S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°14 - Vendredi 09 avril 2021

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

PAC : la gestion des risques

ne doit pas être sacrifiée




Alors que les consultations s’accélèrent sur le futur Plan Stratégique National (PSN), les producteurs de grandes cultures s’inquiètent du sort que pourrait subir le dispositif d’assurance récolte

Dans un contexte de changement climatique qui frappe de plus en plus durement toutes les exploitations agricoles, la gestion des risques est désormais au cœur des préoccupations des producteurs. Une préoccupation que déclare d’ailleurs partager le ministre de l’Agriculture qui a, à cette fin, confié au député Frédéric Descrozaille un rapport sur la gestion des risques en agriculture.

Toutefois l’AGPB, l’AGPM, la CGB et la FOP constatent que la réalité est toute autre. Elles relèvent que les discussions relatives au PSN n’apportent pas de réponses aux attentes légitimes des producteurs sur la montée en puissance de l’assurance récolte ou le développement d’autres outils de gestion des risques comme les fonds de mutualisation.

L’AGPB, l’AGPM, la CGB et la FOP s’inquiètent de l’absence d’orientations politiques précises et de simulations budgétaires concrètes sur ce sujet pourtant majeur dans le cadre de la mise en œuvre du second pilier de la PAC. Elles y voient le signe que ce n’est clairement pas la priorité !

Pour l’AGPB, l’AGPM, la CGB et la FOP, pareille attitude est d’autant plus déplorable que ces dispositifs sont pourtant un des seuls outils du second pilier de la PAC réellement accessible aux producteurs de grandes cultures pour permettre l’adaptation de leurs exploitations à la nouvelle donne climatique. Elles soulignent que le renforcement de l’assurance récolte, via la mise en place du règlement Omnibus, pourrait permettre d’en assurer un accès plus large pour un coût supplémentaire limité.

C’est pourquoi Éric Thirouin, Président de l’AGPB, Daniel Peyraube, Président de l’AGPM, Franck Sander, Président de la CGB et Arnaud Rousseau, Président de la FOP, tiennent à déclarer que « pour mener à bien la transition agroécologique dans le cadre du changement climatique, les grandes cultures doivent pouvoir bénéficier d’aides aux investissements et d’une gestion des risques efficace. Il est capital que le 2nd pilier de la PAC soit mobilisé pour relever les défis du futur et conforter la résilience des exploitations. C’est un vrai sujet d’actualité et d’avenir qui permet de conforter la résilience des exploitations. Il serait inconcevable que les producteurs de grandes cultures ne puissent en bénéficier. Aussi, face à des risques immédiats et connus, n’attendons pas 2029 et la prochaine PAC pour mettre en place des outils assurantiels efficients ! ».

Agriculture

et changement climatique : déposez votre projet !



Contexte

Les effets du changement climatique se font déjà sentir et vont s’accentuer : les phénomènes de sécheresse seront plus longs et plus intenses, les précipitations localisées plus intenses donnant pouvant donner lieu à des inondations, les zones arrière-littorales se saliniseront progressivement, les submersions marines deviendront plus marquées et plus fréquentes. Globalement les ressources en eau disponibles pour l’agriculture pourront avoir tendance à diminuer. Face à ce constat les exploitations agricoles vont devoir s’adapter. Une des stratégies est d’atténuer leur effet sur la ressource en eau et de façon concomitante améliorer la qualité des sols en faveur de la gestion de l’eau.

Par cet appel à projets qui met en œuvre de manière opérationnelle les conclusions des assises de l'eau au titre de la protection des milieux aquatiques et des ressources en eau, l’agence de l'eau Seine-Normandie souhaite accompagner les structures qui développent des solutions pour une agriculture qui cherche à atténuer l’impact de son activité sur le changement climatique et à s’adapter aux changements déjà à l’œuvre.

Les aides de cet appel à projet ne sont pas cumulables avec les aides octroyées dans le cadre du Plan de relance - Agriculture ou dans le cadre des appels à projets régionaux du PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) des PDRR. Si un projet est éligible à un des appels à projets du Plan de relance – Agriculture ou des PCAE des PDRR, les demandes de financement sont à faire directement dans le cadre ces appels à projets, et il n’y a pas lieu de déposer une demande d’aide à l’agence.

Qui peut proposer un projet ?

  • les exploitations agricoles,
  • les chambres consulaires,
  • les instituts techniques agricoles,
  • les coopératives agricoles,
  • les associations,
  • les collectivités,
  • les entreprises,
  • ...

Quels sont les projets éligibles ?

Les projets recherchés sont ceux  concernant des études, des expérimentations, des formations, des démarches collectives d’apprentissage, certains investissements...
Ils doivent être orientés suivant un des axes suivants :

Axe 1 : Développer des activités agricoles économes en eau et à bas niveau d’intrants
Axe 2 : Maintenir et développer les activités d’élevage à l’herbe
Axe 3 : Améliorer les sols et leur biodiversité
Axe 4 : Construire des stratégies et des outils numérique au service  du suivi des démarches de territoire

Quelles sont les modalités financières?

  • Budget : 5 Millions d'euros pour l'année 2021
  • Financement des actions retenues jusqu'à 80% (taux du programme "Eau & Climat")
  • Les aides de l'agence de l'eau s'inscrivent obligatoirement dans un régime d'aide conforme à l'encadrement communautaire lorsqu’il s’agit de soutien à des activités économiques.

Comment transmettre votre candidature ?

Les dossiers devront être transmis avant le 30 septembre 2021 :

  • sous format électronique ou papier à la direction territoriale de l’agence de l’eau Seine-Normandie dont vous dépendez
  • ET sous format électronique à l’adresse suivante contactDPI.AAPagri@aesn.fr

Le dossier de candidature doit comporter :

  • le formulaire de demande
  • pour une collectivité, la délibération approuvant la demande et son plan de financement,
  • une note de description du projet.

Un autre appel à projet de l’agence de l’eau Seine-Normandie permet de répondre à l’enjeu du changement climatique, en favorisant le développement des cultures à bas niveaux d’intrants listées dans le programme de l’agence (agriculture biologique, herbe, luzerne, etc.) par des investissements de transformation et commercialisation de produits agricoles.

Plus d’informations : http://www.eau-seine-normandie.fr/AAP-BNI