S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°20 - Vendredi 25 mai 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Anne-Laure Paumier

Weather market … !

Blé

En début de semaine, les discussions sino-américaines et l’espoir d’une fin de la guerre commerciale entre les deux pays a soutenu le marché des matières premières en générale. A l’inverse, l’annulation ce jeudi du somment prévue entre l’US et la Corée du nord a interrompu la hausse des cours sur de nombreux marchés. Toutefois, la semaine aura été marquée par une forte hausse des cours des céréales sur les marchés à termes, essentiellement en raison de conditions climatiques difficiles dans différentes régions du monde. Si la situation semble s’améliorer dans les grandes plaines américaines, le marché de Chicago ne cesse de faire le yoyo et marque de nouvelles étapes à la hausse. Le Canada est également confronté à des températures élevées et un temps trop sec. En Europe, la Pologne et l’Allemagne manquent d’eau, les Balkans et les pays du pourtour de la Mer noire également. En Russie, ce sont les températures trop froides pour la saison dans les régions de blé de printemps qui inquiètent. La production russe pourrait s’établir autour de 75 Mt, soit 10 Mt de moins qu’en 2017 selon le CIC, mais le stock de report étant plus élevés que l’an passé, à ce jour, les prévisions d’exportations de ce pays restent élevées (37Mt).

En France, le marché à terme suit le mouvement et franchit le seuil de 180 €/t sur le contrat septembre.

La hausse des prix liée aux inquiétudes climatiques et aux prises de positions spéculatives sur les marchés à terme prend de surprise les importateurs. Cette semaine, l’Algérie, malgré une bonne récolte nationale, est revenue aux achats pour 675 kt et a dû se résoudre à payer nettement plus que la fois précédente. Cette opération est confirmée en blé français, pour livraison août.

La baisse de l’euro est favorable au blé européen sur la scène internationale. Toutefois, sur la fin de campagne, les chargements ne sont pas légions et l’activité reste malgré tout « atone ». Toujours empêtré dans des problèmes de logistique, le marché français peine à se développer.

A un mois de la moisson, les silos intérieurs ont plus de marchandises que prévu en stock, mais les silos fluviaux et portuaires sont « à sec ». Le transport de proximité fait défaut et il est difficile d’acheminer les grains des silos intérieurs vers les sites fluviaux ou maritimes pour répondre à la demande tant intra-communautaire qu’internationale. Les industriels se sont reportés sur le fluvial autant que possible pour remplacer les trains, mais maintenant la marchandise vient à manquer. Faire une affaire impose d’avoir la solution logistique, ce qui n’est pas toujours aisé et continue à ralentir l’activité.

Pour les affaires en nouvelle récolte, le « weather market » et la hausse des prix sur les marchés à terme limitent dans l’immédiat les intérêts vendeurs qui attendent d’y voir un peu plus clair sur les perspectives de production mondiale.  Si le climat de ce printemps soutient les cours, à date, le bilan de l’offre et de la demande mondiale en blé est loin d’être alarmiste. Le CIC prévoit le stock de report mondial à 258 Mt, soit 35% des besoins, un ratio stock/utilisation qui apparait donc confortable.

En France, les conditions de cultures pour le blé sont très correctes et le potentiel, sans être exceptionnel, est prometteur. Le service de prévisions des productions de la Commission Européen, MARS, estiment pour le moment un bon potentiel pour l’UE et prévoit un rendement moyen pour l’union à 6,19 t/ha en blé et en 5,04 t/ha orge.

Orge

Après les achats conséquents de l’Arabie Saoudite la semaine passée, le marché de l’orge est calme. La Jordanie a reporté son achat. Pour le moment, sur le marché français, les primes sont moins attractives qu’elles n’ont été en rendu portuaire. Les Organismes Stockeurs ont profité de la demande des semaines précédentes pour marquer les prix et gérer une partie de leur dégagement.  La baisse des primes ralentit donc les velléités à la vente.

Maïs

Les évolutions de politiques commerciales des Etats-Unis, mais aussi de l’Argentine qui s’apprêterait à remettre des taxes à l’exportation sur les céréales, génèrent beaucoup d’incertitudes sur le marché du maïs. Par ailleurs, les prévisions de production et consommation mondiales laissent entrevoir un bilan plus serré, avec un stock de report à l’issue de la campagne 2018/19 estimé à 257 Mt par le CIC, soit seulement 24% de la consommation. Ces estimations montrent que les équilibres se fragilisent et expliquent la volatilité des cours du maïs. A Chicago, le cours du « corn », échéance juillet est à son plus haut depuis onze mois.

