S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°4 - Vendredi 26 janvier 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Anne-Laure Paumier

Quelles perspectives pour la prochaine récolte mondiale de blé ?


Blé tendre

Alors que le marché actuel est peu porteur, les opérateurs commencent à se projeter sur la prochaine campagne. En ce début d’année le Conseil International des Céréales mise sur une production mondiale de blé en repli de 2% en 2018/19, à
742 millions de tonnes et table sur une demande ferme, supérieure à la production, qui devrait conduire à recul des stocks mondiaux, pour la première fois depuis la campagne 2012/13. Cette baisse des prévisions de production s’explique par un fléchissement des surfaces dédiées au blé de 1% à l’échelle de la planète. Dans l’Union Européenne, le CIC estime la surface en baisse de 2% (25,9 millions d’hectares), notamment en raison des conditions humides au moment des semis en particulier dans les Etats-Baltes et en Allemagne où l’on s’attend à une baisse encore plus marquée (-5%).  Pour le moment, les conditions hivernales clémentes conduisent à considérer des rendements tendanciels. En Russie, les semis de blé d’hiver sont également en repli (1%), tandis que les surfaces en blé de printemps ne devraient guère bouger. Les températures anormalement douces de cet hiver, malgré quelques couvertures neigeuses, accentuent le risque de gel pour la fin de l’hiver. Toutefois, les températures plus basses de ces derniers jours ne sont pas encore préoccupantes. En Ukraine, les surfaces devraient par contre augmenter de 2%. Là aussi le manque de manteau neigeux pourrait être préjudiciable, mais pour le moment les températures ne sont pas suffisamment basses pour générer des dégâts. Quant aux Etats-Unis, si les surfaces dédiées au blé d’hiver baissent pour la 5eme année consécutive, celles de blé de printemps sont attendues en hausse, permettant un retour à la hausse de la surface totale de blé aux USA (+2% par rapport à 2017). Toutefois, après des mois de faible pluviométrie, l’état des cultures dans les principaux Etats producteurs des grandes Plaines était peu encourageant et la récente vague de froid a généré des inquiétudes quant au potentiel de rendement d’un certain nombre de parcelles. A ce stade, le CIC prévoit une baisse du stock de blé à l’issue de la campagne 2017/18, notamment chez les principaux pays exportateurs. Même si le stock mondial reste confortable, plus de la moitié est situé en Chine et n’influe pas les cours mondiaux. C’est surtout le stock disponible pour les échanges mondiaux qui impactent les cours, ce qui conduit à une grande vigilance sur l’évolution des conditions des cultures dans les mois à venir, principalement en Europe, en Russie et aux Etats-Unis.

Pour le moment, le marché français reste toujours focalisé sur son manque d’activité à l’exportation, l’évolution de l’Euro continue de limiter les chances de voir émerger de nouvelles affaires à court terme en dehors des traditionnelles transactions, notamment vers l’Algérie.

Maïs

Concernant la campagne actuelle, dans son dernier rapport, le Conseil International des Céréales a augmenté son estimation de la production mondiale de 14 millions de tonnes, à 1054 Mt, ce qui reste toutefois inférieur à l’an passé et inférieur aux prévisions de consommation (1068 Mt). C’est surtout en Europe que les chiffres sont revus en hausse (+ 5,3 Mt à 64,6 Mt), notamment en raison de la Roumanie. Ce pays enregistre finalement sa plus belle récolte depuis 13 ans, à 14,4 Mt. L’estimation pour la France est également revue en hausse, en ligne avec l’estimation du Ministère de l’Agriculture, à 13,8 Mt. En Amérique du Sud, malgré des conditions climatiques peu propices aux semis, le CIC maintient ses prévisions de production inchangées, à 90,2 Mt pour le Brésil (97,8 l’an dernier) et 49,2 MT pour l’Argentine (49,2 Mt l’an dernier), conscient que ces chiffres ont un potentiel de baisse.

Cette semaine le marché à terme de Chicago a continué son mouvement de rebond, toujours soutenu par les inquiétudes climatiques en Argentine, où les fortes chaleurs et la sécheresse perdurent, et au Brésil où de fortes pluies perturbent la récolte du soja et les semis des maïs safrinha.  Par ailleurs, la faiblesse du dollar et les mouvements des fonds d’investissements accentuent la tendance.

Le marché européen reste quant à lui peu ou prou inchangé.

