S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
bando-vivescia-ba

précarité alimentaire




Le Groupe VIVESCIA s’engage aux côtés des Banques Alimentaires pour contribuer à lutter contre la précarité alimentaire sur son territoire coopératif

A l’occasion de l’édition 2022 du Salon International de l’Agriculture, le Groupe coopératif VIVESCIA et la Fédération Française des Banques Alimentaires ont signé un partenariat d’une durée de 3 ans, avec pour objectif de couvrir les besoins annuels en farine Francine des populations en situation de précarité alimentaire sur les territoires de la Coopérative VIVESCIA, avec les départements de la Marne, de l’Aube, des Ardennes, de la Meuse et de la Haute Marne.


Signature du partenariat au Salon de l’Agriculture en présence de Christoph Büren, Président de VIVESCIA et Claude Baland, Président de la Fédération française des Banques Alimentaires.

Un partenariat naturel qui s’inscrit après plusieurs initiatives concrètes conduites en 2020 et 2021

En pleine crise de la Covid-19, conscient des difficultés engendrées par le premier confinement auprès des personnes les plus fragiles et solidaire à l’égard de son territoire, VIVESCIA avait décidé de lancer une opération de distribution gratuite de farines Francine. Au total, plus de 8 tonnes de farine Francine avaient été distribués auprès des associations humanitaires, notamment de la Banque Alimentaire de la Marne, sur l’ensemble du territoire de la Coopérative.

Dans le cadre de la Foire de Châlons en Champagne 2021, sous l’impulsion de l’association « Les Agriculteurs ont du cœur ! », VIVESCIA avait également répondu présent pour faire face aux besoins croissants des Banques Alimentaires en s’organisant pour collecter un maximum de promesses de dons de blés auprès de ses agriculteurs-coopérateurs : un engagement de la Coopérative VIVESCIA et de son entreprise de meunerie Les Grands Moulins de Paris via son site de Reims, qui avait permis d’offrir 11 000 paquets de farine Francine à la Banque alimentaire de la Marne.

Fort de ces différentes initiatives et du constat des besoins des Banques Alimentaires, le Groupe VIVESCIA a souhaité aller plus loin, pour ancrer cette belle action de mobilisation des agriculteurs- coopérateurs et de solidarité de ses entreprises dans la durée et l’étendre à d’autres départements de son territoire coopératif.

La mise en mouvement d’une chaine humaine et locale de solidarité VIVESCIA au service des Banques Alimentaires départementales !

« C’est un enjeu d’équilibre nutritionnel, précise Claude Baland, Président de la Fédération Française des Banques Alimentaires, d’autant que la farine fait partie des produits essentiels, très demandés par les familles accueillies. Et proviendra du territoire même où vivent ces personnes. Un très bel exemple de solidarité à l’échelle locale ».

Pour Christoph Büren, Président du Groupe VIVESCIA : « Ce partenariat traduit concrètement les valeurs coopératives, humaines, de solidarité et de responsabilité qui sont les siennes, depuis 100 ans, celles des 10000 agriculteurs-coopérateurs, propriétaires du Groupe VIVESCIA et de ses collaborateurs. Un attachement, un lien de proximité aux territoires et à ses habitants. »

Ce partenariat permet ainsi de pérenniser une dynamique de solidarité, initiée en 2021, pour les 3 prochaines années, avec un défi annuel collectif pour les agriculteurs et collaborateurs VIVESCIA : 70 tonnes de dons de blés, 50 tonnes de dons de farine – soit 50 000 paquets de 1kg de farine Francine - aux Banques Alimentaires des départements de la Marne, des Ardennes, de l’Aube, de la Haute- Marne et de Meuse. Ces dons permettront ainsi de couvrir les besoins annuels en farine des Banques Alimentaires de chacun de ces départements. Un geste fort de solidarité pour toute la chaine de VIVESCIA pour répondre à un besoin majeur : les produits céréaliers, essentiels à la bonne nutrition quotidienne, représentent 29% des denrées distribuées par les Banques Alimentaires. Avec ce partenariat, elles tendent un peu plus vers leur objectif de fournir une aide alimentaire variée, de qualité... et locale.

Site internet : www.vivescia.com

Zéro Déforestation importée



Signature par Alicoop du Manifeste d’engagement pour le « Zéro Déforestation importée » en 2025

M. Laurent STEFANNI, Directeur Général d’Alicoop a signé ce Manifeste sur le stand de La Coopération Agricole Nutrition Animale, au Salon International de l’Agriculture

Par ce Manifeste, Alicoop et les fabricants d’aliments réunis au sein de La Coopération Agricole Nutrition Animale et du SNIA, réaffirment leur engagement pris en janvier 2018 : approvisionnements 100% durables avec un objectif zéro déforestation d’ici 2025 et décident d’opérationnaliser rapidement leur engagement sur le volet Soja afin de contribuer à la durabilité des filières d’élevage françaises.

