S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°34 - Vendredi 24 septembre 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques

certifications HVE



Remise des premières certifications Haute Valeur Environnementale
à 39 exploitations agri/viti du groupe Cérèsia certifiées dans le cadre d’une démarche collective

« Notre mission est d’accompagner nos agriculteurs-coopérateurs et nos clients viticulteurs aux évolutions réglementaires, sociétales et environnementales. C’est pourquoi, nous devions être au rendez-vous de la certification HVE », annonce Antoine Hacard, Président du groupe coopératif Cérèsia.

Fin 2020, Cérèsia a pris la décision d’accompagner ses agriculteurs coopérateurs dans la certification HVE dans le cadre d’une démarche collective. Afin d’en savoir plus, 250 agriculteurs-coopérateurs ont assisté aux visioconférences sur la HVE organisées par le service des Solutions Agricoles Cérèsia. 170 d’entre elles ont souhaité s’inscrire dans la démarche, pour un premier diagnostic d’évaluation de la situation de leur exploitation. Aujourd’hui 38 exploitations sont certifiées HVE niveau 3 (27 agriculteurs et 11 agri- viticulteurs) et 1 certifiée HVE niveau 2 (1 agriculteur) représentant un total de 6 411 hectares.

« Beaucoup d’exploitations sont sur la voie de la certification. Ce premier bilan est très encourageant et démontre les changements de pratiques engagés sur les exploitations agricoles ces dernières années », précise Frédéric Adam, responsable des Solutions Agricoles chez Cérèsia.

Du 30 Août au 3 septembre 2021, Cérèsia a été audité par Socofret, validant ainsi son système d’encadrement et de suivi collectif de la certification Haute Valeur Environnementale. Dans ce cadre, 8 exploitations ont été auditées.

« Issue du Grenelle de l’Environnement de 2008, la démarche est construite sur quatre piliers qui visent la stratégie phytopharmaceutique, la maitrise de la fertilisation, la bonne gestion des ressources en eau via l’irrigation notamment et la mise en œuvre de pratiques favorables à la biodiversité. La démarche est volontaire et consiste pour l’exploitation engagée à apporter les preuves de la mise en place de ses bonnes pratiques agro environnementales. Basée sur le principe de l’amélioration continue, la démarche collective présente un enjeu de dynamique du groupe pour que la certification soit renouvelée annuellement et s’inscrive dans la durée. C’est pourquoi, le rôle de Cérèsia ne s’arrête pas au seul processus de certification mais l’accompagnement des agriculteurs et viticulteurs dans l’adoption de nouvelles pratiques est essentiel », précise Mélanie Gruet, responsable du dossier HVE chez Cérèsia.

Le cadre collectif comprend la gestion administrative au dossier, l’audit et la mise en place des actions correctives pour atteindre les objectifs. Par ailleurs, les agriculteurs et viticulteurs bénéficient de l’appui de leur Conseiller en outil de pilotage et service, de leur Responsable de la relation agriculteurs ou de leur ATC vigne.

« La démarche de certification HVE est en cohérence avec l’offre d’accompagnement de Cérèsia. L’offre expert et la palette d’outils d’aide à la décision que nous proposons contribuent à construire une approche globale de l’exploitation en phase avec les attendus de la certification HVE et par conséquent avec les attentes sociétales. », précise Frédéric Adam.

Aujourd’hui, les enjeux de la certification HVE sont multiples. Enjeu commercial avec l’apparition du logo HVE sur les bouteilles de Champagne et demain sur d’autres produits, signe de qualité et de reconnaissance pour les consommateurs de pratiques culturales vertueuses. Enjeu de valeur ajoutée et d’accès à des débouchés spécifiques grandes cultures comme par exemple les marchés HVE, bas carbone, zéro résidu de pesticides. Enjeu financier possiblement à terme lié à la conditionnalité des aides PAC.

« La certification HVE confirme la montée en gamme des exploitations agricoles et viticoles qui pratiquent la remise en cause permanente. C’est aussi la preuve que les exploitations sont pour beaucoup d’entre elles au niveau et au rendez-vous des attentes sociétales. », conclut Antoine Hacard.

Site internet : https://www.ceresia.fr

Atekka



Bioline Insurance (Groupe InVivo) change de nom et devient « Atekka »

Après une campagne agricole 2020/2021 aux récoltes impactées par la météo, victimes des multiples phénomènes climatiques de l’été 2021, l’enjeu de l’assurance agricole est à nouveau au centre des débats.

En effet, la généralisation de l’assurance apparaît comme un levier indispensable pour protéger les agriculteurs, préserver l’agriculture et donc la souveraineté alimentaire de la France.

Après l’annonce par le Président de la République de la création du Système de l'Assurance Agricole Français, InVivo renforce son offre proposée aux filières (agriculteurs, coopératives et négoces, agro fournisseurs, transformateurs et distributeurs alimentaires).

Bioline Insurance (Groupe InVivo) renforce son offre d’assurance à l’agriculture et s’affirme en néo-assurance en devenant Atekka.

