S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°13 - Vendredi 02 avril 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
avril-bandeau

nouvelle filière

de protéines végétales de colza




Le groupe Avril et le fonds « Société de Projet Industriel » (SPI), géré par Bpifrance, unissent leurs forces et investissent 45 M€ pour développer une nouvelle filière de protéines végétales de colza

Dans le cadre d’un projet industriel ambitieux de création d’une nouvelle filière dédiée à la protéine de colza pour l’alimentation humaine, le groupe agroalimentaire Avril est rejoint par le fonds SPI, opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance et financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) et de France Relance. Les deux acteurs annoncent un investissement commun pour la création de Prolein, société dédiée à la réalisation d’une unité de préparation et pressage de graines de colza, première étape du procédé développé avec Royal DSM pour l’extraction et la production de protéines de colza pour l’alimentation humaine.

Cette nouvelle unité Prolein sera située sur l’ancien site industriel Saipol à Dieppe (Seine-Maritime) à proximité de l’unité Olatein, dans laquelle Prolein a pris une participation.

Riches en qualités nutritionnelles et fonctionnelles, les protéines issues du colza sont aujourd’hui essentiellement destinées à l’alimentation animale. Leurs qualités ouvrent la voie à de nombreuses applications en alimentation humaine aujourd’hui insuffisamment exploitées.
Dans cette perspective, le groupe Avril et Royal DSM ont annoncé en juillet 2020 la création d’un partenariat industriel, Olatein pour produire une protéine végétale extraite du colza non OGM pour l’alimentation humaine. Son premier outil de production, unique au monde, sera mis en service à Dieppe début 2022.

Le groupe Avril et le fonds SPI, géré par Bpifrance, investissent 45 M€ destinés à :

  • créer une nouvelle unité industrielle permettant de fournir la matière première nécessaire à l’extraction de la protéine de colza
  • contribuer, à travers une prise de participation dans Olatein, au projet commun avec DSM

Dénommée Prolein, cette nouvelle entité de production, dédiée à la trituration (pressage) des graines de colza produira la matière première destinée à Olatein et des huiles végétales. Opérationnelle dès début 2022, Prolein est également située sur le site de Dieppe.

Par cette opération, le fonds SPI, qui a vocation à soutenir les projets industriels innovants les plus porteurs de perspectives d’activité et d’emplois, s’associe au groupe Avril pour promouvoir la création en France d’une nouvelle filière d’avenir, première mondiale. Il s’agit ainsi du deuxième investissement conjoint entre le fonds SPI et le groupe Avril après la création de l’entreprise Evertree en 2016 qui valorise les protéines végétales pour une utilisation en tant que colle naturelle dans l’industrie des panneaux de bois en remplacement de produits synthétiques issus de carbone fossile, forts émetteurs de composés organiques volatiles (COV) toxiques.

« Prolein est la concrétisation d’un projet ambitieux, résultat de recherches initiées sur la graine et les pratiques agricoles jusqu’à la mise au point de nouvelles technologies d’extraction des huiles et protéines végétales, » rappelle Paul-Joël Derian, Président de Prolein et Directeur Innovation et RSE du groupe Avril. « Nous nous félicitons du partenariat avec les acteurs du fonds SPI/BPI France pour sa concrétisation industrielle.
Notre investissement commun prend tout son sens dans le contexte des nouvelles attentes des consommateurs, et de la volonté de la France de tendre vers la souveraineté protéinique. Nous poursuivons notre mission, en assurant à l’ensemble de la filière colza des débouchés innovants et plus rémunérateurs.
»

Fabien Brenneval, Directeur d’investissements du fonds SPI de Bpifrance, déclare : « Nous sommes ravis d’investir aux côtés d’un partenaire de longue date, le groupe Avril, et d’embarquer dans ce projet. En développant un nouveau marché pour le colza en alimentation humaine, Prolein et Olatein apportent une réponse à la préoccupation de renouveau du secteur agricole. Par ailleurs, la réindustrialisation de l’ancien site Saipol à Dieppe, la perspective de créer une cinquantaine d’emplois directs, et l’implication dans le projet de DSM, acteur européen de premier plan et qui apporte sa technologie d’extraction de la protéine de colza, sont autant d’éléments qui s’inscrivent parfaitement dans la raison d’être du fonds SPI ».

