S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°2 - Vendredi 12 janvier 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

Des céréales à la bière

histoire, culture et gastronomie




Un beau succès pour le SPOC
« Des céréales à la bière : histoire, culture et gastronomie »

Proposée par Passion Céréales, en collaboration avec Brasseurs de France et l’IEHCA (Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation), la formation « Des céréales à la bière : histoire, culture et gastronomie » conduite du 25 septembre au 27 octobre 2017 a connu un beau succès avec 102 inscrits parmi lesquels des brasseurs, des agriculteurs, des personnes en reconversion, des fans de bières et des salariés de la filière brassicole.

Présentée sous la forme d’un « SPOC » (Small Private Online Courses) assuré par 15 intervenants, cette formation a mis à la disposition des apprenants une trentaine de vidéos pédagogiques et de fichiers téléchargeables, une plateforme web interactive et proposé diverses activités (murs collaboratifs, sondages, etc.). En complément, 2 événements physiques (rencontre en amont de la formation, remise des diplômes et brassage de la bière de promotion) ont rassemblé entre 30 et 40 personnes à chaque fois. Cette formation leur a permis d’aborder :

  • la bière dans sa dimension culturelle, imaginaire et patrimoniale ;
  • les matières premières, les modes de fabrication, les recettes des principales bières ;
  • les bases de la législation et de la réglementation en vigueur pour commercialiser la bière en France ;
  • les techniques d’animation d’ateliers et de stands ;
  • des connaissances transversales (qualité, service, accords bières/mets, dégustation…).

Un questionnaire-satisfaction réalisé à l’issue de la formation a permis de dresser un bilan très positif de l’opération, avec des cours particulièrement appréciés, en particulier ceux liés aux accords mets/bières, la règlementation, et la découverte de l’histoire de la bière et des matières premières.

Face à un tel succès, Passion Céréales envisage de reconduire cette formation au 2nd semestre 2018.
Rendez-vous sur https://des-cereales-a-la-biere.com

Faciliter les échanges

d’informations économiques



      

L’Autorité des marchés financiers et FranceAgriMer signent une convention visant à faciliter les échanges d’informations économiques sur les marchés au comptant de matières premières agricoles et leurs marchés à terme

L’Autorité des marchés financiers (AMF) et FranceAgriMer ont signé le 4 janvier 2018 une convention dont l’objectif est de renforcer leur coopération afin de permettre à l'AMF de mieux assurer ses nouvelles missions relatives aux marchés de dérivés de matières premières agricoles et de permettre à FranceAgriMer d’assurer sa mission de connaissance et d’organisation de ces marchés.

A la suite de la crise économique de 2007-2008, le cadre réglementaire a été renforcé et les missions de l’AMF ont été étendues à la surveillance des marchés au comptant de matières premières lorsqu’ils sont sous-jacents de dérivés financiers. Les prix des marchés à terme sont en effet couramment utilisés comme référence sur des contrats au comptant. En conséquence, une manipulation sur le marché à terme est susceptible d’avoir un impact direct ou indirect sur les échanges commerciaux de marchandises sous-jacentes et inversement.

La signature de cette convention formalise le cadre de coopération entre les deux signataires. Elle se traduira par des échanges réguliers d’informations à caractère économique concernant les marchés au comptant des matières premières agricoles et les contrats dérivés admis à négociation sur Euronext dont elles sont sous-jacentes.

FNCL et Coop de France

annoncent leur fusion



          

Dans un contexte où la filière laitière est en pleine mutation, le renforcement du modèle coopératif est devenu un enjeu majeur. En fusionnant avec Coop de France, les coopératives laitières consolident leur organisation collective par un mouvement global et répondent à plusieurs objectifs : réaffirmer le modèle coopératif et renforcer l’organisation collective, faire évoluer et rééquilibrer les relations au sein de la filière laitière et, enfin, peser davantage au sein de l’environnement professionnel et institutionnel.

Une décision qui intervient dans un contexte global en pleine évolution

Dans un contexte de dérégulation totale des marchés et face à l’émergence de nouvelles attentes sociétales de la part des consommateurs, les organisations professionnelles doivent s’adapter pour répondre aux transitions engagées. Le modèle coopératif, porteur de valeurs territoriales et démocratiques, constitue une réponse pertinente à ces évolutions. La fusion de la FNCL avec Coop de France conforte la légitimité de notre fédération nationale et consolide son expertise, notamment en matière agroalimentaire.

