S'abonner à l'hebdo

HEBDO N°46 - Vendredi 18 décembre 2020

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques

Les Assemblées de région 2020



Le 1er décembre, Cérèsia a organisé ses Assemblées de région en ligne. Une première couronnée de succès avec une participation record des agriculteurs-coopérateurs qui se sont fortement mobilisés autour de cet événement 100% digital.

Cérèsia fait le choix de la vente de produits phytopharmaceutiques

Antoine Hacard, Président du Conseil d’administration de Cérèsia, a annoncé le choix de la vente pour Cérèsia et ses filiales dans le cadre de la législation sur la séparation vente/conseil des produits phytopharmaceutiques. Cette décision est justifiée par la volonté de la coopérative d’accompagner ses agriculteurs-coopérateurs dans leurs prises de décisions technico-économiques. Antoine Hacard a précisé que Cérèsia continuerait de proposer des solutions alternatives à la diminution des produits phytopharmaceutiques tout en maintenant la nécessaire performance économique des exploitations.

La coopérative redynamise la gouvernance en région

Le Conseil d’administration de Cérèsia a initié un projet concernant la dynamique de ses régions.  Marc Braidy, vice-président a souligné l’importance de la responsabilité des élus dans la gouvernance de leur coopérative et notamment leur implication dans la vie des régions. Des groupes de travail sont mobilisés sur plusieurs sujets comme le rôle du Conseiller de région, maillon essentiel de la gouvernance en région, l’optimisation du maillage territorial, l’innovation et la création de valeur ainsi que l’animation régionale.

Projets 2021 : relever le challenge digital et optimiser le maillage territorial des magasins

Cérèsia a mis le challenge digital et l’évolution de son maillage territorial au cœur de sa stratégie. Fort de son expérience dans le e-commerce (ouverture de Viticulteurs.market, site dédié aux besoins des viticulteurs, et dans quelques mois l’ouverture d’un site dédié aux éleveurs) Cérèsia poursuit son développement digital. Un outil de e-service DigitAppros dont l’objectif est de facilité la logistique du réapprovisionnement en produits phytopharmaceutiques, engrais et semences hybrides ouvrira en juillet 2021. Cet outil avec ses informations sur les disponibilités « produits », la réglementation, le suivi des commandes et le choix de livraison est conçu pour faire gagner du temps aux agriculteurs-coopérateurs qui pourront passer leurs commandes en toute autonomie. Avec l’ouverture de DigitAppros associé à la volonté de la coopérative de développer la livraison direct ferme, Cérèsia dispose des clés pour repenser un maillage territorial plus performant de ses magasins. Une bourse d’échange semences en ligne ouvrira également pour la prochaine campagne 2021.

Un rapport moral sur une note d’optimisme

Antoine Hacard a clôturé les Assemblées de région en soulignant que malgré la morosité liée à la situation sanitaire et à une moisson médiocre, un certain nombre de signaux positifs étaient en train d’apparaître : le vaccin pour le COVID, le changement de présidence américaine, la reprise des exportations de céréales vers la Chine qui se traduit par une bonne tenue des cours, la continuité de la demande sur les marchés habituels. Il a souligné cependant que les défis économiques et environnementaux demeuraient nombreux : bilan carbone, qualité de l’air, protéine végétale non OGM, certification HVE. Il a conclu en précisant que Cérèsia s’était saisie de ces sujets qu’elle s’organisera pour accompagner ses agriculteurs-coopérateurs dans la prise en compte des nouvelles demandes sociétales et de la future PAC impactée par le Green Deal.

*Le groupe Cérésia affiche pour l’exercice 2019/2020 un chiffre d’affaires de 615 M €, un résultat net de 1.3 M € et améliore sa CAF et son endettement.

Site internet : https://www.ceresia.fr

Une Assemblée Générale digitale

pour EMC2



Dans ce contexte de crise sanitaire, la coopérative EMC2 a tenu son Assemblée Générale en direct sur sa WebTV, le vendredi 11 décembre. L’occasion pour son Président, Philippe Mangin et son Directeur Général, Arnaud de Maret de faire le bilan de cette année inédite et de saluer la mobilisation des collaborateurs dans la poursuite des activités. C’est l’économiste réputé, Philippe Dessertine, qui a clôturé la séance avec son analyse de la crise et ses conséquences économiques et sociales.

