S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Grégoire Samson

Prix des céréales : les opérateurs projetés sur la campagne 2022-2023

Seule une production mondiale massive de maïs au cours des douze prochains mois refluerait les prix mondiaux des céréales.

Sur le marché de Rouen, les prix de la tonne de blé et de la tonne d’orges fourragères – récolte 2022 - oscillent autour de 340 € et 330 € depuis une semaine.
D’ici la prochaine récolte, le prix de la tonne de blé pourrait s’assagir et se stabiliser autour de 300 € la tonne, selon Laurent Berthelier, directeur trading et trituration de Feed Alliance. Le 7 avril dernier, il intervenait à la  Journée des matières premières 2022 organisée par l’Aftaa.
La planète ne manquerait pas en soit de blé. Mais les marchés des céréales sont tirés par la demande. Aussi, les cours devront couvrir les coûts de production très élevés.
Mais surtout, l’évolution des cours mondiaux des céréales dépendra de la prochaine récolte de maïs au cours des douze prochains mois dans l’hémisphère sud puis l’hémisphère nord (1 206 Mt en 2021-2022 – source CIC). Les stocks mondiaux sont très faibles et les farmers américains pourraient être tentés de cultiver jusqu’à 36 millions d’hectares de soja, moins gourmand en intrants que le maïs pour se développer.
En attendant, les conditions de cultures des céréales d’hiver dans l’hémisphère nord ne justifient pas à elles-seules des prix aussi élevés.
Mais sur les places des marchés, les courtiers et les autorités des pays importateurs de blé en charges des achats naviguent à vue, au rythme des nouvelles provenant du bassin de la Mer Noire mais aussi des autres grands pays exportateurs de céréales où la situation est parfois tendue.
Les récentes prévisions du Conseil international des céréales et de la FAO pour la campagne 2022-2023 sont d’ores et déjà désuètes. En estimant entre 785 et 790 millions de tonnes (Mt), la production mondiale de blé, les deux organismes n’ont pas pris en compte l’impact de la guerre en Ukraine.
En Ukraine, l’agriculture manque de bras, d’engrais et de produits phytosanitaires. Tallage, le cabinet d'études agro-économiques, « table sur une production 2022 de céréales d’hiver en net repli, avec des rendements inférieurs de 20 % à la moyenne ».

Un tiers de maïs en moins en Ukraine

Selon le ministre ukrainien de l’agriculture, Mykola Solskyi, la superficie de maïs cultivée cette année serait réduite d’un tiers comparée à celle de l’an passé. Les soldats russes auraient détruit une partie des semences maïs disponibles et des infrastructures logistiques nécessaires à la production.
En Russie, le site sevecon.ru rapporte les difficultés rencontrées par les agriculteurs russes pour semer leurs cultures de printemps.
Ils manquent un tiers de la quantité nécessaire de semences de maïs hybrides pour emblaver leurs champs. La guerre en Ukraine en a gelé les importations.
Au ministère russe de l’agriculture, on mesure l’urgence de lancer une filière semencière pour rendre le pays plus autonome.
Dans l’état actuel des choses, l’équilibre des marchés des céréales tient à un fil. Il n’existe aucune marge pour compenser le moindre accident climatique qui générerait une baisse significative de la production de céréales disponible à l’export.
Même si la guerre en Ukraine cesse rapidement, la remise en état des ports de la Mer Noire nécessitera de longs mois. En attendant, l’équivalent de 7 millions de tonnes de céréales et d’oléoprotéagineux ne sont plus exportées chaque mois
Actuellement, les expéditions de céréales ne se font que par voies ferroviaires ou par camions, selon Sergey Feofilov directeur de l’agence de conseil UkrAgroConsult. Elles portent sur des volumes bien plus faibles.
« Le mois passé, seules 800 000 t de grains auraient été chargées vers la Roumanie, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie », affirme le ministre ukrainien de l’Agriculture.
La semaine prochaine, les prochaines prévisions de l’USDA, l’institut de statistiques américain, rendront mieux compte que le mois passé, de l’impact de la guerre en Ukraine en matière de production et d’exportation. En jeu, la clôture de la campagne actuelle 2021-2022 et l’ouverture de la prochaine de 2022-2023.
L’institut étasunien de statistiques agricoles pourrait aussi être amené à revoir à la baisse l’estimation de la production étasunienne de céréales car seules 30 % des conditions de cultures du blé d’hiver sont satisfaisantes, en ce début du printemps.

