S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°3 - Vendredi 19 janvier 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
senalia-terminal-robust

Assemblée Générale




Le groupe Sénalia, qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro industriels sur le port de Rouen, a tenu ses assemblées générales à Paris le 12 janvier 2018. La réunion d’information a rassemblé plus de 360 professionnels et acteurs de la filière céréalière.

Assemblée Générale de Sénalia Union et Sénalia Sica : la reprise !

Après la campagne record de 2015/16 avec 8,3 millions de tonnes manutentionnés, l’exercice 2016/17 marque pour le groupe Sénalia un triste record attendu. Avec 4,9 millions de tonnes manutentionnés, 2016/17 sera la plus faible année depuis 13 ans.

La récolte 2016 a été particulièrement faible en tonnage et en qualité. Pour les blés la production française a baissé très fortement réduisant le disponible exportable de plus de 50%. Cette baisse fulgurante a impacté très fortement les exportations françaises et donc les activités de Sénalia. Gilles KINDELBERGER précise : « avec une baisse de plus de 65 %, la campagne dernière a donc été une année très compliquée ».

Ce sont 1,8 millions de tonnes de blé et d’orge qui ont été mises à bord des navires, ce qui représente une baisse de plus de 3 millions de tonnes par rapport à la campagne 2015/16 !
La qualité difficile des blés et des orges a nécessité un travail fin des silos portuaires de Sénalia pour permettre de charger vers l’Algérie, l’Arabie Saoudite, la Tunisie et même Israël. Les navettes trains et péniches mises en place ont continué à produire leurs effets positifs pour favoriser le report modal du camion vers le rail et la voie d’eau.

L’année 2016/17 a été l’occasion de proposer de nouveaux services notamment à l’importation de céréales.
Le Directeur Général a ensuite détaillé les mesures prises pour accompagner cette campagne : activité partielle, maitrise des charges. Gilles KINDELBERGER a expliqué les atouts de l’entreprise et a conclu : « Sénalia a su s’appuyer sur son modèle résiliant pour faire face à l’adversité ».
Les métiers agro-industriels sont restés très stables et représentent cette année 62% de l’activité contre 39% l’an dernier.
Grâce à son modèle résiliant, Sénalia a pu entretenir ses installations et a voulu continuer à dérouler son ambitieux programme d’investissements (41M€ en 5 ans).

Gilles KINDELBERGER a présenté l’activité de l’année en cours « La moisson 2017 s’est déroulée dans de meilleures conditions. On est revenu à une moisson de blé moyenne à 38 millions de tonnes, avec de très bonnes qualités. » Sénalia devrait charger plus de 3,6 millions de tonnes cette année, avec des activités agro-industrielles dynamiques, portées notamment par l’activité de Robust.

La logistique portuaire, facteur de compétitivité pour les filières agricoles ?

C’est par cette question que Gilles KINDELBERGER a ouvert la table ronde. Jean-Marc VITTORI1 a mis en évidence que les modèles classiques sont chahutés notamment par les mouvements de dématérialisation et d’ubérisation partout dans le monde. La question de l’impact de ces changements sur les silos portuaires et sur les filières d’exportation s’est donc posée. Les intervenants ont ensuite illustré les évolutions dans le monde. En Argentine, Olivier ANTOINE2 : « le modèle est l’inverse de celui de Sénalia, il y a peu de mutualisation, c’est le règne libéral des grands opérateurs ». Il précise que certains agriculteurs commencent à se regrouper pour peser davantage face aux grands opérateurs. Le gouvernement argentin cherche à faire baisser les coûts portuaires. Victoria ZINCHUK3 décrit les importants investissements faits par les pays autour de la Mer Noire. Les projets portuaires sont nombreux, financés par les grands opérateurs internationaux mais aussi soutenus par les états. La mutualisation des outils n’est pas promue car elle s’apparente souvent à l’ancien modèle. Elle précise que des projets portés par des agriculteurs émergent pour être plus indépendants des ABCCD4. Dans un autre domaine, les produits liquides pétroliers notamment, Valérie PETIMANGIN5 évoque une tendance cyclique alternant les phases de mutualisation notamment autour de Rubis Terminal, son entreprise, et les phases d’internalisation notamment pour les groupes pétroliers. Elle estime que son secteur est aujourd’hui dans la seconde phase.

