S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°29 - Vendredi 10 août 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Anne-Laure Paumier

Le cours des céréales françaises progresse de 20 à 25 €/t depuis le 20 juillet

Blé

Depuis le 20 juillet, date de notre dernière parution, le cours du blé français rendu Rouen a progressé de 26,25€/t. Sur le marché à terme, le cours du blé a franchi la barre des 200 € pour rapidement s’envoler et traiter au plus haut à 219.50 €/t en cours de séance le mardi 7 août. Sur le marché physique, les primes se sont également appréciées de 1 à 3 €/t en rendu portuaire, voire plus pour certaines parités sur le marché intérieur.

Au fur et à mesure que la moisson avance dans les principaux pays producteurs de l’hémisphère nord, les prévisions de production baissent, notamment chez les principaux exportateurs. Début juillet, dans son rapport de l’offre de demande mondiale, l’USDA projetait déjà des stocks de report tendu chez les principaux exportateurs compte tenu des productions en baisse et de la demande attendue (cf. journal du 13/7). Du fait du climat adverse dans de nombreuses régions du monde, les prévisions de productions se rétrécissent à nouveau et le marché s’envole. Si la demande en alimentation animale peut se réduire au profit d’autres matières premières, la demande en alimentation humaine, elle, est inélastique. Entre baisse de production et dégâts sur la qualité des blés en Russie, mais aussi en Europe du Nord, les disponibilités en blé meunier inquiètent les acheteurs.

Ces derniers, notamment l’Egypte et l’Algérie, se sont positionnés aux achats tout au long des trois semaines, payant chaque fois plus cher que leur précédente affaire.

Le Conseil International des Céréales a ajusté ses prévisions de production le 26 juillet, estimant la production mondiale à 721 Mt soit 16 Mt de moins que ses estimations de début juillet (758 Mt l’an dernier). La production européenne est attendue à 131,2 Mt selon le CIC. Stratégie grains, dans son rapport du 9/8 l’estime à 127.7 Mt, soit 14 Mt de moins que l’an passé. Dans la série des chiffres, les opérateurs sont surtout très en attente des prévisions de l’USDA à paraitre ce vendredi.   

Dans ce contexte de forte baisse de la production européenne, le blé français ira-t-il vers l’export Pays-Tiers ou restera-t-il en Europe pour palier à la baisse des disponibilités en fourrage pour les animaux ? A ce jour, les prix des différentes origines montrent que le blé français, pour le moment, est trop cher pour se placer sur le marché mondial en sus de son marché captif. Mais l’orientation des flux des marchandises dépendra aussi fortement de la production européenne et mondiale de maïs.

Maïs

Depuis le 20 juillet, date de notre dernière parution, le cours du maïs français de la récolte à venir a augmenté de 18,50 €/t en rendu portuaire sur la façade atlantique et de 24 €/t sur le Rhin. Tiré par le marché du blé tendre et animé par des craintes concernant la production européenne, le marché monte, mais peu d’affaires se réalisent.  A quelques semaines du démarrage des récoltes dans l’hémisphère nord, l’équilibre du marché mondial est encore difficile à percevoir.

Aux Etats-Unis, principal producteur et fournisseur mondial, les cultures sont en bon état et prometteuses. Les opérateurs s’attendent à ce que l’USDA retiennent un rendement moyen supérieur à celui du mois dernier dans le rapport qui sera publié ce vendredi 10/8 en fin de journée. Le prix du maïs américain, s’il a également progressé ces dernières semaines dans le sillage des céréales à paille, reste l’une des céréales les plus compétitives attirant ainsi l’essentiel de la demande mondiale.

En Ukraine : après une longue période de temps sec et chaud, les pluies et températures plus fraîches permettent maintenant d’espérer une belle production dans ce pays, à 27-28 Mt selon différentes sources. Ce qui laisserait des disponibilités exportables de l’ordre de 20 Mt. Elles seront vraisemblablement captées par l’Union Européenne qui devrait malheureusement accroitre son déficit de maïs cette année et devrait donc enchaîner une nouvelle année d’importations records.