Du côté de l’import

Le conflit russe en Ukraine rend le quotidien des consommateurs des pays importateurs de céréales de plus en plus difficile.
Les pays d’Afrique du Nord sont à la fois confrontés à une sécheresse sans précédent, qui compromet d’ors et déjà la prochaine récolte de cette année, et à des difficultés durables pour s’approvisionner en blé et en farine. En Tunisie, les consommateurs ne parviennent plus à trouver du pain. Outre la question du prix du blé, se pose dans ce pays celle de la disponibilité.
L’Algérie et les autres pays producteurs de gaz et de pétrole du Golfe persique s’en sortiront mieux car les exportations d’hydrocarbures leurs procurent les devises nécessaires pour pays les céréales chères.
Du côté de l’export, la conjoncture de prix élevés profite aux pays exportateurs de céréales.
L’Inde est même en mesure de s’imposer sur le marché mondial en exportant jusqu’en Afrique et au Moyen Orient, jusqu’à 10 MT de blé selon l’USDA. Le pays ne se contentera pas cette année d’expédier des céréales à ses voisins sud-asiatiques.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2020 R2021
26/06/2020 175  
03/07/2020 180  
10/07/2020 189  
17/07/2020 187  
24/07/2020 184  
31/07/2020 184  
07/08/2020 183  
14/08/2020 182  
21/08/2020 181  
28/08/2020 186  
04/09/2020 186  
11/09/2020 189  
18/09/2020 190  
25/09/2020 191  
02/10/2020 195  
09/10/2020 196  
16/10/2020 204  
23/10/2020 204  
30/10/2020 201  
06/11/2020 205  
13/11/2020 208  
20/11/2020 208  
27/11/2020 209  
04/12/2020 202,81  
11/12/2020 206  
18/12/2020 207,81  
25/12/2020 212  
01/01/2021 214  
08/01/2021 215  
15/01/2021 228  
22/01/2021 230  
29/01/2021 226  
05/02/2021 224,56  
12/02/2021 220,00  
19/02/2021 234,06  
26/02/2021 239  
05/03/2021 229  
12/03/2021 220  
19/03/2021 217  
26/03/2021 209  
02/04/2021 202 195
09/04/2021 204 197
16/04/2021 210 205
23/04/2021 207 218
30/04/2021 234 216
07/05/2021 235 227
14/05/2021 235 214
21/05/2021 230 212
28/05/2021   212
04/06/2021   216
11/06/2021   213,14
18/06/2021   204
25/06/2021   203,64
02/07/2021   208
09/07/2021   198,39
16/07/2021   208
23/07/2021   212,89
30/07/2021   218
06/08/2021   229
13/08/2021   250
20/08/2021   246
27/08/2021   246
03/09/2021   240,50
10/09/2021   241
17/09/2021   252
24/09/2021   252,85
01/10/2021   260
08/10/2021   270,60
15/10/2021   269
22/10/2021   273
29/10/2021   278
05/11/2021   285,35
12/11/2021   295
19/11/2021   293
26/11/2021   304,10
03/12/2021   292,50
10/12/2021   279
17/12/2021   275,35
24/12/2021   269,5
31/12/2021   274
07/01/2022   283
14/01/2022   263
21/01/2022   270
28/01/2022   274
04/02/2022   256
11/02/2022   256
18/02/2022   263
25/02/2022   310
04/03/2022   371
11/03/2022   379
18/03/2022   378
25/03/2022   384
01/04/2022   368
08/04/2022   359
15/04/2022    
22/04/2022    
29/04/2022    
06/05/2022    
13/05/2022    
20/05/2022    
27/05/2022    
03/06/2022    
10/06/2022    
17/06/2022    
24/06/2022    
01/07/2022    
port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

 

Rouen

174 191 t ont été chargées et déchargées
du 31 mars au 6 avril 2022 dont :

Exportations : 171 190 t

  • Blé tendre :  128 000 t (Maroc : 59 000 t ; Espagne : 40 500 t ;
    Algérie : 28 500 t)
  • Orge de brasserie : 7 100 t (Pays-Bas : 3 500 t ;
    Portugal : 3 600 t)
  • Tourteaux de colza : 6 290 t (Royaume-Uni : 3 290 t 
    Irlande : 3 000 t)
  • Orge fourragère : 27 000 t (Maroc)
  • Luzerne en vrac : 2 800 t (Maroc)

