin de mieux structurer les actions de la filière. L’objectif est de permettre de renforcer la présence de la filière blé dur dans les différentes thématiques stratégiques.

Cette gouvernance réaffirme la volonté d’une implication de la filière française dans différents domaines :

  • Syndical : Nicolas de Sambucy (Sud Est)
  • Recherche et innovation : Didier Plaire (Ouest –Océan) et Didier Jeannet (Sud-Ouest)
  • Sélection et semences : Frédéric Boursiquot (Ouest-Océan) et Michel Pontier (Sud Est)
  • Economie et mise en marché : Frédéric Boursiquot et Didier Plaire (Ouest-Océan), Edouard Cavalier et Alex Cacelli (Sud Est)
  • Relation consommateurs et promotion : Frédéric Gond (Centre)
  • Relation Europe et Méditerranée : Jean-François Gleizes (Sud-Ouest)

Cette gouvernance collégiale, aux côtés de tous les partenaires (obtenteurs, instituts de recherche et développement, collecteurs, industriels semouliers et pastiers, exportateurs), a pour ambition de renforcer la représentation de la filière dans toutes ses actions du local à l’international.

De gauche à droite : Frédéric Gond, Didier Jeannet, Edouard Cavalier, Alex Cacelli, Jean-François Gleizes, Nicolas de Sambucy, Frédéric Boursiquot