S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques
bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché



25 février 2021

FAITS SAILLANTS

Principalement du fait des plus grosses moissons de blé rentrées par l’Australie, le Kazakhstan et la Russie, les prévisions de production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2020/21 sont relevées de 6 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.216 millions. La consommation globale est rehaussée d’un volume plus ou moins semblable, ce qui laisse le chiffre des stocks mondiaux de céréales identique à celui du GMR précédent, à 611 millions de tonnes, ce qui représente tout de même un recul projeté de 6 millions de tonnes d’une année sur l’autre. En tenant compte des augmentations formulées pour le blé, le maïs, l’orge et le sorgho, les prévisions pour le total des échanges mondiaux de céréales en 2020/21 (juillet-juin) sont majorées de 4 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à un record de 412 millions (394 millions l’année précédente).

La mise à jour de ce mois-ci concernant les perspectives de l’offre et la demande de blé pour 2021/22 n’affiche pas de changement de la production par rapport au mois dernier et reste placée à un record de 790 millions de tonnes, en hausse de 2 % d’une année sur l’autre. Alors que les prévisions de consommation sont relevées du fait d’une hausse de l’affouragement, les perspectives de stocks mondiaux de blé sont rognées d’un mois sur l’autre, mais restent placées à un nouveau pic. Du fait de la concurrence accrue attendue par les autres options de culture, les superficies moissonnées mondiales sous orge en 2021/22 sont jugées tomber à leur plus bas niveau en trois ans. Les perspectives de recettes favorables pourraient faire que les superficies mondiales sous maïs grimpent pour la troisième année consécutive, à un record absolu.

Avec de modestes révisions à la hausse formulées pour la production de soja et les disponibilités étant aiguillées vers la consommation, les prévisions du Conseil concernant les stocks mondiaux de clôture en 2020/21 sont maintenues à 45 millions de tonnes, le deuxième repli annuel successif et un recul de 11 % d’une année sur l’autre. Les inventaires des principaux exportateurs sont jugés stables d’un mois sur l’autre, à 10 millions de tonnes, car une perspective réduite pour les Etats-Unis est compensée par une hausse nominale pour le Brésil. Pour traduire des expéditions supérieures aux attentes jusqu’ici, les perspectives d’échanges sont rehaussées de 1 million de tonnes, à 169 millions, légèrement en deçà du record de l’année précédente.

A 504 millions de tonnes, la production mondiale de riz en 2020/21 est placée en légère hausse d’un mois sur l’autre et devrait atteindre un nouveau pic. Les perspectives de consommation sont maintenues mais, en raison des stocks d’ouverture plus élevés, les inventaires de fin de campagne sont rehaussés d’environ 1 million de tonnes, à 176 millions de tonnes (+2 millions d’une année sur l’autre). La demande mondiale à l’importation en 2021 (janvier-décembre) est estimée à 46 millions de tonnes, un gain de 2 millions d’une année sur l’autre.

Avec un repli de valeurs du maïs et du soja compensé par des prix plus fermes pour le blé et l’orge, l’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) est resté inchangé par rapport au GMR de janvier.

Lire la suite