Importations : 3 001 t

  • Soja : 3 001 t (Norvège)

 


 


 

La Pallice

 

50 650 t ont été chargées
du 1er au 7 avril 2022, dont :

  • Blé vrac : 20 650 t (Norvège : 3 150 t ;
    Tunisie : 17 500 t)
  • Maïs vrac : 30 000 t (Espagne)
colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Clara Moley

Les marchés mondiaux dans l’attente du nouveau rapport USDA

Le nouveau rapport USDA est attendu cet après midi et les marchés restaient relativement indécis cette semaine dans l’attente de sa parution.

Côté climat, L’Amérique du Sud reste sujette à la sècheresse, notamment le centre du Brésil. L’Argentine bénéficie dans certaines régions de précipitations bienvenues, mais les températures restent supérieures à la moyenne. Aux Etats Unis, la région productrice de maïs reçoit cette semaine de bons niveaux de précipitations, tandis que la région des Plaines reste sèche. Au Canada, le faible niveau d’humidité des sols reste préoccupant. En Europe, les pluies bénéficient à la partie Ouest du continent, tandis que l’Ukraine et la Russie restent soumises à la sècheresse avec des températures supérieures aux nomes saisonnières et un taux d’humidité des sols insuffisant.

La Chine est de retour après quatre jours de congés nationaux sans pour l’instant être très agressive aux achats. L’économie chinoise reste fragilisée et 26 millions de personnes sont encore confinées à Shanghai. Cette semaine, les volumes de trituration s’élevaient à 1,1Mt, un chiffre très en deçà des attentes, et le volume total trituré de la saison est en baisse de 10% par rapport à l’année dernière, contre une estimation de baisse de 6% de l’USDA.

En Amérique du Sud, l’agence nationale brésilienne CONAB a légèrement baissé son chiffre de production de soja 2021/22 passant de 122,8Mt à 122,4Mt. Les ventes des producteurs accéléraient par ailleurs, faisant légèrement fléchir le marché FOB. Le programme de chargement pour le mois d’avril s’élève déjà à 10 millions de tonnes, pour 1,2Mt déjà chargées. En Argentine, la disponibilité de la graine de soja reste limitée par les difficultés d’approvisionnement en fuel qui ralentit la récolte. Le gouvernement laisse également encore planer le doute sur les quotas à l’export et la menace de grève des chauffeurs routiers la semaine prochaine promettent de complexifier encore davantage l’approvisionnement des marchés internationaux en graine argentine.