Le cours du maïs français s’inscrit à la hausse de 2/3 €/t dans le sillage du marché du blé, et de Chicago.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017 165,4  
07/07/2017 167,9  
14/07/2017 164,1  
21/07/2017 163,4  
28/07/2017 164,9  
04/08/2017 159,5  
11/08/2017 159  
18/08/2017 153  
25/08/2017 152  
01/09/2017 152  
08/09/2017 152  
15/09/2017 154,6  
22/09/2017 156,1  
29/09/2017 157,9  
06/10/2017 157,4  
13/10/2017 154,6  
20/10/2017 154,9  
27/10/2017 157,5  
03/11/2017 157,9  
10/11/2017 155,5  
17/11/2017 154  
24/11/2017 155  
01/12/2017 154 161,9
08/12/2017 153,3 159,9
15/12/2017 153 159,6
22/12/2017 153 160
29/12/2017 151,6 161
05/01/2018 152 160,4
12/01/2018 151,5 160,6
19/01/2018 149 157,4
26/01/2018 150,5 157,2
02/02/2018 151 157,9
09/02/2018 154,5 161,1
16/02/2018 155 160,9
23/02/2018 156 162,6
02/03/2018 159,8 167,7
09/03/2018 155,1 164,6
16/03/2018 157 165,1
23/03/2018 156 161,6
30/03/2018 156,5 162,9
06/04/2018 159 165,4
13/04/2018 157,7 164,1
20/04/2018 156,2 162,6
27/04/2018 157,7 164,4
04/05/2018 161,5 169,4
11/05/2018 158 165,9
18/05/2018 158 168,9
25/05/2018 165,4 175,6
01/06/2018    
08/06/2018    
15/06/2018    
22/06/2018    
29/06/2018    
06/07/2018    
13/07/2018    
20/07/2018    
27/07/2018    
03/08/2018    
10/08/2018    
17/08/2018    
24/08/2018    
31/08/2018    
07/09/2018    

Graphe de la semaine

CIC : estimation de l’offre et de la demande mondiales



Au 24 mai 2018

colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

Retour de la demande chinoise pour le soja américain

Depuis le début de la semaine, les cours de soja à Chicago n’ont cessé de gagner du terrain. Le potentiel haussier de cet oléagineux est tiraillé entre, d'un côté, les bonnes nouvelles issues des négociations Chine-Etats-Unis et la baisse de la production de soja en Argentine, et de l'autre, la bonne production au Brésil et la demande chinoise actuellement assez réduite. Après l’annonce en début de semaine d’un accord entre Washington et Pékin, écartant pour l'instant une guerre commerciale qui aurait pu fortement affecter les exportations américaines, le marché du soja a connu un regain de 2,7%. Les discussions entre Washington et Pékin en cours actuellement semblent trouver une issue positive, qui serait susceptible de pousser la Chine à retourner aux achats de produits agricoles et énergétiques états-uniens. C’est un soulagement pour les agriculteurs du Midwest dans la mesure où Pékin avait évoqué en avril la possibilité d'imposer des droits de douane beaucoup plus élevés sur les importations de soja américain.

De plus, des grèves se poursuivent en Amérique du Sud (sur les usines de trituration en Argentine et les routiers au Brésil), ce qui laisse entrevoir une demande plus soutenue sur l’origine US à court terme. En Argentine, le gouvernement pourrait revenir sur sa décision concernant la baisse progressive des taxes à l’exportation de fève face au contexte économique du pays. Une telle décision pourrait accentuer la rétention des farmers et impacter la trituration. Tandis qu’au Brésil, les camionneurs du pays continuent de bloquer les routes pour protester contre la forte hausse des prix du diesel, perturbant ainsi la livraison des marchandises aux ports d’exportation.

Selon Crop Progress, les semis de soja aux Etats-Unis avancent à bon train avec 56 % des surfaces semées contre 50 % l’an dernier à date.

