S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
ag-lorca

Une campagne 2020-2021

exceptionnelle !



L’Assemblée Générale du Groupe LORCA s’est déroulée ce mardi 7 décembre 2021 au cinéma Kinépolis de Saint-Julien-lès-Metz. L’occasion de faire un bilan de la campagne 2020-2021 avec Alexandre RAGUET, Directeur Général, et Christian SONDAG, Président du Groupe LORCA.

Comment qualifiez-vous les résultats de la campagne 2020-2021 ?

Alexandre RAGUET : Toutes activités confondues, le Groupe LORCA réalise un résultat consolidé que nous pouvons qualifier d’historique. Nos 3 pôles d’activités ont, en effet, su capter la croissance du marché, et améliorer leur performance opérationnelle.

Christian SONDAG : Au niveau de la coopérative, nous avons su accompagner le marché avec un prix payé des céréales à nos adhérents remarquable. Et en élevage, le développement de la contractualisation s’est poursuivi permettant ainsi d’améliorer les marges des éleveurs. En effet, celle-ci a doublé au cours de ces 2 dernières années, atteignant 29 %. Cela confirme notre stratégie de nous investir, via l’Union de coopératives Cloé, dans la recherche de débouchés plus rémunérateurs avec des contrats tels que Prim’Herbe et Label Rouge.

Avez-vous poursuivi votre politique d’investissement ?

Alexandre RAGUET : Dans ce contexte de résultats solides, la coopérative LORCA a accéléré son plan d’investissement sur plusieurs niveaux : la formation des équipes avec près d’un salarié sur deux concerné, les infrastructures de collecte et distribution, nos capacités logistiques et nos systèmes d’informations. Au total, ce sont 16 millions d’euros d’investissement sur l’exercice, soit 4.8 % du chiffre d’affaires consolidé annuel.

Christian SONDAG : Comme tous les ans, des travaux et des achats de matériel ont été effectués sur les outils du Pôle Agriculture sur les sites de Pagny-lès-Goin, Koenigsmacker, du Port de Metz ou encore de LORCA Elevage à Sabré. Parallèlement à cela, le ratio d’endettement de la coopérative baisse depuis plusieurs années. Cela témoigne de la bonne santé de notre Groupe qui continue à se développer et à investir tout en réduisant ses emprunts.

Alexandre RAGUET : Au niveau de notre Pôle Jardin & Terroir, les travaux d’agrandissement et de modernisation de notre plateforme logistique LORCA Log’, se sont terminés début d’année. Cette dernière a été équipée d’un nouvel ERP visant l’homogénéisation de nos différents processus informatiques notamment sur les aspects comptabilité, achat et logistique. Et une armoire de rangement automatique avec bras robotisé, appelée mini load, a notamment été installée pour le stockage des pièces de petite taille. Ce système apporte à la fois un gain d’espace, une meilleure cadence de production et se veut plus ergonomique pour les opérateurs. Entièrement financés par l’activité de nos jardineries, ces travaux permettent de servir à la fois le grand public mais également les activités de la coopérative.

Quels ont été les grands projets menés sur l’exercice ?

Christian SONDAG : Plusieurs projets structurants, pour préparer l’avenir, ont été menés sur l’exercice. Nous avons lancé, fin 2019, la 1ère promotion Atouts Jeunes. Il s’agit d’un programme sur-mesure visant à accompagner la nouvelle génération à s’installer ou à mener à bien un projet au sein de son exploitation familiale. Les 11 jeunes inscrits dans cette démarche viennent de terminer leur cycle de formation. Le bilan est plus que positif et nous nous apprêtons à lancer une campagne de recrutement pour une 2ème promotion.

Alexandre RAGUET : Le contexte sanitaire a également accéléré le déploiement d’outils digitaux pour communiquer de manière plus moderne avec nos adhérents. Les formats vidéos se sont multipliés. Parmi eux, « La minute au champ », courte vidéo instantanée d’informations techniques est désormais devenue incontournable. Quant aux pratiques agronomiques, force est de constater qu’elles deviennent multiples et que nous nous devons d’accompagner au mieux nos adhérents dans leurs choix. Ceux d’entre eux qui s’orientent vers l’agroécologie attendent des solutions, techniquement et économiquement rentables et durables, qui permettent de sécuriser la qualité ainsi que la commercialisation de leur récolte. À ce titre, dans le cadre de notre partenariat avec la Chaire Bio4Solutions, 10 de nos techniciens relation culture ont été formés aux solutions de biocontrôle au cours de l’exercice.

Pouvez-vous nous donner quelques orientations pour l’exercice 2021-2022 ?

