S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°25 - Vendredi 02 juillet 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Lucile Talleu

Le maïs français se fait rare

Maïs

La bourse de Chicago a débuté la semaine en forte baisse, les opérateurs s’attendant à une révision nettement à la hausse des surfaces de maïs (94 Ma contre 91,44Ma) dans le rapport de l’USDA de mercredi. S’ajoute à cela la décision de la cour suprême américaine permettant à des raffineurs pétroliers de continuer à être exemptés des quotas obligatoires de biocarburants dans leur production. Ainsi que des conditions de cultures plutôt favorables pour les cultures US. S’en est suivit un rebond technique, synonyme de volatilité avant le très attendu rapport USDA.

Avec des estimations de surfaces de maïs en deçà des attentes (92,7 Ma), et des stocks légèrement en dessous, le rapport était haussier pour le maïs et sans surprise la Bourse de Chicago a bondi mercredi et plusieurs contrats ont même atteint leur limite journalière.

En France, la rareté se paie au prix fort. Compte tenu des niveaux de stocks au plus bas depuis au moins 20 ans (les stocks de maïs chez les collecteurs sont à -12% par rapport à l’an passé, soit -300kt, et les stocks en dépôt presque deux fois moins importants que les deux campagnes précédentes), les prix pour se procurer du maïs continuent d’être à un niveau très élevé, avec des niveaux de prime qui dépassent les 40€ depuis plusieurs semaines. L’arrivée des récoltes de blé et d’orges pourrait faire baisser la pression sur les prix, les fabricants d’aliments ayant la possibilité de substituer les céréales les unes par rapport aux autres. Mais dans une certaine mesure seulement, il y a des minima techniques dans les formulations d’aliments pour certains types d’animaux.

Blé

Les opérateurs sont rivés sur les conditions météorologiques alors que la récolte approche à grand pas. Après avoir perdu 2 points la semaine dernière, les conditions de cultures du blé tendre restent stables à 79% (surfaces jugées dans un état bon à très bon) au 28 juin, bien meilleures que les conditions de l’an passé (56%). En ce qui concerne le volume attendu, celui-ci semble très correct voir même bon. La semaine dernière, le CIC a revu nettement à la hausse la prévision de production française (37Mt, contre 36,1Mt le mois dernier). La production européenne est donc attendue à 154,7Mt, plus de 15Mt supplémentaire par rapport à l’an dernier.

Du côté de la mer Noire, les productions russe et ukrainienne devraient atteindre des niveaux historiquement élevés : proches des 30 Mt en Ukraine et supérieurs à 80 Mt en Russie. En Ukraine, les conditions hivernales ont été optimales pour les céréales à paille, présageant selon France Export Céréales, des rendements similaires au record de 2016/17.

La production mondiale de blé est attendue à un nouveau pic, à 789Mt selon le CIC. Mais la consommation humaine comme animale est prévue en hausse de +2%, ce qui laisse les stocks de fin de campagne à un niveau équivalent à cette année. Les besoins d’importation de certains pays, risquent d’être plus importants en raison de production locale moindre. C’est le cas notamment de l’Algérie, destination importante pour le blé français.

L’arrivée des récoltes et la détente des prix de ce début de semaine a amené les acheteurs internationaux à se positionner. Après l’Egypte en début de semaine, qui a acheté 180kt de blé roumain (une seule offre française a été faite, 26$ C&F plus cher que la meilleure offre roumaine), ce fut le tour de la Turquie, la Tunisie, l’Iran et la Thaïlande, qui ont finalisé leurs achats juste avant la parution du rapport de l’USDA.

Car la parution du rapport a entraîné les cours à la hausse, bien que le rapport était baissier pour le blé.

Orges

Les prix ont subi la pression observée par les autres céréales en ce début de semaine, pour se maintenir proche des 200€/t sur les places portuaires.