Alicoop confirme ainsi sa volonté de promouvoir et d’améliorer la durabilité de l’alimentation des animaux d’élevage et apporte davantage de transparence aux consommateurs et à notre société.

C’est un facteur de pérennité, la reconnaissance d’un savoir-faire et une marque de confiance pour l’ensemble des acteurs des filières de production.

Un engagement concret d’Alicoop et de ses coopératives actionnaires : le projet de filière régionale soja

Ce projet vise la production de 7 000 ha de soja sur le territoire de la Coopérative Océalia. Il associera des céréaliers, les coopératives actionnaires d’Alicoop et bien entendu les éleveurs. Cette filière régionale implique des investissements lourds (trituration), l’expertise agronomique pour l’accompagnement des cultures, technique pour la trituration du soja et la fabrication de tourteaux. Sa réussite sera également conditionnée à l’accès à l’eau pour les cultures.

Ce dossier, en cours d’étude avec le fonds d’investissement Soléo Développement (*) et soumis au dispositif du Plan France Relance, répond à 3 enjeux majeurs pour l’avenir de l’élevage dans nos territoires :

  • Assurer la rentabilité économique de la culture notamment de soja et encourager les producteurs à produire de manière durable l’ensemble des protéines végétales sur nos régions.
  • Stocker, transporter et transformer des protéines locales en s’assurant de la pertinence économique.
  • Apporter une valeur ajoutée auprès des exploitations produisant des produits issus de cette filière protéine régionale.

Un engagement des acteurs français de l’alimentation animale :

Bâti dans le cadre de la plateforme Duralim (alimentation durable des animaux), ce manifeste s’appuie sur les lignes directrices de la Fefac (fabricants européens d’aliments) mises à jour en 2021. Il se veut fédérateur : « nous avons voulu que le soja non déforesté ne constitue pas l’exception mais l’intégralité du marché », a précisé le président du Snia, François Cholat, lors d’un point presse le 2 mars. Le secteur emploie aujourd’hui 38 % de soja garanti « durable ». « Cela ne signifie pas que les 62 % restants participent à la déforestation, nous devons affiner nos chiffres », a souligné pour sa part le président de Duralim, Jean-François Arnauld, également membre du bureau d’Océalia.Les professionnels vont s’appuyer sur l’observatoirecréé en février 2021 pour suivre leur engagement. C’est le consommateur qui devra payer le surcoût, a insisté le président de la coopération agricole Nutrition animale, David Saelens. Chiffré par Duralim « au litre de lait, à l’œuf, à la tranche de jambon, au filet de poulet », celui-ci est « extrêmement minime » mais il serait « insupportable pour les filières », a affirmé Jean-François Arnauld. Les responsables estiment que la guerre en Ukraine ne les empêchera pas d’atteindre leur objectif pour 2022.

(*) La SAS SOLEO Développement regroupe aujourd’hui les acteurs locaux des productions végétales, des productions animales et les partenaires bancaires (Coopératives Océalia, Sèvre et Belle, Cap Faye, Terra Lacta, Caveb, Alicoop, Crédits Agricoles)

transport ferroviaire




Le groupe Invivo et SNCF Réseau, partenaires pour développer le transport ferroviaire de céréales

Le groupe Soufflet, désormais groupe InVivo, et SNCF Réseau ont signé une convention visant à renforcer la place du ferroviaire dans la chaine logistique du céréalier.

Le coût et l’efficacité de la chaine logistique conditionnent le prix des céréales sur les marchés mondiaux. Acteur incontournable de la filière céréalière et premier exportateur français sur le marché très concurrentiel des céréales, InVivo souhaite continuer à développer la place du transport ferroviaire afin d’améliorer la compétitivité de ses produits à l’export tout en préservant la rémunération des agriculteurs.

Afin de renforcer leur coopération, SNCF Réseau et InVivo s’engagent mutuellement dans un partenariat :

  • SNCF Réseau apportera son expertise pour la maintenance des infrastructures ferroviaires des silos embranchés au réseau ferré et un accompagnement de proximité des équipes InVivo dans leurs projets de développement ferroviaire.
  • InVivo s’engage ainsi à accroitre la part du ferroviaire dans ses approvisionnements et ses expéditions. En effet, le travail commun avec l’industriel permet d’identifier ses besoins logistiques et de faciliter la mise en place de flux ferroviaires.