Sites internet : www.bpifrance.fr - www.bpifrance.fr

Photo : Chantier site Prolein Olatein  à Dieppe - crédit photo : Topimage

Un nouveau Bureau

au sein d'Oxyane



Suite à l’Assemblée Générale, un nouveau Bureau vient d’être élu avec un renouvellement partiel de ses membres, qui se caractérise par l’arrivée d’une nouvelle génération d’administrateurs.

Nous avons la volonté que l’agriculture chez OXYANE se conjugue au pluriel pour répondre à la diversité des activités des exploitations de notre territoire. Nous voulons mettre en œuvre un modèle d’entreprise coopératif, différenciant, lisible et prépondérant sur notre territoire.
En effet, dans un contexte de mutation de l’agriculture et de transition agroécologique, OXYANE se veut un Groupe Coopératif agricole et alimentaire diversifié souhaitant participer à la transformation de l’agriculture et contribuer au renouvellement des générations.

Nous aurons l’occasion dans les tout prochains mois de présenter notre Projet d’Entreprise, OXYANE 2025. Ce projet collectif repose sur une démarche de progrès qui guidera nos actions pour les années à venir.
Nous sommes déterminés à faire en sorte qu’Oxyane soit demain le bon modèle qui sécurise et accompagne tous les agriculteurs qui souhaiteront s’inscrire, à nos côtés, dans un esprit coopératif.

Site internet : https://www.groupe-oxyane.fr/

Agroécologie




Innovations collaboratives dans la Vienne pour concilier préservation des ressources en eau, de la biodiversité et production agricole

Comment maintenir la culture du colza sur les bassins versants ? C’est tout l’enjeu d’une démarche partenariale menée dans la Vienne autour de l’agroécologie et dont les premiers enseignements sont prometteurs. S’il présente de multiples bénéfices agronomiques et environnementaux qui en font une plante intéressante, le colza a aussi quelques contraintes de production liées notamment à la protection contre les ravageurs comme les altises. Dans la Vienne, des itinéraires techniques sont expérimentés en testant plusieurs leviers pour accélérer la transition agroécologique.

Optimiser la combinaison des facteurs de production

Depuis l’été 2020, des producteurs de colza participent à cette expérimentation grandeur nature avec une série de parcelles d’essais dont les résultats sont comparés avec un témoin. Des mini-parcelles de colza ont été semées en association avec des légumineuses comme la féverole, le fenugrec, le trèfle d’Alexandrie ou encore les lentilles. Plantes au développement racinaire important, ces légumineuses contribuent à améliorer la structure du sol. Par ailleurs, ces itinéraires innovants nécessitent de raisonner les doses de désherbants racinaires qui sont appliqués dans les jours suivant le semis ou en post-levée précoce du colza (stade cotylédons à 1-2 feuilles du colza). L’enjeu est de trouver le bon compromis entre un désherbage efficace permettant un contrôle précoce des adventices préjudiciables au colza et la sélectivité des couverts de légumineuses. C’est en moyenne une réduction de 15 à 25% de la dose classiquement utilisée dans des conduites classiques qui est relevée dans ces itinéraires agroécologiques. Cet enjeu est scruté de près par le syndicat Eaux de Vienne, partenaire de la démarche et dont les techniciens veillent à la qualité de l’eau dans les bassins d’alimentation de captage. De plus, ces plantes compagnes associées à un colza qui se développe rapidement en fin d’été peuvent également servir de leurre aux ravageurs en limitant les attaques de grosses altises, considérées aujourd’hui par les producteurs comme l’ennemi n°1 du colza. Selon une hypothèse émise par les experts en entomologie, c’est la confusion probablement olfactive ou visuelle des ravageurs entre la culture de colza et les plantes compagnes qui lui sont associées qui permet d’éviter ainsi, dans certaines situations, l’application d’insecticides tout en préservant le potentiel de la culture. En outre, la biomasse générée par ces associations agronomiques enrichit le sol en matières organiques et permet d’optimiser les apports d’engrais azotés en fin d’hiver et de contribuer aux objectifs du défi climatique en réduisant les gaz à effet de serre et l’empreinte carbone. Enfin, l’expérimentation intègre aussi les bénéfices écosystémiques offerts par la biodiversité. Ainsi, une bande fleurie semée en bordure de la parcelle sert de refuge aux insectes auxiliaires « utiles » tout en contribuant à l’alimentation des pollinisateurs, dont les abeilles, qui ont un rôle important dans la qualité de la production et les rendements.