La récolte d’orges d’hiver a commencé, timidement puisqu’au 28 juin seuls 2% des surfaces ont été récoltées (contre 36% l’an dernier à la même date). La Nouvelle Aquitaine est la région la plus avancée, avec 11% des surfaces récoltées, juste devant les Pays de la Loire (10%). La production nationale d’orges est attendue à 11,4Mt selon le CIC. Les conditions de cultures ont perdu un point au 28 juin, mais restent tout à fait favorables (74% pour l’orge d’hiver et 83% pour l’orge de printemps).

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2019 R2020 R2021
03/01/2020 185    
10/01/2020 188    
17/01/2020 190    
24/01/2020 192    
31/01/2020 185,81    
07/02/2020 188    
14/02/2020 189,06    
21/02/2020 189,5    
28/02/2020 183    
06/03/2020 179    
13/03/2020 170    
20/03/2020 185,95    
27/03/2020 191,20    
03/04/2020 186 180  
10/04/2020 193,7 192  
17/04/2020 192 181  
24/04/2020 191,39 187  
30/04/2020 187 181  
07/05/2020 190 182  
15/05/2020 190 181  
21/05/2020 188 184  
29/05/2020 187 183  
05/06/2020 183 184  
12/06/2020 175 179  
19/06/2020   177  
26/06/2020   175  
03/07/2020   180  
10/07/2020   189  
17/07/2020   187  
24/07/2020   184  
31/07/2020   184  
07/08/2020   183  
14/08/2020   182  
21/08/2020   181  
28/08/2020   186  
04/09/2020   186  
11/09/2020   189  
18/09/2020   190  
25/09/2020   191  
02/10/2020   195  
09/10/2020   196  
16/10/2020   204  
23/10/2020   204  
30/10/2020   201  
06/11/2020   205  
13/11/2020   208  
20/11/2020   208  
27/11/2020   209  
04/12/2020   202,81  
11/12/2020   206  
18/12/2020   207,81  
25/12/2020   212  
01/01/2021   214  
08/01/2021   215  
15/01/2021   228  
22/01/2021   230  
29/01/2021   226  
05/02/2021   224,56  
12/02/2021   220,00  
19/02/2021   234,06  
26/02/2021   239  
05/03/2021   229  
12/03/2021   220  
19/03/2021   217  
26/03/2021   209  
02/04/2021   202 195
09/04/2021   204 197
16/04/2021   210 205
23/04/2021   207 218
30/04/2021   234 216
07/05/2021   235 227
14/05/2021   235 214
21/05/2021   230 212
28/05/2021     212
04/06/2021     216
11/06/2021     213,14
18/06/2021     204
25/06/2021     203,64
02/07/2021     208
09/07/2021      
16/07/2021      
23/07/2021      
30/07/2021      
06/08/2021      
13/08/2021      
20/08/2021      
27/08/2021      
03/09/2021      
10/09/2021      
17/09/2021      
24/09/2021      
01/10/2021      
08/10/2021      
15/10/2021      
22/10/2021      
29/10/2021      
05/11/2021      
12/11/2021      
19/11/2021      
26/11/2021      
03/12/2021      
10/12/2021      
17/12/2021      
24/12/2021      
31/12/2021      
port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

 

Rouen

29 761 t ont été chargées
du 24 au 30 juin 2021 dont :

Exportations : 29 761 t

  • Malt : 5 605 t (Nigéria)
  • Féverole fourragère : 1 956 t (Norvège)
  • Orge fourragère : 15 300 t (Pays-Bas)
  • Orge de brasserie : 3 900 t (Espagne)
  • Colza : 3 000 t (Royaume-Uni)

 


 


 

La Pallice

30 000 t ont été chargées
du 25 juin au 01 juillet 2021, dont :

  • Blé vrac : 30 000 t (Côte d'Ivoire)
colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Clara Moley

Forte volatilité sur les marchés oléagineux

Cette semaine a été marquée par une forte volatilité sur les marchés oléagineux, en particulier celui du soja, en raison tout d’abord des dernières évolutions climatiques.

