S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

Schéma volontaire 2BSvS



Reconnaissance du schéma volontaire 2BSvS par la Commission Européenne

Nous sommes ravis de vous annoncer que la reconnaissance du Schéma Volontaire 2BSvs par la Commission Européenne a été officiellement reconduite en date du 8 avril 2022.

La publication de la décision d’exécution au Journal Officiel de l’Union Européenne reconnait 2BSvs pour l’ensemble du domaine d’application de la RED II, à savoir : les biocarburants, les bioliquides, les combustibles issus de la biomasse, les carburants liquides et gazeux renouvelables d’origine non biologique, ainsi que les carburants à base de carbone recyclé. Cela inclut donc également le secteur de la méthanisation.

Vous trouverez ci-dessous le texte de parution au Journal Officiel.

Par ailleurs, les actes délégués ont été votés le 10 mars 2022.

Nous sommes en attente de leur publication ainsi que des précisions de la Commission Européenne concernant leur mise en œuvre.

Nous reviendrons vers vous dès leur parution, qui nous amènera à étudier l’évolution des standards de certification 2BSvs.

parution au Journal Officiel

FILIÈRE BRASSICOLE

Entre excellence et vigilance




ARVALIS – Institut du végétal, en partenariat avec Brasseurs de France, Malteurs de France, Intercéréales et l’AGPB, a réuni plus de 200 acteurs de la filière brassicole pour le 22e colloque Orges Brassicoles. La journée a confirmé la capacité de résilience de la filière, tout en restant vigilant face au contexte géopolitique international et à la forte hausse des coûts de production.

Point d’orgue du colloque, la table ronde réunissant Magali Filhue, déléguée générale de Brasseurs de France, Maxime Costilhes, directeur général d’Intercéréales, Jean-Philippe Jelu, président de Malteurs de France, Baptiste Soenen, chef du service Agronomie Économie Environnement d’ARVALIS – Institut du végétal, et animée par Franck Wiacek, directeur des Actions régionales d’ARVALIS – Institut du végétal, a permis de mettre en exergue les points forts de la filière en France :

  • La brasserie est dans une dynamique importante, de 250 en 2006 à plus de 2 300 brasseries aujourd’hui.
  • La production française de malt est leader mondial (80% de la production est exportée).
  • Un engagement RSE de filière avec des projets de décarbonation sur les activités industrielles de maltage et de brassage, et sur la production de l’orge de brasserie avec une empreinte carbone des orges françaises parmi les meilleures du monde.
  • Les orges brassicoles françaises sont mondialement reconnues pour leur qualité, avec la spécificité française de produire des orges 6 rangs hiver brassicole, grâce à un contexte pédoclimatique favorable.

Et quelques points de vigilance :

  • Le contexte géopolitique mondial crée des tensions sur le prix des intrants comme sur l’offre et la demande à l’échelle mondiale.
  • L’ambition de réduction de l’empreinte environnementale des activités agricoles et industrielles, de la stratégie européenne Farm to Fork, est partagée par les acteurs de la filière, mais ils alertent sur les moyens exigés pour l’atteindre.

Pour conclure, Éric Thirouin, président de l’AGPB, est revenu sur les conséquences délétères de la situation

géopolitique internationale quant au prix des intrants sur les résultats de la récolte 2023 et à la stabilité des marchés mondiaux. Le plan de résilience économique et sociale présenté par le gouvernement français (16/03/22) sera-t-il suffisant pour répondre aux enjeux des professionnels ?
Le bilan dressé sur la production comme sur la transformation et la consommation montre la grande capacité de résilience de la filière Orges Brassicoles, surtout après deux années de crise sanitaire et son impact sur tous les métiers de l’interprofession. La responsabilité sociale et environnementale de la filière est un atout majeur pour son avenir et pour assurer une production de qualité en quantité.

Perspectives internationales, européennes et françaises du marché de l’orge brassicole

Aujourd’hui les principaux exportateurs mondiaux d’orge sont l’Union européenne et le Royaume-Uni, la Russie, l’Australie, l’Ukraine, le Canada et l’Argentine pour l’export, la Chine et l’Arabie saoudite sont les premiers importateurs suivis de l’Iran et de la Turquie.
La situation géopolitique mondiale, notamment les conséquences de la guerre en Ukraine et la dégradation des relations commerciales entre la Chine et l’Australie, a eu et aura un impact majeur sur le marché international de l’orge.

D’autres facteurs sont à prendre en compte :

  • Le risque de dévers des fournisseurs d’orge brassicole vers l’orge fourragère (demande croissante et prix en hausse).
  • La place à venir de l’orge dans les assolements, fonction des évolutions prévisibles des charges de production entrainant des arbitrages entre culture.
  • Les stocks de fin de campagne sont très bas dans l’hémisphère Nord, les capacités d’exportation de l’Australie et de l’Argentine sont indispensables à l’équilibre du marché mondial.
  • Dans ces conditions, tout accident climatique dans un grand pays producteur-exportateur déstabiliserait fortement l’ensemble du marché.

L’équilibre entre l’offre et la demande à l’échelle internationale est particulièrement fragile sur le marché de l’orge brassicole. La filière française relève le défi de répondre conjointement aux attentes des agriculteurs, des malteurs et des brasseurs, notamment par l’innovation technologique comme la sélection de nouvelles variétés.
 


Valorisation de la récolte 2021

Plus aucune année ne se ressemble d’un point de vue agro-climatique, et tout le savoir-faire de l’ensemble des maillons de la filière orge-malt-bière est d’en tirer chaque année le meilleur. L’observation du pouvoir germinatif de l’orge récoltée sur une longue période, compte tenu des conditions de récolte de juillet 2021, a notamment révélé une prise d’eau rapide lors de la trempe mais avec une très forte sensibilité à l’eau pour les malteurs et une température de gélatinisation plus élevée pour les brasseurs.