S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques

Rapport USDA

Fondamentaux – Chiffres repères



Rapports USDA (WASDE, WMT, WAP)
du 9 février 2021

Par rapport au mois dernier –Tout en portant les importations chinoises de maïs au niveau record de 24 Mt, l’USDA constate que les prix très élevés de la céréale sur le marché chinois incitent à une utilisation accrue d’autres grains : orge et sorgho, mais aussi blé (dont les usages hors alimentation humaine atteindraient le record de 30 Mt) et riz. Ces utilisations inhabituelles de blé sont alimentées par des ventes records de stocks intérieurs et par l’importation (10 Mt, au plus haut depuis plus de 25 ans), notamment depuis la France, premier fournisseur sur la première partie de campagne. Le différentiel de prix entre céréales importées, rendues Chine, et céréales domestiques (qui peut atteindre 40 % à 60 %), reste une puissante incitation à l’importation. Les Etats-Unis devraient réaliser un record d’expéditions de maïs vers la Chine (près de 18 Mt vendues ou expédiées à fin janvier). La baisse des exportations de produits et coproduis du maïs (amidon, CGF, édulcorants, etc) au départ de la Chine conforte l’analyse selon laquelle la reconstitution en cours du cheptel porcin est, via l’alimentation animale, la principale explication au niveau actuel de la demande. Les exportations argentines de blé sont abaissées, en raison du moindre volume de récolte mais aussi de mouvements sociaux qui, en perturbant les chargements portuaires dans la fenêtre de tir optimale, compliquent la réalisation du programme de campagne.

Télécharger le rapport