Christian SONDAG : L’expérimentation reste au coeur de nos priorités. Et nous aurons d’ailleurs le plaisir d’accueillir à nouveau pour 3 ans sur nos terres mosellanes, Damier Vert, notre plateforme d’essais commune avec les coopératives CAL, GPB et EMC2.

Alexandre RAGUET : Nous avons encore du travail à accomplir sur notre filiale Lorial, pour apporter aux adhérents une solution globale en nutrition animale. Au niveau de la collecte, la coopérative démarre une nouvelle tranche d’investissements visant à optimiser et adapter les infrastructures existantes pour répondre aux besoins des prochaines années. Sur le marché de la jardinerie, le relooking de certains magasins reste une priorité ainsi que  la montée en puissance de notre offre e-commerce. Notre activité Matériaux poursuit sa stratégie de proximité avec le projet d’ouvrir de nouvelles agences Gedimat LORCA et d’intégrer l’activité de la société Lorraine Espaces Verts, récemment acquise, permettant de structurer une offre à destination des professionnels paysagistes sur le Grand Est.

Site internet : https://www.lorca.fr

Photo : Table ronde du Pôle Agriculture. De gauche à droite : Alexandre RAGUET, Directeur Général, Gautier LEROND, Directeur du Pôle Agriculture, Jean-Paul DEFLORAINE, Vice-Président, Xavier LEROND, Administrateur, Michèle DIETSCH, Administrateure.

Résultats consolidés

du Groupe VIVESCIA au 30 juin 2021



Une performance économique en forte progression dans un contexte de crise sanitaire persistant, portée par la dynamique de ses métiers de transformation (VIVESCIA Industries)

Progression de 25% de l’EBITDA (150 millions d’euros) Maîtrise de la dette nette, en retrait de 5% (494 millions d’euros)

L’exercice 2020-2021 s’est déroulé dans un contexte de crise sanitaire encore compliqué. Les confinements et couvre-feux successifs ont continué de perturber nos principaux marchés, particulièrement sur le périmètre de VIVESCIA Industries (Boulangerie surgelée- Meunerie- Malterie) qui représente près de 90% de nos activités de transformation, et 60% du chiffre d’affaires du Groupe.

Malgré cet environnement complexe et un chiffre d’affaires Groupe en léger repli, à 3,1 milliards d’euros (- 2,8%), l’ensemble des plans de transformation, conduits depuis deux ans par nos équipes avec exigence et engagement, commencent à porter leurs fruits : la performance opérationnelle du Groupe se redresse ainsi significativement pour s’établir à 150 millions d’euros, en progression de 25% par rapport à celle de l’exercice précédent. Les investissements nécessaires pour préparer le futur du Groupe, au total 140 millions d’euros, ont été engagés ou sont en cours d’engagement.

VIVESCIA Agriculture affiche une performance économique en léger repli, avec un EBITDA à 25 millions d’euros. L’exercice de la Coopérative, qui représente 80% du chiffre d’affaires et 75% de VIVESCIA Agriculture, a été en effet pénalisé par les effets des conditions climatiques de l’été 2020, se traduisant par une baisse de la collecte de plus de 10% par rapport à celle de l’exercice précédent, mais nos chantiers de transformation logistique engagés et ceux initiés dans le cadre de notre projet d’entreprise « Ma Coop 2025 » commencent à porter leurs premiers résultats. Sous l’impulsion du Conseil d’administration et grâce aux travaux collectifs conduits avec les équipes, la Coopérative, avec « Ma Coop 2025 » s’engage ainsi dans une trajectoire de transformation ambitieuse sur les cinq prochaines années. Ce projet stratégique permet de répondre aux fortes mutations du monde agricole comme aux attentes de nos clients : accélération des démarches filières, nouveaux schémas logistiques, construction d’un nouveau modèle de proximité et d’accompagnement des agriculteurs-coopérateurs pour tenir compte de la diversité des agricultures et de projets entrepreneuriaux (nouveaux services comme Agri-Services, livraisons à la ferme, digitalisation), innovation agronomique pour accompagner les transitions vers une agriculture bas-carbone et favorable à la biodiversité.