Avec cette nouvelle approche sur le marché, Atekka veut faciliter l’accès à l’assurance et convaincre les agriculteurs, leurs fournisseurs et leurs clients de s’assurer. Les freins généralement constatés sont aujourd’hui levés pour proposer une assurance :

plus proche,

  • Avec des assurances personnalisables et adaptées à la réalité du terrain et à la spécificité de chaque culture,
  • un ancrage professionnel agricole, sur le terrain partout en France
  • et des solutions co-construites et gérées en partenariat avec des agriculteurs et des coopératives et négoces agricoles.

plus efficace,

  • Avec des garanties et des tarifs réellement modulables en fonction des besoins et de la réalité du risque de chaque assuré
  • et une indemnisation des sinistres à la hauteur des pertes en un temps record.
  • En tenant compte de la spécificité de chaque culture

plus simple,

  • Avec des devis en ligne calculés immédiatement, 100% transparents pour permettre de comparer en quelques clics,
  • La signature électronique instantanée du contrat d’assurance et la déclaration des sinistres en ligne directement sur un espace personnel.
  • Tous les documents disponibles en ligne sur un espace personnel
  • Solution mobile accompagnée par le conseiller agricole du quotidien

L’annonce a été faite le Mardi 21 septembre en direct à 17 heures, à l’occasion d’un événément digital en présence de :
Sébastien Abis, Directeur du Club DEMETER - Chercheur associé à l'IRIS, Frédéric Descrozaille, Député, membre de la commission des affaires économiques à l'Assemblée Nationale - Président du groupe de travail relatif à la gestion des risques et l’assurance, Laurent Martel, Directeur Général - Bioline by InVivo, Claude Tabel, Président de l’Union Française des Semenciers, Joël Limouzin, Vice-Président – FNSEA, Matthieu Çaldumbide, Directeur services et prospectives de la coopérative LUR BERRI, Serge Papin, Médiateur sur la loi « Egalim » auprès du ministre de l’agriculture, et Antoine Poupart, Président fondateur - Bioline Insurance / Atekka qui a déclaré “Avec l’approche Atekka de l’assurance agricole, nous protégeons l’agriculture et sécurisons la souveraineté alimentaire de la France”.

Replay disponible ici

photosignaturebandeau

Partenariat



Un partenariat en faveur de la formation, de l’insertion professionnelle, de la recherche et de l’innovation

Les coopératives agricoles de l’Alliance BFC, représentée par son Directeur Général Christophe Richardot, et François Roche-Bruyn, Directeur Général d’AgroSup Dijon ont signé une convention de partenariat ce lundi 20 septembre 2021, officialisant des relations étroites engagées depuis plusieurs années.

Promouvoir de nouvelles passerelles école/entreprise afin de soutenir la formation et la recherche

AgroSup Dijon et les coopératives agricoles de l’Alliance BFC sont des partenaires de longue date. Ils souhaitent aujourd’hui renforcer leur collaboration de manière durable, un engagement matérialisé par une convention signée ce lundi 20 septembre pour une durée de 3 ans.

Cette coopération, soutenue, interviendra tout d’abord en faveur des élèves-ingénieurs dans les domaines de la formation, de l’insertion professionnelle et de l’employabilité. Les coopératives agricoles de l’Alliance BFC proposeront des stages, des projets, des contrats d’apprentissages ou de professionnalisation et des offres d’emplois.

Ce partenariat interviendra également, dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Les liens actuels entre les enseignants-chercheurs et les étudiants d’AgroSup Dijon et les collaborateurs (cadres, experts des marchés ou de la data, ingénieurs agronomes) des coopératives agricoles de l’Alliance BFC seront développés à travers des études de recherches, des appels à projets, des chaires d’entreprise et des contrats de recherche (bourses CIFRE, insertion professionnelle des docteurs) avec les laboratoires de recherche et les différentes structures scientifiques (pôles de compétitivité, filiales de valorisation, sociétés d'accélération de transfert de technologie, projets d’investissements d'avenir) partenaires d’AgroSup Dijon.

bandeaunestle

alimentaires régénérateurs



Nestlé dévoile ses ambitions pour accélérer la transition vers des systèmes alimentaires régénérateurs

Nestlé présente ses ambitions pour soutenir la transition vers des systèmes alimentaires régénérateurs qui vise à protéger et restaurer l'environnement, à améliorer le niveau de vie des agriculteurs et à accroître le bien-être des communautés agricoles. Nestlé travaillera en collaboration avec ses partenaires, en particulier son réseau de plus de 500 000 agriculteurs et 150 000 fournisseurs, pour faire progresser les pratiques agricoles régénératrices au cœur même du système alimentaire. A cet effet, l'entreprise lancera également de nouveaux programmes afin de contribuer à relever les défis sociaux et économiques liés à cette transition.

Cette annonce s’inscrit dans le cadre de la contribution de Nestlé à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) d'ici 2030 et à l’approche du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui se tiendra à New York. Elle fait également suite au récent rapport du panel intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies, qui montre que la crise climatique s'intensifie.

" Nous savons que l'agriculture régénératrice joue un rôle essentiel dans l'amélioration de la santé des sols, la restauration des cycles de l'eau et l'augmentation de la biodiversité sur le long terme. Ces éléments constituent le fondement d’une production alimentaire durable et, surtout, contribuent à la réalisation de nos objectifs ambitieux pour le climat " Paul Bulcke, Président de Nestlé

Lire la suite