Aux Etats Unis, si les régions du Delta et du Sud-Est reçoivent des précipitations favorables, celles des Plaines, de l’Ouest du Midwest et du Pacifique Nord Est restent sèches, et le manque d’humidité des sols commence à sérieusement menacer le potentiel des cultures. Le Canada est également toujours en manque de précipitations, et les cours du Canola ont rebondi cette semaine, reflétant les inquiétudes des opérateurs. En Europe en revanche, certaines régions comme la Scandinavie ou la Baltique restent sèches tandis que le reste du continent bénéficie de précipitations normales et de températures favorables. La région mer Noire continue quant à elle de rencontrer des températures plus élevées que la moyenne tout en maintenant un niveau de précipitations satisfaisant.

L’autre facteur de volatilité cette semaine a été la parution du rapport USDA sur les surfaces et les stocks. Ce rapport fait état de stocks au 1er juin inférieurs aux attentes mais surtout de surfaces plantées inférieures de 1,5mA aux attentes du marché et 55kA inférieures au chiffre publié au mois de mars. Ces chiffres semblent indiquer des stocks de fin de campagne plus bas que ceux du dernier rapport WASDE et expliquent la forte hausse de l’échéance août à Chicago mercredi, qui a clôturé à + $90cts/bu.

Du côté des marchés mondiaux, les ventes exports américaines s’élevaient cette semaine à 93kt pour l’ancienne récolte et 1,67Mt pour la nouvelle. Le volume total exporté pour l’ancienne s’élève ainsi à 2272Mbu, 220kt en dessous de l’objectif USDA, qu’il reste encore deux mois pour atteindre.

De son côté, l’attaché agricole chinois aux Etats Unis a annoncé des importations chinoises de 102Mt pour la campagne 2021/22, contre 100Mt pour l’USDA, ce qui a sans doute également contribué à l’emballement des marchés.

En Amérique du Sud, les producteurs brésiliens ont profité d’une légère baisse du réal pour augmenter leur cadence de commercialisation, tandis que les producteurs argentins, qui utilisent leur production comme protection contre une potentielle dévalorisation de leur monnaie, maintiennent le rythme de commercialisation au minimum en raison du risque accru de dévalorisation du peso.

De son côté le colza a rencontré cette semaine une belle envolée (+26,75€/t sur la semaine sur l’échéance août d’Euronext) liée notamment à la baisse des surfaces en France et à la hausse du canola canadien en raison de la sècheresse persistante en Amérique du Nord.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2019 R2020 R2021
03/01/2020 415    
10/01/2020 420    
17/01/2020 400,75    
24/01/2020 410,75    
31/01/2020 400,75    
07/02/2020 386    
14/02/2020 389    
21/02/2020 390,75    
28/02/2020 379,50    
06/03/2020 377    
13/03/2020 359    
20/03/2020 356    
27/03/2020 357,5    
03/04/2020 364,50    
10/04/2020 373    
17/04/2020 370    
24/04/2020 369,75 367,5  
01/05/2020 367,75 367,75  
07/05/2020 370,75 373,5  
15/05/2020 370,5 374,5  
21/05/2020   375,50  
29/05/2020   374,25  
05/06/2020   374,25  
12/06/2020   375,5  
19/06/2020   377  
26/06/2020   374,75  
03/07/2020   378,50  
10/07/2020   386,25  
17/07/2020   383,50  
24/07/2020   382,75  
31/07/2020   386.25  
07/08/2020   381,75  
14/08/2020   378,5  
21/08/2020   383,75  
28/08/2020   388,5  
04/09/2020   386  
11/09/2020   381,50  
18/09/2020   392,75  
25/09/2020   380,25  
02/10/2020   389,50  
09/10/2020   390,75  
16/10/2020   389  
23/10/2020   394,75  
30/10/2020   378  
06/11/2020   406,75  
13/11/2020   411,25  
20/11/2020   413,75  
27/11/2020   415,25  
04/12/2020   412,25  
11/12/2020   414,50  
18/12/2020   418,5  
25/12/2020   420  
01/01/2021   421  
08/01/2021   430  
15/01/2021   433,50  
22/01/2021   432,75  
29/01/2021   435,75  
05/02/2021   436,25  
12/02/2021   453,75  
19/02/2021   468  
26/02/2021   495,25  
05/03/2021   522  
12/03/2021   527  
19/03/2021   527,75  
26/03/2021   522,25  
02/04/2021   517 517
09/04/2021     515,5
16/04/2021     479,75
23/04/2021     510,25
30/04/2021     501,5
07/05/2021     543,5
14/05/2021     536
21/05/2021     532
28/05/2021     524,25
04/06/2021     543,75
11/06/2021     534,75
18/06/2021     483
25/06/2021     511,25
02/07/2021     512,25
09/07/2021      
16/07/2021      
23/07/2021      
30/07/2021      
06/08/2021      
13/08/2021      
20/08/2021      
27/08/2021      
03/09/2021      
10/09/2021      
17/09/2021      
24/09/2021      
01/10/2021      
08/10/2021      
15/10/2021      
22/10/2021      
29/10/2021      
05/11/2021      
12/11/2021      
19/11/2021      
26/11/2021      
03/12/2021      
10/12/2021      
17/12/2021      
24/12/2021      
31/12/2021      

