S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques
bandeau-pointecotu

Les paiements pour services

environnementaux en France



État des lieux et principes de fonctionnement

Le paiement pour service environnemental (PSE) en agriculture est un dispositif contractuel entre un agriculteur et une structure de financement qui rémunère un ou plusieurs services environnementaux. L’analyse des principes de fonctionnement des PSE permet de mettre en évidence trois types de PSE en fonction du type d’acteur à l’initiative de son lancement : les PSE lancés par des acteurs publics, ceux pilotés par des entreprises privées et les PSE relevant des associations ou collectifs d’acteurs. La prise en compte de la dimension territoriale et d’une approche collective ainsi que la considération d’un bouquet de services environnementaux semblent être des éléments de réussite des dispositifs de PSE.

Télécharger le document pdf

Lettre d’information

« environnement économique de la meunerie »



Une pression historique
de l’environnement économique
sur la meunerie

Télécharger le document pdf

bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché


17 mars 2020

FAITS SAILLANTS

La Russie et l’Ukraine étant parmi les plus grands exportateurs de céréales et d’oléagineux (et produits dérivés) au monde, le conflit en cours et l’envolée des prix des produits agricoles qui en résulte ont avivé les inquiétudes quant aux risques possibles pour la sécurité alimentaire, tout particulièrement pour les pays du Proche-Orient et d’Afrique qui dépendent des importations. Compte tenu de l’instabilité de la situation, les projections de l’offre et la demande formulées par le Conseil revêtent un caractère particulièrement hypothétique et font l’objet de beaucoup d’incertitude.

Les menaces immédiates sont principalement axées sur la perturbation du flux des exportations. Les chargements commerciaux aux ports de la mer Noire sont actuellement suspendus en Ukraine. Bien qu’il y ait des efforts pour augmenter les exportations par les voies ferroviaires en passant par l’ouest du pays, les volumes concernés seront probablement limités. Un système d’octroi de certificats d’exportation a récemment été introduit pour le blé, le maïs et l’huile de tournesol, alors que les expéditions d’orge, de seigle, d’avoine et de millet sont actuellement interdites. Tandis que l’étendue des pertes d’infrastructures reste inconnue à ce jour, l’endommagement des installations portuaires, ferroviaires et des silos de stockage pourrait avoir une incidence sur les expéditions à plus long terme.

La plupart des terminaux russes donnant sur la mer Noire restaient opérationnels à la mi-mars, mais des restrictions étaient en place sur la mer d’Azov. Certes, les chargements ont récemment repris, mais les volumes pourraient être entravés par des restrictions commerciales sur le plan financier et par de nouvelles obligations d’assurance du fret maritime.

Des exportations supplémentaires depuis d’autres origines, notamment l’Inde, les Etats-Unis, l’UE et le Brésil, ne pourront que partiellement compenser les expéditions plus faibles au départ de la mer Noire pour le reste de la campagne en cours. Comme des prix élevés devraient entraîner une réduction de la demande, les échanges mondiaux de blé et de maïs en 2021/22 devraient être inférieurs aux prédictions antérieures et des incertitudes dominent la scène pour 2022/23.

Lire la suite