Pour information, le CIC a réalisé des ajustements conséquents sur la consommation intérieure de maïs en Chine depuis le début des années 2000, aboutissant ainsi à un stock de report à 190,6 Mt, au lieu de 76,2 Mt. Ceci étant, ces modifications, bien que très conséquentes, affectent peu le marché mondial dans l’immédiat, les importations de la Chine restant toujours estimées à 3 Mt.

Orge

En Orge, c’est surtout le marché actuel qui fait la une. Le stock mondial de report est attendu en repli de 8 % à l’issue de la campagne actuelle. Même si le CIC revoit à la hausse sa prévision de production pour l’Argentine (+0,3 à 3 Mt) et pour l’Australie (+0,5 à 8,7 Mt), ces deux pays exportateurs connaissent une nette baisse par rapport à la campagne passée (respectivement -9% et -35%). Sachant que le Canada et l’Ukraine ont également réduit leur production, la production mondiale est estimée en en repli de 3% et surtout, les disponibilités pour les échanges mondiaux s’avèrent peu élevées, ce qui se traduit par une fermeté des cours de cette céréale depuis déjà quelques mois.

Cette semaine, le prix de l’orge fourragère a même dépassé celui du blé meunier en rendu portuaire, résultat d’une forte demande pour des affaires à destination des Pays Tiers.

 


Erratum : contrairement à ce que nous écrivions la semaine passée, l’Argentine ne prévoit pas de modifier ses règles à l’exportation en blé. C’est pour la fève, le tourteau et l’huile de soja que l’Argentine a diminué ses taxes à l’exportation début janvier.


Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2016 R2017
06/01/2017 169,5  
13/01/2017 169 170,5
20/01/2017 169 170
27/01/2017 169 168
03/02/2017 168,5 169
10/02/2017 170 169
17/02/2017 171,5 171
24/02/2017 171,2 172
03/03/2017 173 172
10/03/2017 169 167
17/03/2017 167 164
24/03/2017 162 161
31/03/2017 157,5 159
07/04/2017 156 159
14/04/2017 159,5 162
21/04/2017 156 162
28/04/2017 160 162
05/05/2017 158 160
12/05/2017 155 165
19/05/2017 152 157
26/05/2017 152 158
02/06/2017 151 158
09/06/2017 150 162
16/06/2017 152 162
23/06/2017   164
30/06/2017   165
07/07/2017   169
14/07/2017   166
21/07/2017   163
28/07/2017   165
04/08/2017   159,5
11/08/2017   159
18/08/2017   153
25/08/2017   152
01/09/2017   152
08/09/2017   152
15/09/2017   154
22/09/2017   156
29/09/2017   158
06/10/2017   158
13/10/2017   155
20/10/2017   155
27/10/2017   157,5
03/11/2017   158
10/11/2017   155,5
17/11/2017   154
24/11/2017   155
01/12/2017   154
08/12/2017   153,3
15/12/2017   153
22/12/2017   153
29/12/2017   151,6
05/01/2018   152
12/01/2018   151,5
19/01/2018   149
26/01/2018   150,5
02/02/2018    
09/02/2018    
16/02/2018    
23/02/2018    
02/03/2018    
09/03/2018    
16/03/2018    
23/03/2018    
30/03/2018    
06/04/2018    
13/04/2018    
20/04/2018    
27/04/2018    
04/05/2018    
11/05/2018    
18/05/2018    
25/05/2018    
01/06/2018    
08/06/2018    
15/06/2018    
22/06/2018    
29/06/2018    
06/07/2018    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 150,5 €/t fév./mars ; 150 €/t avril/juin ;
157 €/t juil. ; 158 €/t août/sept.
R. Dunkerque : 151 €/t fév./mars ; 149,5 €/t avril/juin ;
157 €/t juil.
Base Creil : 146 €/t fév./mars ; 144,5 €/t avril/juin ;
155 €/t juil.
R. La Pallice : 151€/t fév./mars
R. Bretagne : 146 €/t fév./mars
Fob Moselle : 146 €/t fév./mars ; 147 €/t avril/juin
Eure et Loir : 142 €/t fév./mars

Orge

R. Rouen : 151 €/t janv./mars ; 149 €/t avril/juin
CD. Picardie  : 152€/t janv./mars ; 151 €/t avril/juin
Fob Moselle : 142 €/t janv./mars ; 144 €/t avril/juin
R. Bretagne : 151 €/t janv./mars
Eure et Loir  : 139 €/t janv./mars

Maïs

R.La Pallice  : 143A €/t fév./mars ; 145A €/t avril/juil. ;
145A €/t juil./août
R. Bordeaux : 142A €/t fév./mars ; 145A €/t avril/juil. ;
145A €/t juil./août
Base Creil : 146 €/t fév./mars ; 150 €/t avril/juil.
Fob Rhin : 155 €/t fév./mars
CD Beauce  : 139 €/t fév./juin
Eure et Loir 140 €/t fév./mars ; 143 €/t avril/juil.