« La fusion de la FNCL avec Coop de France marque une nouvelle étape importante pour notre fédération dont le périmètre n’avait pas évolué depuis sa création en 2006. C’est une évolution naturelle qui renforce notre mouvement coopératif. Nous avons la conviction qu’ensemble on est plus forts et qu’ensemble on peut agir pour le bien commun », indique Michel Prugue, président de Coop de France.

Modalités d’organisation : une co-construction autour d’un projet commun

La fusion s’appuie sur plusieurs principes fondamentaux : l’autonomie de la section laitière, des représentations de la filière renforcées au sein des instances et une présence physique maintenue à la Maison du Lait. Les expertises des deux parties (juridique, communication, relations commerciales) seront mutualisées et renforcées.

Le résultat de cette fusion est la création d’une section autonome, Coop de France Métiers du Lait, présidée par Damien Lacombe, par ailleurs Président de Sodiaal Union. Damien Lacombe remplace

Dominique Chargé, qui occupait le poste de Président de la FNCL depuis 2010 et qui a décidé de se consacrer pleinement à sa coopérative et à son mandat de Président de Coop de France Agroalimentaire.

« Notre mouvement vers Coop de France est le point d’orgue des mouvements effectués ces dernières années, notamment pour accompagner la montée en puissance de l’axe agroalimentaire de Coop de France. Au-delà de renforcer notre identité coopérative, nous allons bénéficier de la force de frappe institutionnelle de Coop de France et nous inscrire plus concrètement dans la campagne La Coopération Agricole, tout en restant ancré dans nos métiers à la Maison du Lait », commente Damien Lacombe, Président de Coop de France Métiers du Lait, Président de Sodiaal Union.

Etiquetage

des Produits phytosanitaires




L’UIPP initie une démarche unique
au niveau international pour harmoniser
et clarifier l’information à destination
des agriculteurs !

L’UIPP répond aux besoins des agriculteurs pour améliorer la lisibilité des étiquettes des produits phytosanitaires en éditant un guide d’étiquetage commun. Il s’agit d’une démarche de progrès visant la meilleure information des utilisateurs et la réduction des risques liés à l’usage de produits professionnels.

Plus de 20 textes sont actuellement en vigueur pour encadrer les conditions d’utilisation des produits phytosanitaires. Tout en étant indispensable pour assurer des conditions d’utilisation sûres, cette succession de réglementations a eu notamment pour conséquence une complexification des messages et une perte de lisibilité des étiquettes pour les agriculteurs.

Face à ce constat, les professionnels de la protection des plantes sont à l’initiative d’une démarche de concertation unique sur le sujet, menée conjointement avec les différents partenaires publics et privés concernés.

Le résultat : un guide d’étiquetage à usage professionnel édité par l’UIPP. Ce document regroupe toutes les informations relatives aux éléments apposés ou imprimés sur les emballages des produits (unités commerciales, packs et cartons de regroupement) et précise, avec un code couleur, les informations réglementaires ainsi que plusieurs suggestions organisationnelles.

Pour Julien Durand-Réville, responsable santé à l’UIPP : « Ce guide, unique au niveau international, a été le fruit d’un travail collectif des sociétés adhérentes et a nécessité plusieurs échanges avec des groupes d’agriculteurs testeurs. Les contributions du ministère de l’agriculture, de l’ANSES, de la médecine du travail (MSA) et bien sûr des représentants agricoles ont été prises en compte. Ce travail permettra aux agriculteurs de disposer d’étiquettes construites de la même manière, quelle que soit la marque du produit : format, ordre des informations et rubriques… Pour toujours retrouver la même information au même endroit ».

Cette harmonisation se fera progressivement car elle nécessite une refonte des systèmes d’étiquetage chez les entreprises. Ce travail est également à disposition de toutes les sociétés phytosanitaires non membres de l’UIPP qui désireraient le suivre, afin d’uniformiser largement et rapidement le contenu des étiquettes françaises.

Pour consulter le « Guide d’étiquetage des produits phytopharmaceutiques à usage professionnel » : cliquer ici.