La démocratie à toute épreuve

En ouvrant l’Assemblée Générale, le Président Philippe Mangin a rappelé la volonté de la coopérative de tenir une Assemblée Générale proche des conditions habituelles avec une réelle démocratie et une dimension prospective. Tous les adhérents et salariés ont pu suivre cette réunion en direct et les délégués de section de la coopérative ont pu adopter les résolutions avec un boitier de vote numérique.

Cette volonté de continuité démocratique s’était déjà traduite lors des 11 réunions d’Assemblée de Section en visioconférence qui s’étaient tenues en novembre pour favoriser les échanges et la proximité. Des principes bien ancrés dans l’ADN d’EMC2 et des dirigeants qui se hâtent de pouvoir replacer les relations humaines et la convivialité au cœur de leurs échanges. 

Première AG pour Arnaud de Maret en tant que Directeur Général

Avec une prise de fonction au mois de mars, à l’aube du premier confinement, Arnaud de Maret a adapté sa stratégie face aux nouveaux modes de travail imposés par la situation. Au-delà de la gestion de cette crise, le nouveau Directeur Général a mené de front de nombreux projets importants comme la création d’un service offre et innovation ou encore la réorganisation des équipes de terrain de la coopérative pour répondre aux évolutions règlementaires.

Dans son rapport d’activité, Arnaud De Maret a présenté une analyse détaillée du bilan avec un chiffre d’affaires du Groupe qui s’élève à 540 M€. En baisse de 7% par rapport à l’exercice précédent, ce chiffre reste correct compte tenu de la situation. Le directeur a salué l’ensemble du personnel qui s’est mobilisé pour maintenir le niveau d’activité en rappelant « qu’il est essentiel de tirer les enseignements de cette crise, véritable accélérateur d’adaptation, d’agilité, d’efficacité et qui a montré la robustesse de notre modèle coopératif ».   

Séparation du conseil et de la vente : les incompréhensions subsistent

La coopérative a dû s’adapter pour répondre à la loi sur la séparation de la vente et du conseil. Le Président Philippe Mangin n’a pas manqué de faire part de ses réserves sur cette loi « qui est une erreur, alors qu’on est en pleine transition agricole où l’accompagnement des agriculteurs pour relever les défis environnementaux et alimentaires va demander encore plus de conseil. Plutôt que les contraintes, c’est l’innovation qui permettra de répondre aux enjeux ».  

La vision réaliste mais optimiste de Philippe Dessertine

Dans son intervention, l’économiste est revenu sur les enjeux de l’innovation et plus globalement sur la rupture technologique qui commence à irriguer toute l’économie. Un mouvement accéléré par la crise Covid qu’il a replacé dans son environnement.  Au-delà des « conséquences sanitaires douloureuses, cette crise est intervenue dans un contexte de niveau de dette mondiale jamais connu, de changement de leaders mondiaux avec la Chine et l’Asie ou encore avec les enjeux du dérèglement climatique ». Mais l’économiste est optimiste pour « l’après » de cette « première crise de la mondialisation. La Covid a été un accélérateur dans tous les domaines et toujours vu sous l’angle économique, c’est déjà une incroyable expérimentation, un changement de modèle obligé en quelques mois. L’agriculture est au cœur de ces bouleversements et la voie de l’innovation va porter les nouvelles valeurs ».

Cette intervention qui est un remède contre le pessimisme et le repli sur soi est disponible en replay pour les adhérents et salariés sur les médias internes.

Le rapport d’activité et les photos sont téléchargeables à l’adresse https://bit.ly/AGEMC2-2020

Exercice 2019-2020

Les résultats financiers du Groupe



Fort de la résilience de son modèle économique face à la crise de la COVID-19, Euralis confirme le renforcement comme l’accélération  de ses choix stratégiques : la transformation, l’international et l’innovation, avec une priorité à la performance

Euralis est resté en maîtrise lors de cet exercice 2019-2020. Le Groupe Coopératif a maintenu le cap avec un chiffre d’affaires brut stable de 1,33 milliards d’euros et un Résultat d’exploitation de 22,5 millions d’euros. Il a fait preuve d’agilité et de réactivité : toujours à l’écoute des clients, il a su adapter ses méthodes de travail, tout en déployant les mesures sanitaires adéquates imposées par la crise inédite de la COVID-19. L’EBITDA a quant à lui atteint 49,8 millions d’euros. La performance économique du Groupe a cependant été affectée par l’effet combiné de cette crise, de la baisse du prix des viandes de canard et des effets de change négatifs sur l’activité Semences. Dans une année fortement perturbée, le Résultat net est à zéro.