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : NR : 208 €/t juil./sept. ;
206 €/t oct./déc. ; 205 €/t janv./mars
R. La Pallice : NR : 211 €/t juil./sept. ;
207 €/t oct./déc. ; 205 €/t janv./mars
R. Bretagne : NR : 208 €/t juil./sept ;
206 €/t oct./déc.

Orges

R. Rouen : NR : 197 €/t oct./déc. ;
197 €/t janv./mars

R. La Pallice : NR : 202 €/t oct./déc. ;
199 €/t janv./mars

R. Bretagne : NR : 202 €/t juil./sept.

Maïs

R. Bretagne : NR : 235 €/t juil./sept
 

Oléagineux


Colza

R. Rouen : 512,25 €/t juil./sept. (var. 1,00 €/t)
Fob Moselle : 512,25 €/t juil./sept. (var. 1,00 €/t)

Tournesol

Saint-Nazaire : 465,00 €/t oct./déc. (var. 0,00 €/t)
Bordeaux : 465,00 €/t oct./déc. (var. -5,00 €/t)
 

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 75,23 $/baril (var. 1,79 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,1848 $ (var. -0,01)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 02 juillet variation*
Blé tendre, septembre 209,00 4,50
Maïs, août 240,75 -0,75
Colza, août 537,75 32,50
Huile de Colza, septembre 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, septembre 196,25 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 02 juillet variation*
Blé tendre, septembre 206,53 5,90
Maïs, décembre 195,87 19,16
Soja, novembre 436,40 38,96
Huile Soja, décembre 1 145,06 34,42
Tourteaux de Soja, décembre 361,92 38,10

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 02 juillet variation*
Canola, novembre 559,65 49,72

* les variations sont calculées par rapport au dernier numéro d’actualités agricoles

Activité des ports européen

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-27/06
Cumul France
01/07-27/06
Blé tendre 25 381 603 7 199 375
Farine BT (val. prod.) 456 405 46 518
Blé dur 452 491 149 620
Orge 7 078 369 3 040 425
Maïs 2 757 835 155 206

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-27/06
Cumul France
01/07-27/06
Blé tendre 1 974 523 1 979
Farine BT (équiv. grain) 35 158 9 307
Blé dur 2 787 234 12 484
Maïs 14 360 336 5 093
Sorgho 14 486 12

Source : Commission Européenne, DG TAXUD