Sur le marché Euronext, la graine de colza maintenait des niveaux records cette semaine, l’échéance mai 2022 clôturait ainsi au-dessus de la barre des 960€/t hier. L’absence de perspectives d’une résolution rapide du conflit russo-ukrainien ainsi que le manque d’information sur l’avancée des semis devraient encore soutenir les cours ces prochaines semaines. Par ailleurs, certains opérateurs rapportaient la destruction d’au moins un site de trituration de tournesol ukrainien par les bombardements cette semaine.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2020 R2021
26/06/2020 374,75  
03/07/2020 378,50  
10/07/2020 386,25  
17/07/2020 383,50  
24/07/2020 382,75  
31/07/2020 386.25  
07/08/2020 381,75  
14/08/2020 378,5  
21/08/2020 383,75  
28/08/2020 388,5  
04/09/2020 386  
11/09/2020 381,50  
18/09/2020 392,75  
25/09/2020 380,25  
02/10/2020 389,50  
09/10/2020 390,75  
16/10/2020 389  
23/10/2020 394,75  
30/10/2020 378  
06/11/2020 406,75  
13/11/2020 411,25  
20/11/2020 413,75  
27/11/2020 415,25  
04/12/2020 412,25  
11/12/2020 414,50  
18/12/2020 418,5  
25/12/2020 420  
01/01/2021 421  
08/01/2021 430  
15/01/2021 433,50  
22/01/2021 432,75  
29/01/2021 435,75  
05/02/2021 436,25  
12/02/2021 453,75  
19/02/2021 468  
26/02/2021 495,25  
05/03/2021 522  
12/03/2021 527  
19/03/2021 527,75  
26/03/2021 522,25  
02/04/2021 517 517
09/04/2021   515,5
16/04/2021   479,75
23/04/2021   510,25
30/04/2021   501,5
07/05/2021   543,5
14/05/2021   536
21/05/2021   532
28/05/2021   524,25
04/06/2021   543,75
11/06/2021   534,75
18/06/2021   483
25/06/2021   511,25
02/07/2021   512,25
09/07/2021   523,75
16/07/2021   549,50
23/07/2021   536,75
30/07/2021   539
06/08/2021   535
13/08/2021   557
20/08/2021   566
27/08/2021   535
03/09/2021   581,25
10/09/2021   587
17/09/2021   605,25
24/09/2021   622
01/10/2021   645,75
08/10/2021   680
15/10/2021   664,25
22/10/2021   687,75
29/10/2021   666,75
05/11/2021   697
12/11/2021   686,50
19/11/2021   679,25
26/11/2021   677,25
03/12/2021   664,00
10/12/2021   674,50
17/12/2021   740,75
24/12/2021   763
31/12/2021   777
07/01/2022   764,25
14/01/2022   726,75
21/01/2022   723
28/01/2022   746,35
04/02/2022   707,25
11/02/2022   686,75
18/02/2022   715,75
25/02/2022   780
04/03/2022   834,75
11/03/2022   834,75
18/03/2022   956,50
25/03/2022   1006
01/04/2022   965
08/04/2022   981
15/04/2022    
22/04/2022    
29/04/2022    
06/05/2022    
13/05/2022    
20/05/2022    
27/05/2022    
03/06/2022    
10/06/2022    
17/06/2022    
24/06/2022    
01/07/2022    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 359 €/t avril/juin ;
NR : 348 €/t juil./août ; 340 €/t oct./déc.
R. Dunkerque : 359 €/t avril/juin ;
NR : 349 €/t juil./août ; 341 €/t oct./déc.
R. La Pallice : 365 €/t avril/juin
NR : 353 €/t juil. ; 342 €/t août
R. Bretagne : 361 €/t avril/juin

Orge de mouture

R. Rouen : NR : 324 €/t oct./déc.
R. La Pallice : NR : 326 €/t oct./déc.
R. Bretagne : NR : 335 €/t juil./août

Maïs

R. Bretagne : 333 €/t avril/juin ; 353 €/t juil./sept.

Oléagineux


Colza

R. Rouen : 941 €/t avril/juin (var. -57,00 €/t) ;
833,25 €/t juil./août
Fob Moselle : 981 €/t avril/juin (var. -25,00 €/t) ;
833,25 €/t juil./août

Tournesol

Saint-Nazaire : 850,00 €/t avril/juin (var. 190,00 €/t)
Bordeaux : 850,00 €/t avril/juin (var. 225,00 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 2 154 $/t avril (var. -188,29 €/t)
Soja - Rotterdam : 1 914 $/t avril (var. -185,69 €/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 2 147 $/t avril
Palme (Fob Kuala Lampur) : 1 584 $/t avril (var. -263,47 €/t)

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 96,03 $/baril (var. -23 €/t)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,0877 $ (var. -0,0118 €/t)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 8 avril variation*
Blé tendre, mai 369,50 0,00
Maïs, juin 317,25 -5,50
Colza, mai 961,00 20,00
Huile de Colza, juin 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, juin 196,25 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 8 avril variation*
Blé tendre, mai 344,95 10,57
Maïs, mai 274,51 7,91
Soja, mai 556,45 18,58
Huile Soja, mai 1 481,57 86,82
Tourteaux de Soja, mai 466,87 0,72

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 8 avril variation*
Canola, mai 845,89 31,14

* les variations sont calculées par rapport au dernier numéro d’actualités agricoles

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-08/04
Cumul France
01/07-08/04
Blé tendre 20 078 092 5 938 100
Farine BT (val. prod.) 409 823 55 956
Blé dur 726 613 37 264
Orge 5 903 837 2 601 945
Maïs 4 646 656 360 355

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 27
01/07-08/04
Cumul France
01/07-08/04
Blé tendre 1 932 158 197
Farine BT (équiv. grain) 183 521 9 886
Blé dur 1 066 936 44
Maïs 12 221 803 3 697
Sorgho 27 199 16

Source : Commission Européenne, DG TAXUD