En Europe, la sécheresse et les températures caniculaires de cette fin juillet/début aout pénalisent le développement des cultures de maïs. Sont principalement touchés la France, l’Allemagne et la Pologne. En Europe du sud-est (Bulgarie et Roumanie) l’arrivée de pluies depuis mi-juillet est bénéfique et l’on s’attend, pour le moment à un bonne récolte, comme en Hongrie et en Croatie.

En France, le Ministère de l’Agriculture (Cf. Note de conjoncture Agreste) prévoit un potentiel de rendement en forte baisse par rapport à 2017 : 90,3 q/ha contre 101 q/ha et une production de maïs-grain (y compris semences) à 13,1 million de tonnes. Mais au regard de la sécheresse ces estimations paraissent à ce jour optimistes. En situation irriguée, dans la plupart des cas, les potentiels sont sauvegardés. Par contre, la sécheresse impact significativement les potentiels de rendements, en situation non irriguée. Dans de nombreuses régions françaises, on entérine déjà une baisse de rendement par rapport à l’an dernier.

La sécheresse a également un impact important sur l’ensemble des fourrages disponibles pour l’élevage. La baisse de rendement attendue sur les maïs fourrage va conduire les éleveurs à ensiler des surfaces initialement prévues en maïs grain pour couvrir les besoins de leurs animaux. On s’attend à un basculement conséquent à l’échelle nationale car toutes les régions sont concernées.

Dans ce contexte, le marché à terme du maïs a traité au plus haut à 198 €/t le mardi 7 août. Ce jeudi, les températures ont chutées et les prix du maïs ont fait de même, perdant en séance 3,5 €/t.

Orge

Le bilan mondial de l’orge s’avère également tendu. Depuis déjà des mois les orges européennes trouvent preneurs sans difficultés sur le marché mondial. Avec une réduction supplémentaire de la production européenne, attendue à 57 Mt selon Stratégie Grains, le cours de l’orge s’affiche maintenant au même niveau, voire supérieur, au blé tendre.

Les chargements à destination de la Chine se sont accélérés. On note cette semaine plus de 170 kt chargées dans les ports français. Depuis début juillet 430 kt d’orge ont été expédiées depuis la France vers ce pays. 

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017 165.4  
07/07/2017 167,9  
14/07/2017 164,1  
21/07/2017 163,4  
28/07/2017 164,9  
04/08/2017 159,5  
11/08/2017 159  
18/08/2017 153  
25/08/2017 152  
01/09/2017 152  
08/09/2017 152  
15/09/2017 154,6  
22/09/2017 156,1  
29/09/2017 157,9  
06/10/2017 157,4  
13/10/2017 154,6  
20/10/2017 154,9  
27/10/2017 157,5  
03/11/2017 157,9  
10/11/2017 155,5  
17/11/2017 154  
24/11/2017 155  
01/12/2017 154 161,9
08/12/2017 153,3 159,9
15/12/2017 153 159,6
22/12/2017 153 160
29/12/2017 151,6 161
05/01/2018 152 160,4
12/01/2018 151,5 160,6
19/01/2018 149 157,4
26/01/2018 150,5 157,2
02/02/2018 151 157,9
09/02/2018 154,5 161,1
16/02/2018 155 160,9
23/02/2018 156 162,6
02/03/2018 159,8 167,7
09/03/2018 155,1 164,6
16/03/2018 157 165,1
23/03/2018 156 161,6
30/03/2018 156,5 162,9
06/04/2018 159 165,4
13/04/2018 157,7 164,1
20/04/2018 156,2 162,6
27/04/2018 157,7 164,4
04/05/2018 161,5 169,4
11/05/2018 158 165,9
18/05/2018 158 168,9
25/05/2018 165,4 175,6
01/06/2018 168,5 177
08/06/2018 167,5 178,0
15/06/2018 170 177
22/06/2018   172
29/06/2018   171
06/07/2018   185
13/07/2018   182
20/07/2018   189,5
27/07/2018   198,5
03/08/2018   216
10/08/2018   213,5
17/08/2018    
24/08/2018    
31/08/2018    
07/09/2018    