Le Président, Thierry DUPONT, conclut la table ronde en faisant le constat que les modèles sont souvent remis en cause pour y revenir ensuite. Il constate que partout dans le monde les outils portuaires sont des structures importantes que seuls les flux peuvent rendre profitables. La mutualisation appelée aussi massification permet d’atteindre ces objectifs. Il ne faut pas considérer ces évolutions comme une fatalité, mais plutôt comme un appel à se renouveler et à s’adapter en utilisant les leviers à notre portée. Il précise « L’écoute de ses clients et de ses adhérents, permet à Sénalia de proposer des évolutions pour elle et l’ensemble de la filière. »

1 Jean-Marc VITTORI, éditorialiste LES ECHOS et auteur du livre l’effet sablier
2 Olivier ANTOINE, chercheur, Président d’ORAE Géopolitique
3Victoria ZINCHUK, Head of Agribusiness Advisory à la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement)
4 ABCCD : ADM, Bunge, Cargill, Cofco, Dreyfus
5 Valérie PETITMANGIN, Directeur commercial France RUBIS TERMINAL

Site internet de Sénalia : https://www.senalia.com/fr/

SM3 CLAAS


    


AGRIAL et CLAAS créent un leader régional
dans le machinisme agricole

En mettant leurs moyens dans une entreprise commune dénommée SM3 CLAAS, les dirigeants d’AGRIAL et de CLAAS annoncent vouloir constituer un pôle d’excellence du machinisme agricole et des nouvelles technologies de l’agriculture dans le premier bassin laitier européen. La nouvelle société SM3 CLAAS est une société en participation (joint-venture) qui regroupera les activités des concessions SM3, une des filiales machinisme d’AGRIAL, et de CLAAS CAEN ainsi qu’une partie de celles de CLAAS RENNES.

SM3 CLAAS sera distributeur exclusif CLAAS sur les départements du Calvados, de la Manche, de la Mayenne et d’une partie de l’Ille et Vilaine et de l’Orne, un territoire qui regroupe à la fois des zones de productions laitières et céréalières. Didier Secoué, l’actuel directeur de SM3 et du pôle machinisme d’AGRIAL prendra la direction de cette nouvelle société.

SM3 CLAAS entend apporter le meilleur service aux agriculteurs de la région et les aider à relever le challenge et les défis de la transformation numérique de l’agriculture.

SM3 CLAAS annonce trois axes stratégiques :

  • Le renforcement de l’offre produits et services des gammes existantes de tracteurs, machines de récolte et autres machines d’accompagnement, au service des agriculteurs,
  • La constitution d’un pôle d’excellence machinisme et services, autour de l’ensilage des cultures fourragères,
  • La création d’une équipe de spécialistes dédiés aux nouvelles technologies de la digitalisation de l’agriculture.

Une union historique

Cette union entre les deux filiales des groupes AGRIAL et CLAAS est le fruit d'une réflexion entamée de longue date. Les entreprises travaillent ensemble depuis 1992 quand SM3 est devenue concessionnaire de la marque CLAAS et s'est imposée, avec la montée en puissance de l'activité laitière régionale, comme le plus important distributeur des ensileuses CLAAS en France.

La volonté des managers des deux groupes est d'unir leurs forces afin de relever les défis de l'agriculture de demain dans un contexte national, européen et mondial en perpétuelle évolution.

Site internte Agrial : www.agrial.com
Site internet CLASS : www.claas.fr

Certification




Acolyance certifiée SAI

Acolyance a été certifiée SAI (Sustainable Agriculture Initiative). Cette démarche structurante rassemble plus de 80 entreprises internationales du secteur de l’agro-industrie et de l’agro-alimentaire dont l’objectif est de promouvoir un socle commun de pratiques agricoles plus durables.

Acolyance est l’un des premiers organismes collecteurs à adopter ce référentiel.

La coopérative s’est engagée dans la démarche pour faire reconnaitre l’excellence des pratiques qualité, sociales et environnementales de ses agriculteurs- coopérateurs et par conséquent valoriser au mieux leurs productions.

Les agriculteurs-coopérateurs Acolyance audités ont tous rempli les critères du référentiel, contribuant ainsi à l’attribution de la certification.