Une démarche collaborative

Pour réussir cette expérimentation au service de l’agroécologie, Théo Touron, producteur de colza à La Chapelle-Bâton (86), s’est entouré de l’expertise de la coopérative Ocealia, de BASF France Division Agro, du syndicat Eaux de Vienne et du laboratoire d’entomologie Flor’Insectes qui assure le suivi des zones non cultivées en bordure de parcelle ensemencées d’un mélange fleuri. Engagé dans une démarche vertueuse, le Groupe Ocealia cherche à concilier sur le terrain compétitivité de l’agriculture et respect de la qualité des ressources en eau et de la biodiversité. L’enjeu est notamment de pérenniser la culture du colza. Le Groupe BASF consacre quant à lui près de 840 millions d’euros au niveau mondial chaque année pour l’innovation dans le domaine de l’agriculture, soit 40% de son budget R&D et 11% de son chiffre d’affaires. Dans l’hexagone, BASF France Division Agro a publié l’an dernier une feuille de route agroécologique visant une trajectoire ambitieuse d’ici 2030 à travers 5 piliers, 20 engagements et 37 axes de travail parmi lesquels figure le développement de nouveaux itinéraires agroécologiques.

Des premières tendances encourageantes

Le suivi des parcelles depuis l’été dernier a commencé à mettre en évidence l’intérêt des leviers identifiés, en particulier les semis de colzas associés. La floraison de la bande non productive ce printemps et son suivi entomologique devraient confirmer la présence d’auxiliaires et de pollinisateurs. La bonne évolution des parcelles d’essais combinant et optimisant les facteurs de production pourrait se traduire à la récolte par une qualité et un rendement important. Cette expérimentation semble également confirmer la compatibilité de la production de colza sur des territoires fragiles utilisés pour la production d’eau potable. La démarche est appelée à se multiplier pour pérenniser les productions agricoles sur les bassins versants, et notamment le colza. Les colzas associés représentent en France seulement 12% des surfaces. Itinéraire stratégique pour la coopérative Ocealia, ce chiffre avoisine déjà les 30% sur son périmètre d’activité. Culture clé pour l’alimentation des abeilles domestiques, le colza a vu ses surfaces atteindre à l’échelle nationale 1,6 million d’hectares il y a 4 ans avant d’enregistrer une baisse continue autour du million d’hectares. L’enjeu est donc majeur aussi bien du point de vue agronomique qu’environnemental. L’apport des innovations rendues possibles avec l’agroécologie est donc précieux et attendu par tous les acteurs, dans la Vienne et bien entendu au-delà.

Site internet : https://www.ocealia-groupe.fr/

Nouvelle équipe dirigeante



Nouvelle gouvernance et nouvelle feuille de route pour la SICA ALICOOP

Passage des clefs à la SICA SA ALICOOP avec la mise en place d’une nouvelle Gouvernance

Le conseil d’administration ALICOOP du 16 février était chargé d’émotion : il s’est tenu avec sa nouvelle gouvernance à la suite des décisions prises lors de l’Assemblée Générale du 24 novembre 2020.

Hervé FORESTIER, Vice-Président Océalia, succède à Philippe ROGEON au poste de Président tandis que Laurent STEFANINI, Directeur du Pôle Elevage Océalia, est nommé Directeur Général de ALICOOP, en remplacement de Louis Marie ALAITRU, ces deux dirigeants ayant fait valoir leur droit à la retraite.

Hervé FORESTIER a remercié chaleureusement Philippe ROGEON pour son implication dans le développement de la SICA Alicoop depuis 2007 avec de nombreuses acquisitions qui ont permis au groupe industriel d’être dans le « top 14 » des entreprises françaises de la nutrition animale.