Globalement, cet exercice renforce la détermination et la volonté d’accélérer les choix stratégiques de l’entreprise. Il a été notamment marqué par le choix du conseil opéré dans le cadre de la loi Egalim et la finalisation du rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences Group.

Dans un écosystème en pleine mutation, le Pôle Agricole  accélère sa transformation. Il améliore sa performance économique globale et son chiffre d’affaires est quasi stable, avec des évolutions contrastées selon les  activités. L’activité Grand Public est en hausse de 11%  – le rayon Table des Producteurs affiche en particulier d’excellentes performances (+ 28 %), tout comme le rayon jardinerie (+15%) – tandis que l’activité collecte est plus mitigée car contrasté selon les saisons.

Le Pôle Semences confirme la croissance de son chiffre d’affaires (+ 8,1%), portée par son développement à l’international, en Russie notamment, et son excellente performance génétique. De belles croissances aussi pour les volumes de vente  en maïs (+8 %)  et les hectares semés avec des variétés Euralis Semences (+ 15 %). Pour le Pôle, l’exercice a été marqué par la finalisation du rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences Group, qui a donné naissance à Lidea, au 1er septembre 2020. Ce nouvel ensemble fait désormais partie des semenciers grande culture leaders en Europe.

Les activités alimentaires ont été impactées par la crise de la COVID 19.  Stalaven (chiffre d’affaires en hausse de 6,1%) a bénéficié d’une dynamique commerciale positive auprès des commerces de proximité (bouchers, charcutiers, traiteurs) et des bonnes performances de l’activité salaison (ventes en hausse de 20 %).  Atelier Traiteur quant à lui accuse une baisse de chiffre d’affaires de 22% liée à la fois à une moindre fréquentation des Grandes Surfaces et la fermeture de certains rayons pendant la crise sanitaire. Maison Montfort affiche une croissance de chiffre d’affaires en légère hausse (0,9 %) et confirme la pertinence de sa stratégie avec une nouvelle saison festive réussie (la marque réaffirme sa position de n°2 en GMS) et une progression des ventes de viande. Rougié enfin, qui perd 18 % de son chiffre d’affaires sur l’exercice en raison de la COVID-19, s’est bien comportée en sortie de crise, en proposant aux chefs des produits adaptés à leurs nouvelles contraintes (brigades réduites et contraintes sanitaires fortes).

Christophe CONGUES, Président délégué d’Euralis : « le début de l’année 2020 aura été marqué par notre décision d’opter pour le conseil aux agriculteurs, dans le cadre de la loi Egalim. Cette décision, qui intervient dans un écosystème en plein bouleversement, fait de nous une coopérative pionnière, et nous en sommes fiers. Elle est guidée par notre volonté de construire l’agriculture de demain : une agriculture durable et plurielle, qui répond aux attentes des agriculteurs, de la Société et des consommateurs. Une agriculture qui garantit une compétitivité pour le Groupe et ses adhérents, notamment via la création de filières à valeur ajoutée ».

Philippe SAUX, Directeur Général d’Euralis : « l’exercice 2019-2020 a été marqué par une crise sanitaire inédite que le Groupe a traversé en faisant preuve d’agilité et de résilience. Tout au long de cette période compliquée, nous avons maintenu le cap et nos équipes, souvent en première ligne, ont fait preuve d’une implication et d’un niveau d’engagement remarquables. Nous avons aussi bénéficié de l’accompagnement de nos banques partenaires. Notre vocation et nos fondamentaux restent les mêmes. D’abord, nous aidons les agriculteurs du Sud-Ouest à sécuriser leurs revenus en les conseillant dans l’évolution de leurs pratiques et en leur proposant des débouchés et des filières nouvelles. Ensuite nous renforçons la capacité de R&D et le développement à l’international du Pôle Semences. Enfin, nous produisons une alimentation de qualité qui répond aux attentes des consommateurs et des agriculteurs. Fidèles à nos valeurs coopératives, nous confirmons nos axes stratégiques et accélérons leur mise en œuvre ».

Ces résultats seront soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale d’Euralis Coop le 12 Février 2021.

FAITS MARQUANTS SUR L’EXERCICE 2019/2020