Oléagineux


Colza

Rouen : 330 €/t janv./mars (var. -3,50€ t)
Moselle :  341 €/t janv./mars (var. -1,50 €/t)

Tournesol

St-Nazaire : 310 €/t janv./mars (var. 0,0 €/t)
Bordeaux : 308 €/t janv./mars (var. -2,5 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 818,0 $/t nov./janv. (var. -12,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 859,0 $/t nov. (var. -12,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 790,0 $/t déc.(var. +20,0 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 685 $/t nov. (var. +15,0 $/t)

Tourteaux

Colza - France (Rouen) : 213 €/t fév./avril. (var. +8,0 €/t)
Colza - Anvers : 211 €/t fév./avril. (var. +10,0 €/t)
Colza - Allemagne (Rhin) : 199 €/t janv./fév. (var. +5,0 €/t)
Tournesol - Bordeaux : 192 €/t fév. (var. +3,0 €/t)
Soja 48 Brésil - C départ Gand (48% Brésil) : 336 €/t fév.
(var. +14,0 €/t)

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 65,64 $/baril (var. +1,6 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,25 $ (var. +0,02)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 25 janv. variation*
Blé tendre, mars 156,50 -2,50
Maïs, mars 151,75 -6,00
Colza, fév. 341,75 -12,50
Huile de Colza, mars 731,50 0,00
Tourteaux de Colza, mars 204,00 16,00

 

CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 25 janv. variation*
Blé tendre, mars 128,73 -3,35
Maïs, mars 112,78 -1,04
Soja, mars 294,02 4,52
Huile Soja, mars 577,82 -28,27
Tourteaux de Soja, mars 302,60 16,37

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 25 janv. variation*
Canola, mars 324,18 -1,65

* les variations sont calculées par rapport à la cotation de la semaine précédente

colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

Le manque de soutien du colza face
à la hausse du soja

Le marché des oléagineux poursuit son effritement dans un contexte où aucune adversité climatique n’est constatée, particulièrement sur l’hémisphère nord, et où la hausse de l’euro se poursuit.

Après une forte baisse la semaine dernière, le marché du palme a repris du souffle. En effet, les cours de l’huile sur le marché de Kuala Lumpur ont évolué à la hausse face aux perspectives de baisse saisonnière de la production, la fermeté des cours mondiaux du pétrole due à des stocks en baisse (– 1,07M de barils contre des attentes à – 1M) et face à la reprise de la demande internationale en raison des stocks bas chez les pays importateurs. Cette production d’huile de palme est ressortie à la baisse de 17% sur ces premiers jours de janvier comparé à la même période de décembre. Toutefois, ce moment fut de courte durée. Car l’huile de palme s’est repliée de 1% sur la séance suite à la publication des chiffres d’exports malaisiens de janvier qui ressortent en baisse à 6,8% et le renforcement du ringgit face au dollar.

Le marché du soja continue de suivre avec attention la situation en Amérique du Sud. Les prix sur le marché de Chicago ont encore progressé. La baisse de production de soja en Argentine liée au déficit hydrique pourrait être compensée par une révision à la hausse des volumes brésiliens si les précipitations sur la région du Mato Grosso cessent. Les perspectives de pluies au Brésil inquiètent notamment sur l'avancée des récoltes alors qu'à l'inverse en Argentine ce sont les conditions sèches qui pourraient affecter le volume de récolte. Seules 3,3 % des surfaces brésiliennes sont emblavées à date contre 11,5 % l’an passé et
7,2 % en moyenne 5 ans. Par ailleurs, les surfaces de soja aux Etats-Unis s’élèveraient à 91,197 millions d’acres, selon Informa, et les inspections à l’export s’affichent au-dessus des attentes à plus de 1,49 Mt d’après l’USDA contre 1,2 Mt la semaine précédente.