LA PLACE DU FERROVIAIRE POUR LE GROUPE INVIVO

Réduire les émissions de gaz à effet de serre et renforcer le caractère durable de ses activités est un engagement fort du groupe InVivo. Le ferroviaire y occupe donc une place importante : 12 installations sont embranchées au réseau ferré national permettant les approvisionnements et les expéditions à destination de l’Europe, l’Asie, l’Afrique et les pays du Moyen-Orient. Plus de 800 000 tonnes ont ainsi été transportées par train en 2020, soit une progression de plus de 20 % par rapport à l’année précédente.

Arnaud Sohier, Directeur commercial SNCF Réseau : « Je me réjouis des engagements pris conjointement par SNCF Réseau et Soufflet. Nous partageons la volonté de participer au développement économique des territoires et d’améliorer la durabilité des transports ».

Lionel Le Maire, Directeur Transports Groupe d’InVivo: «La signature de cette convention confirme l’engagement de longue date de notre groupe dans le développement du fret ferroviaire comme moyen de transport adapté aux enjeux environnementaux. Cependant, l’objectif ne pourra être atteint qu’au travers d’une politique publique volontariste pour pérenniser les lignes capillaires »

agrifeel CONTACT



L’agrodistribution repensée pour répondre aux évolutions des exploitations
 

Inauguration du 1er magasin professionnel sous enseigne agrifeel CONTACT le 11 mars à Boé (47)

L’accompagnement des producteurs est au cœur des enjeux du groupe Terres du Sud. Cela s’illustre notamment par le projet d’entreprise « Développeur de Terroirs » dont l’objectif est à la fois de répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et d’accompagner les agriculteurs dans les mutations de leur métier et du modèle agricole. Dans cette démarche de structuration et de renforcement de ses activités et après l’ouverture de la plateforme agrifeel.fr il y a 1 an, le groupe TERRES DU SUD déploie un nouveau concept de magasin professionnel agricole : agrifeel CONTACT.

A compter de mars 2022, les 20 magasins professionnels agricoles du groupe porteront les couleurs de la nouvelle enseigne agrifeel CONTACT et parmi eux, 6 magasins - Boé, La Réole, Marmande, Villeneuve-sur-Lot, Tonneins et Nérac - seront progressivement dotés d’une offre élargie agrifeel CONTACT (agro-fournitures, agro-équipements et pièces détachées, irrigation, espace d’information, une gamme élargie et adaptée au territoire, des échanges et conseils d’experts).

agrifeel CONTACT : un nouveau concept agrodistribution

Le concept agrifeel CONTACT - désormais disponible à Boé - comprend l’élargissement de gammes adaptées aux besoins du territoire, une permanence hebdomadaire agroéquipements des experts Delta Sud (spécialistes de l'agroéquipement), des horaires d’ouverture adaptées à la saisonnalité, la mise en place d’actions promotionnelles, et un espace d’informations. Au sein d’une même enseigne sont rassemblées : agro-fournitures, agro-équipements, pièces détachées, irrigation, espace d’échanges et conseils d’experts, favorisant les conditions de travail des exploitants.

« Avec agrifeel CONTACT, l'idée est de créer un véritable lieu de vie pour les agriculteurs. Non seulement en créant un espace dédié où ils peuvent trouver des informations auprès des équipes, se retrouver et échanger entre eux, mais aussi en programmant des animations techniques autour de thèmes de saison qui les intéressent ou avec des démonstrations de matériel par exemple » Julien Laurent - Vice-président groupe Terres du Sud en charge de la branche végétale.

Une stratégie omnicanale au plus près des besoins des exploitations

Le déploiement de cette nouvelle enseigne représente l’aboutissement du concept omnicanal agrifeel. Cette approche réunit tous les points de contact nécessaires pour agir au plus près des agriculteurs et les accompagner face aux mutations de leur secteur.

agrifeel s’adapte aux nouvelles attentes des producteurs afin de renforcer les valeurs de proximité et réactivité qui règne au sein du groupe TERRES DU SUD. agrifeel regroupe :

  • Un service téléphonique avec des téléconseillers accessibles via un numéro unique ;
  • Un pôle logistique pour optimiser le taux de service et le respect des commandes ;
  • agrifeel services, un canal primordial dans la stratégie du groupe qui permet de maintenir le contact avec les agriculteurs. Il est composé d’une équipe terrain d’experts qui se déploie quotidiennement pour satisfaire les besoins des exploitants.
  • Une plateforme web agrifeel.fr, mise en place en 2021, qui apporte des informations accessibles directement en ligne mais aussi la possibilité de réaliser des arbitrages et des achats d’approvisionnement.
  • Et enfin, les enseignes agrifeel CONTACT qui viennent compléter cette offre omnicanale.