En Europe, l’observatoire des cultures européennes « MARS » a publié son rapport sur l’estimation de rendement pour le colza en Europe de la récolte 2018. L’estimation de la production de colza de l'UE est révisée à la baisse et les rendements passent de 33,3 qx/ ha à 31,9 qx/ha entre avril et mai en raison de conditions météorologiques défavorables aux cultures en Europe centrale (excès de chaleur, déficit hydrique). Des facteurs qui pénalisent la floraison des colzas et contribuent à la fermeté des prix sur Euronext. Par ailleurs, l’analyste UkrAgroConsult projette, de son côté, une récolte de colza 2018 en Ukraine à 2,5 Mt alors que celle de soja atteindrait 3,9 Mt.

Sur Euronext, le prix de la tonne de colza progresse fortement et trouve du soutien dans le marché des huiles malgré le repli du pétrole en raison de la hausse des stocks de brut aux États-Unis. En effet, les stocks ressortent à la hausse, entrainant ainsi le prix de l’or noir sous les 72 $ par baril. Quant aux huiles, elles poursuivent leur hausse dans le sillage de la bonne tenue de l’huile de palme à Kuala Lumpur qui s’affiche désormais à 693 €/t FOB Rotterdam et celle du colza qui franchit la barrière des
700 €/t sur novembre-janvier.

En Ukraine, la récolte de tournesol est estimée en hausse de 5,8 % entre 2017 et 2018, à 14,4 Mt, conséquence d’une hausse des surfaces et des rendements du fait des conditions météorologiques actuellement favorables aux cultures. Dans ce contexte, face à une marge de trituration dégradée, l’huile de tournesol ukrainienne s’effrite et les cours de la graine de tournesol ukrainienne accusent un repli de l’ordre de -23 $/t en l’espace de quelques jours. L’huile de tournesol à Rotterdam  demeure sur ses points bas à 775 $/t sous la pression de l’huile de tournesol ukrainienne qui continue de s’effriter.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017    
07/07/2017 368,5  
14/07/2017 367,5  
21/07/2017 366,5  
28/07/2017 364,25  
04/08/2017 367  
11/08/2017 371,5  
18/08/2017 371  
25/08/2017 370  
01/09/2017 369,5  
08/09/2017 365  
15/09/2017 367,25  
22/09/2017 368  
29/09/2017 369,5  
06/10/2017 370,5  
13/10/2017 370  
20/10/2017 366,5  
27/10/2017 368,5  
03/11/2017 377,25  
10/11/2017 366,5  
17/11/2017 379  
24/11/2017 374,25  
01/12/2017 367,75  
08/12/2017 365,5  
15/12/2017 357  
22/12/2017 353,25  
29/12/2017 347,75  
05/01/2018 357,75 359,5
12/01/2018 352,75 358,75
19/01/2018 342,75 347,75
26/01/2018 341 344,75
02/02/2018 348 346,75
09/02/2018 346,25 346,75
16/02/2018 347,5 347,25
23/02/2018 353,5 350,5
02/03/2018 358,25 354,25
09/03/2018 348,25 346,25
16/03/2018 348,75 346,25
23/03/2018 345,5 345,5
30/03/2018 346,25 346,25
06/04/2018 350,25 350,25
13/04/2018 348,25 348,25
20/04/2018 344,25 344,5
27/04/2018 345,5 345,5
04/05/2018 348,75 348,75
11/05/2018 353,5 353,5
18/05/2018 353 354
25/05/2018 363 351
01/06/2018    
08/06/2018    
15/06/2018    
22/06/2018    
29/06/2018    
06/07/2018    
13/07/2018    
20/07/2018    
27/07/2018    
03/08/2018    
10/08/2018    
17/08/2018    
24/08/2018    
31/08/2018    
07/09/2018    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 165 €/t juin
NR : 175,5 €/t juil./août ; 177,5 €/t oct./déc.
R. Dunkerque : 164,5 €/t juin
NR : 175,5 €/t juil./août ; 177,5 €/t oct./déc.
Base Creil : NR : 172V/171A €/t 5 d'août (Meunier Grand gabarit) ; 170,5V/167,5A €/t Fourrager
R. La Pallice : NR : 176,5 €/t juil./août ; 178 €/t oct./déc.
Fob Moselle : 164 €/t mai/juin
NR : 171,5 €/t juil./août ; 174 €/t oct./déc.