Le haut niveau de l’euro face au dollar a une nouvelle fois tiré vers le bas les cours du colza sur le marché européen. Hormis la parité eurodollar, le recul de l’huile de colza à Rotterdam dans le sillage de la chute des prix du biodiesel continue de pénaliser la graine en Europe. Les cours de l’huile de colza s’affichent au plus bas à
661 €/t et l’échéance Mai 2018 sur le marché européen vient s’inscrire autour des 345 €/t. Par ailleurs, selon UkrAgroConsult, l’Ukraine enregistre une hausse de la production de colza atteignant les 2,5 Mt en 2018, contre 2,3 Mt l’an dernier. De ce fait, les exportations du pays augmenteraient ainsi de 8 % à 2,25 Mt sur la prochaine campagne.

Bien que semblant échapper à la pression baissière des huiles,
les cours de l’huile de tournesol n’ont pas pu consolider son haut niveau à 795 $/t à Rotterdam en début de semaine pour resserrer le canal entre les 775 et 785 $/t. Du côté de la graine, les prix en rendu Saint Nazaire demeurent inchangés.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2016 R2017
06/01/2017 424  
13/01/2017 420,5  
20/01/2017 424,25  
27/01/2017 425  
03/02/2017 418  
10/02/2017 425,25  
17/02/2017 433  
24/02/2017 420  
03/03/2017 424,25  
10/03/2017 420  
17/03/2017 411,75 373,75
24/03/2017 409,5 370
31/03/2017 399,5 366,5
07/04/2017 406 367,25
14/04/2017 401,5 368,75
21/04/2017 400,75 366,75
28/04/2017 401,5 367,5
05/05/2017 391 372,75
12/05/2017 394,75 373
19/05/2017 359,75 362,50
25/05/2017   358
02/06/2017   347,75
09/06/2017   360
16/06/2017   359.75
23/06/2017   356
30/06/2017   359
07/07/2017   366.25
13/07/2017   367,50
21/07/2017   366,0
28/07/2017   362,50
04/08/2017   365
11/08/2017   366,5
18/08/2017   365,5
25/08/2017   369
01/09/2017   369,50
08/09/2017   365,00
15/09/2017   367,25
22/09/2017   368,00
29/09/2017   369,50
06/10/2017   370,50
13/10/2017   370,00
20/10/2017   366,50
27/10/2017   368,50
03/11/2017   377,25
10/11/2017   366,50
17/11/2017   379,00
24/11/2017   374,25
01/12/2017   367,75
08/12/2017   365,50
15/12/2017   357
22/12/2017   353,25
29/12/2017   347,75
05/01/2018   357,75
12/01/2018   352,75
19/01/2018   343
26/01/2018   341,25
02/02/2018    
09/02/2018    
16/02/2018    
23/02/2018    
02/03/2018    
09/03/2018    
16/03/2018    
23/03/2018    
30/03/2018    
06/04/2018    
13/04/2018    
20/04/2018    
27/04/2018    
04/05/2018    
11/05/2018    
18/05/2018    
25/05/2018    
01/06/2018    
08/06/2018    
15/06/2018    
22/06/2018    
29/06/2018    
06/07/2018    

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-25/01
Cumul France
01/07-25/01
Blé tendre 11 884 720 4 031 362
Farine BT (val. prod.) 468 586 101 817
Blé dur 497 646 198 467
Orge 2 748 835 1 102 260
Maïs 596 720 57 653

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/17-25/01
Cumul France
01/07-25/01
Blé tendre 2 038 849 2 940
Farine BT (équiv. grain) 20 607 4 968
Blé dur 971 133 40 148
Maïs 9 291 942 4 903
Sorgho 109 523 3

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

135 235 t ont été chargées
du 18 au 24 janvier 2018, dont :

Exportations : 135 235 t

  • Blé tendre : 52 604 t (Algérie)
  • Blé fourrager : 1 300 t (Canaries)
  • Orge fourragère : 74 281 t (Algérie : 62 000 t ; Maroc : 7 700 t)
  • Malt : 5 000 t (Brésil)
  • Tourteaux gluten de blé : 2050 t (Norvège)

 



La Pallice

120 800 t ont été chargées
du 18 au 25 janvier 2018, dont :

  • Blé vrac : 57 000 t (Sénégal : 24 000 t ; Norvège : 33 000 t)
  • Orge vrac : 63 800 (Jeddah : 60 000 t ; Allemagne : 3 800 t)