Sites internet : agrifeel
www.groupe-terresdusud.fr

fertilisation organique



TERRIAL poursuit son développement sur le marché de la fertilisation organique et entre en négociation exclusive pour le rachat de la société AMENDIS

TERRIAL, filiale d’AVRIL et de SUEZ, annonce ce jour être entrée en négociation exclusive avec les actionnaires d’AMENDIS pour le rachat de cette dernière.

L’opération s’inscrit dans le cadre des priorités stratégiques de TERRIAL et renforcera ses positions d’acteur majeur sur le marché des cultures spécialisées - viticulture, arboriculture, maraîchage notamment - et plus largement sur le secteur de la fertilisation organique.

Fondée en 2003, la société AMENDIS est un acteur reconnu sur le marché de la fertilisation organique pour les cultures spécialisées. La société commercialise environ 50 000 tonnes de fertilisants organiques par an parmi lesquelles 30 000 tonnes sont fabriquées sur son site industriel de Plaintel (22). AMENDIS réalise un chiffre d’affaires d’environ 10M€ et emploie 19 salariés.

Pour Ollivier PEAN, Directeur Général de TERRIAL : « Cette acquisition concrétise notre ambition de faire de TERRIAL le leader national de la fertilisation organique. La capacité industrielle d’AMENDIS, ses sources de matières premières et ses formulations originales et performantes sont tout à fait complémentaires de notre offre. Ensemble, nous allons proposer des débouchés pérennes pour les coproduits d’origines animales, végétales et industrielles grâce au développement de solutions de fertilisation durable pour l’ensemble de nos clients. »

Site internet : www.terrial.fr

point de situation

Conflit en Ukraine



Le groupe Avril, qui intègre dans son périmètre toutes les activités de la transformation des cultures oléo-protéagineuses, depuis la graine jusqu’à l’assiette, est pleinement mobilisé pour garantir l’approvisionnement en huiles alimentaires des ménages français et satisfaire, plus globalement, à la demande ses clients industriels, éleveurs ou consommateurs, conformément à sa mission de nourrir les hommes et les animaux. 

Point de situation sur nos activités 

Les huiles alimentaires :  Avril qui a fait le choix de la Ferme France, avec sa marque Lesieur, en s’approvisionnant exclusivement auprès des agriculteurs français, continuera de produire ses références habituelles (Isio4, Cœur de Tournesol, etc.), toutes étant à base de graines 100% origine France. A ce titre, le Groupe tient à rassurer les consommateurs sur la disponibilité de leur huile préférée dans les rayons des supermarchés.  

Fort de son savoir-faire, de sa connaissance du marché, et de ses liens avec le monde agricole, le Groupe travaille en parallèle à identifier les meilleures alternatives possibles aux huiles d’importation utilisées pour les marques distributeur ou la RHD. Conformément à sa position de leader du marché des huiles alimentaires, il met tout en œuvre pour répondre à la demande alimentaire, et ce quoi qu’il en coûte.

La nutrition animale : l’ensemble du secteur est sévèrement impacté par des hausses considérables des prix des matières premières et des coûts de production, insoutenables pour les filières animales françaises, ainsi que par des ruptures d’approvisionnement de certaines matières essentielles à l’alimentation des animaux. Face à la gravité de la situation pour l’élevage français, Avril et sa marque Sanders se mobilisent auprès des pouvoirs publics pour obtenir la mise en place rapide de mesures réglementaires et financières permettant d’amortir les effets de la crise pour les éleveurs et d’assurer la disponibilité en matières premières compatibles avec les différentes productions animales. 

Les énergies renouvelables : Avril et sa filiale Saipol, qui valorise plus de la moitié de la collecte oléo-protéagineuse française, suivent en continu avec leurs clients et partenaires l’évolution de la situation afin de sécuriser l’ensemble des besoins. Disposant d’une réserve d’oléo-protéagineux destinés à l’usage énergétique, Saipol a d’ores et déjà pris la décision d’orienter toute sa production d’huile de tournesol vers le marché alimentaire afin d’assurer la continuité d’approvisionnement des industriels, et notamment de Lesieur.

Pour Jean-Philippe Puig, directeur général d’Avril : « Les événements actuels interviennent dans un contexte déjà fortement haussier des matières premières agricoles depuis 1 an. Ils nous rappellent l’importance de l’alimentation et le rôle clé des filières françaises dans l’autonomie de nos approvisionnements. Chez Avril, nous y contribuons depuis près de 40 ans, en valorisant les productions agricoles françaises. Nous allons poursuivre avec détermination dans cette voie, parce que c’est ensemble, en développant nos productions agricoles, que nous renforcerons la souveraineté alimentaire, agricole et énergétique du continent européen. C’est une priorité absolue qui nous anime au quotidien, en ligne avec notre raison d’être, Servir la Terre. »