VIVESCIA Industries s’engage de nouveau sur la voie d’une croissance durable et rentable avec une première étape de redressement franchie. Sa performance économique, mesurée par l’EBITDA, progresse significativement (+ 43% versus 2019-2020) : elle est également supérieure à l’exercice avant pandémie, malgré des volumes encore en baisse pour nos principales activités par rapport à cette période de référence. Dans ce contexte encore fortement marqué par les conséquences de la crise sanitaire, notre activité de Boulangerie, Viennoiserie et Pâtisserie (BVP) Délifrance a su tirer profit des plans d’amélioration de ses opérations. Elle a dégagé une performance économique en fort rebond et à un niveau même supérieur à celui enregistré avant l’arrivée de cette crise sanitaire. Sur le marché de la meunerie, également éprouvé en France, les performances des Grands Moulins de Paris progressent également grâce aux plans d’excellence déployés, et Francine, marque de farine numéro 1 en France, renforce ses positions. Grâce à son positionnement très international, Malteurop a su bénéficier, grâce à l’agilité de ses équipes, de la reprise du marché mondial de la bière en 2021 sur de nombreuses zones géographiques, même si celui-ci reste globalement en léger recul, en particulier en Europe de l’Ouest, par rapport à l’avant crise sanitaire. Néalia a poursuivi son développement sur les segments de marché les plus porteurs de la nutrition animale. Kalizea, notre activité Maïserie a résisté dans un contexte de marché globalement complexe, avec une disponibilité maïs rare. Et ARD, notre activité de Biotechnologies et R&D, a poursuivi un développement énergique et solide.

Plusieurs projets sont également en cours pour accompagner la croissance future des activités de VIVESCIA Industries, notamment :

  • la construction de la malterie à Meoqui au Mexique se poursuit ; cette implantation s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec HEINEKEN et repose sur la base d’un contrat d’approvisionnement à long terme ;
  • les travaux de l’entrepôt frigorifique sur le site de Délifrance à Romans-sur-Isère (France), d’une surface de plus de 5 000 m² ont débuté au printemps ; il permettra d’accompagner notre développement sur le segment viennoiseries ;
  • la capacité du Bio-Démo d’ARD sur le site de Bazancourt (Marne) va doubler de capacité pour accompagner le développement de ses activités de démonstration industrielle et de production dans les biotechnologies. La mise en service de cette nouvelle unité est prévue en décembre 2022, avec la création d’une trentaine d’emplois à la clé.

L’exercice 2021/2022 débute dans des conditions de crise sanitaire toujours complexes et incertaines. Il est également marqué, pour ses activités de transformation, par un très fort renchérissement de l’énergie, des emballages, du transport, des matières premières ainsi que par des moissons de qualité inégale et globalement décevantes au niveau mondial. Face à ces aléas, et fort de sa dynamique retrouvée, le Groupe reste déterminé à poursuivre sa trajectoire de croissance rentable et à renforcer ses positions sur chacun de ses métiers, tout en accélérant son engagement sociétal et environnemental et sa contribution à la lutte contre le changement climatique.

Site internet : https://www.vivescia.com/

Partenariat




Entrée d’Océalia à 49% au capital de Salem Brewing Company. Un partenariat naturel, vertueux, porteur de sens et de perspectives fortes

Des acteurs qui se connaissaient déjà

Eglantine et Aurélien CAMANDONE sont les fondateurs de La Débauche, brasserie régionale reconnue pour ses nombreuses innovations tant marketing que techniques. Ces derniers fabriquent déjà pour Océalia, la gamme des bières SANTONIA dont les recettes ont été élaborées par les collaborateurs du Groupe.

Lorsqu’Aurélien et Eglantine ont souhaité développer ce nouveau projet au sein de Salem Brewing Company, c’est naturellement qu’une convergence de perspectives s’est imposée avec Océalia, un partenaire solide et intéressé par une diversification régionale porteuse de sens, et de synergies, tant pour ses adhérents que pour ses filiales.

Salem Brewing Company

Salem Brewing Company va produire du wash, un moût de bière destiné à la distillation permettant de fabriquer du whisky. C’est une activité nouvelle dans une région cognaçaise où les alambics permettent d’élaborer du pineau et du cognac 6 mois de l’année.

L’association des CAMANDONE (51 %) et du Groupe Océalia (49 %) au sein de la Salem Brewing Company ouvre des perspectives de développement très intéressantes. Les actionnaires réunissent en effet de nombreux atouts pour les conduire vers le succès : l’expertise de brasseur de ce couple d’entrepreneurs énergiques et novateurs ainsi que la puissance polyvalente du Groupe Océalia, qui peut produire des céréales, matière première du wash, éventuellement distiller lui-même des wash dans ses installations, et valoriser les sous-produits du process, les drèches, riches en fibres, protéines et minéraux vers l’alimentation animale.

Des perspectives très encourageantes :

L’atelier de production est en cours de construction, le matériel sera livré en janvier, opérationnel en avril pour un démarrage prévu en mai 2022.
Les carnets de commande, qui se remplissent déjà, confortent le dynamisme des dirigeants qui sont en quête d’innovations et souhaitent désormais nourrir leur créativité et enrichir leurs connaissances, notamment au travers de voyages dans des pays où les marchés sont plus mâtures.

Longue vie à Salem Brewing Company !

Site internet : https://www.ocealia-groupe.fr/