Quant à Laurent STEFANINI, il a salué l’action de Louis Marie ALAITRU, « véritable bâtisseur d’une entreprise innovante et humaine » avec une stratégie pour une alimentation animale novatrice, naturelle, respectueuse des enjeux environnementaux et sociétaux, valeurs partagées de longue date avec son prédécesseur Pierre DALGUES.

Cet engagement se traduit par une politique volontariste sur l’origine des matières premières. A ce jour, 85 % du volume fabriqué sur les usines d’ALICOOP est non OGM.

ALICOOP poursuit ses efforts sur son terrain favori, celui d’une alimentation saine et durable

La nouvelle équipe dirigeante a présenté, durant ce conseil, ses projets de développement, en adéquation avec les nouvelles attentes du marché, construits autour de deux axes. :

  • Les filières animales impliquées dans les démarches de qualité permettant de sécuriser et valoriser leurs débouchés.
  • Le développement durable, celui-ci étant de plus en plus associé à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Pour réaliser ses objectifs, la SICA ALICOOP s’engage dans deux projets majeurs en matière de souveraineté alimentaire pour répondre à ses enjeux territoriaux, sociétaux et environnementaux.

Le premier concerne la fabrication de micro-ingrédients destinés aux marchés de la nutrition animale et de la biomasse. Le conseil d’administration a approuvé la mise en œuvre d’une nouvelle usine de spécialités sur le site de Pamproux (Deux-Sèvres).

Le deuxième projet concerne le développement et la valorisation des protéines végétales régionales destinées à la nutrition animale.

Ce dernier dossier, en cours d’étude avec le fonds d’investissement SOLEO DEVELOPPEMENT,* a pour objectif de répondre à 3 enjeux majeurs pour l’avenir de l’élevage dans nos territoires :

  • Assurer la rentabilité économique de la culture notamment de soja et encourager les producteurs à produire de manière durable l’ensemble des protéines végétales sur nos régions.
  • Stocker, transporter et transformer des protéines locales en s’assurant de la pertinence économique.
  • Apporter une valeur ajoutée auprès des exploitations produisant des produits issus de cette filière protéine régionale.

* La SAS SOLEO Développement regroupe aujourd’hui les acteurs locaux des productions végétales, des productions animales et les partenaires bancaires (Coopératives Océalia, Sèvre et Belle, Cap Faye, Terra Lacta, Caveb, Alicoop, Crédits Agricoles)

NAISSANCE DE CERIENCE

L’AGRONOME SEMENCIER


Jouffray-Drillaud et Terrena Semences fusionnent

Après deux années de travail, le rapprochement entre Jouffray-Drillaud et Terrena semences touche au but. Une nouvelle société est créée sous le nom de Cérience. La complémentarité naturelle des deux semenciers experts de la 1 coopérative Terrena rend possible la construction d’une offre de produits et de services inédite et porteuse de progrès, associant agronomie et semences. Capacités d’innovation décuplées, conseils agronomiques à la pointe, accompagnement terrain... la fusion des expertises chez Cérience bénéficie à l’ensemble des acteurs du marché, agriculteurs, distributeurs ou encore semenciers/obtenteurs.

Télécharger le document pdf

lancement

de la marque Les Graineurs



Limagrain poursuit la construction
de sa filière légumineuses et
annonce le lancement de la marque
Les Graineurs

Depuis sa création, Limagrain s’est attaché à développer des filières agricoles locales à valeur ajoutée pour assurer des débouchés aux productions des adhérents de sa coopérative. Après les filières historiques (blé, maïs semence, maïs grain), Limagrain explore le développement d’une nouvelle filière avec les légumineuses qui pourraient représenter pour les adhérents de la Coopérative une source de rémunération intéressante.

Depuis fin 2019, avec une petite équipe en mode intrapreneuriat, Limagrain développe ce projet de l’amont à l’aval et entend construire pas à pas une filière de la fourche à la fourchette. Limagrain souhaite ainsi participer, en tant que membre

fondateur du Consortium Protéines France aux côtés d’autres acteurs du secteur, au développement des protéines végétales dans l’Hexagone.

Télécharger le document pdf