Orge

R. Rouen : 
NR : 172,5 juil./août ; 172,5 €/t oct./déc.
CD Dunkerque : NR : 174,5 €/t août/déc.
Fob Moselle : 158 €/t juin
NR : 164 €/t oct./déc.
CD. Haut de France : 158 €/t juin

Maïs

R. La Pallice / Bordeaux : 158 €/t juin ; 158 €/t juil./sept.
NR : 167 €/t oct./déc. ; 168 €/t janv./juin
Fob Rhin : 169 €/t juin ; 170 €/t juil./sept.
NR : 167 €/t oct. ; 173,5 €/t janv./juin
TD. Beauce : 153 €/t juil./sept.
NR : 166 €/t oct./déc. ; 166 €/t janv./mars
CD. Beauce : 154 €/t juil./sept.
 

Oléagineux


Colza

Rouen : 346,00 €/t mai/juin (var. +7,00 €/t)
NR : 348 €/t juil./août
Moselle :  363,00 €/t mai/juin (var. +4,25 €/t)
NR : 351 €/t juil./août

Tournesol

St-Nazaire : 320,00 €/t juil./août (var. 0,00 €/t)
Bordeaux : 320,00 €/t mai/juin (var. +5,00 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 814 $/t juin (var. +14,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 873 $/t juin (var. +88,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 760 $/t juin (var. -25 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 670 $/t juin (var. +30,0 $/t)

Tourteaux

Colza - France (Anvers/Gand) : 221 €/t août
Colza - France (Le Mériot) : 235 €/t août/oct.
Colza - France (Rhin) : 210 €/t août/oct.
Colza - France (Montoir) : 262 €/t juillet
Colza - France (Grand Couronne) : 256 €/t juin
Tournesol - Départ Montoir : 271 €/t avril
Soja 48% Brésil - Départ Montoir : 395 €/t août
Soja 48% Brésil - Départ Sète : 403 €/t août
Soja 48% Brésil - Départ Gand : 393 €/t août

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 69,36 $/baril (var. -2,3 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,17 $ (var. -0,01)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 24 mai variation*
Blé tendre, septembre 180,50 6,25
Maïs, juin 169,50 2,50
Colza, août 363,00 9,00
Huile de Colza, juin 718,50 0,00
Tourteaux de Colza, septembre 212,00 -13,00

 

CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 24 mai variation*
Blé tendre, juillet 167,95 13,06
Maïs, juillet 137,18 5,33
Soja, juillet 328,05 18,20
Huile Soja, juillet 602,65 24,60
Tourteaux de Soja, juillet 358,53 8,13

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 24 mai variation*
Canola, juillet 357,02 5,03

* les variations sont calculées par rapport à la cotation de la semaine précédente

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-22/05
Cumul France
01/07-22/05
Blé tendre 18 024 331 7 028 177
Farine BT (val. prod.) 654 758 137 264
Blé dur 825 267 288 394
Orge 5 025 261 2 200 918
Maïs 1 175 359 98 690

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-22/05
Cumul France
01/07-22/05
Blé tendre 3 616 727 3 405
Farine BT (équiv. grain) 33 441 7 860
Blé dur 1 279 959 40 229
Maïs 15 401 265 5 185
Sorgho 333 232 7

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

172 515 t ont été chargées et déchargées
du 17 avril au 23 mai 2018, dont :

Exportations : 169 747 t

  • Tourteaux gluten de blé : 2 000 t (Norvège)
  • Orge fourragère : 43 712 t (Arabie Saoudite : 41 150 t ;
    Canaries : 2 562 t)
  • Blé tendre : 50 441 t (Algérie : 30 589 t ; Portugal : 6 352 t ;
    Cameroun : 5 000 t ; Gabon : 8 500 t)
  • Pulpe de betterave : 21 995 t (Arabie Saoudite)
  • Blé dur : 35 530 t (Italie)
  • Blé fourrager : 14 469 t (Canaries : 3 469 t ; Irlande : 11 000 t)
  • Malt : 1 600 t (Cameroun)

Importations : 2 768 t

  • Pois fourrager : 2 768 t (Royaume-Uni)

 



La Pallice

75 343 t ont été chargées
du 17 au 24 mai 2018, dont :

  • Maïs vrac : 11 203 t (Allemagne : 2 450 t ; France : 6 000 t ;
    Angleterre : 2 753 t)
  • Blé vrac : 52 640 t (Angleterre : 2 700 t ; Sénégal : 37 500 t ;
    Portugal : 12 440 t)
  • Céréales mixtes : 11 500 t (Portugal)