Graphe de la semaine

Cours du blé sur le marché mondial



 

colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

Raffermissement généralisé des prix du soja et du colza sur les marchés

La hausse des cours des oléagineux s’est accélérée, durant ces trois dernières semaines, en raison de nombreux facteurs. Le feuilleton de la guerre commerciale sino-américain s’est étiolé, laissant les facteurs climatiques mener la danse sur les marchés des oléagineux en Europe.

Face à la hausse des tarifs douaniers chinois sur les produits américains dont le soja, les Etats-Unis ont décidé d’apporter une aide de 12 milliards de dollars afin de soutenir les agriculteurs américains impactés par les tensions commerciales. Rappelons que malgré ces tensions, la Chine a des besoins importants et a fait des acquisitions de soja US avant la hausse des tarifs douaniers par la Chine. Les origines US retrouvent grâce auprès des acheteurs internationaux autres que la Chine en étant très compétitives en comparaison des origines brésiliennes. A titre illustratif, en fin juillet 2018, le cours du soja au départ du Brésil s’élevait à 398 $/t selon la Commission européenne, contre 339 $/t au départ des Etats-Unis. Malgré cette reprise des ventes à l’exportation qui restent en-dessous des attentes, les opérateurs espèrent le retour de la Chine aux achats en soja américain.  

Les cours de soja sur le marché à terme de Chicago ont évolué dans le vert ces dernières semaines en raison des conditions de cultures aux Etats-Unis, jugées sèches et malgré l’annonce de l’administration Trump sur la possibilité de taxer à hauteur de 25% au lieu de 10% les taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. En représailles, le gouvernement chinois a réagi avec l’annonce de nouvelles taxes à l’importation de 5 à 25% sur 60 milliards de produits US.

Le colza a connu une hausse fulgurante de 20% en ces quelques semaines. La récolte en Europe s’est confirmée décevante et s’inscrit cette année sous les 20 Mt. Les rendements au sein de l’Union européenne sont désormais estimés à 2,89 t/ha par la Commission européenne contre 3,29 t/ha l’an passé. En Allemagne, l’Association des coopératives allemandes a estimé la récolte nationale de colza 2018 au 1er août à seulement 3,3 Mt, contre 3,7 Mt précédemment. Cette baisse de la production observée pourrait avoir raison des stocks accumulées pour la campagne 2017/2018 qui s’épuisent à grande vitesse. Les perspectives de baisse de la production en France et en EU ont permis au colza européen de s’apprécier sur l’échéance rapproché du marché européen à 384 €/t.

En Australie, la sécheresse sévit également, et la production de canola souffre actuellement. Le potentiel du canola est aussi mis en doute au Canada car même si les surfaces sont élevées, le déficit hydrique reste présent sur une bonne partie des zones de production du pays. Face à cette situation préoccupante de l’Europe, les importations de canola devraient s’intensifier dans les prochains mois afin de répondre à un bilan européen déficitaire. L’écart de prix entre le colza Euronext et le canola Winnipeg reste particulièrement élevé sur les échéances rapprochées.

Le marché du tournesol est animé par la météo dans la région de la Mer Noire. Après un début de cycle dans le sec en Ukraine, des nombreuses pluies se sont abattues sur le pays et ont permis au tournesol de regagner de la vigueur. Une situation qui devient bénéfique pour les cultures et permet aussi de rattraper la baisse initialement estimé du potentiel de rendement. Ces pluies abondantes combinées à des températures chaudes pourraient conduire le pays à produire entre 14 et 15 Mt selon les analystes locaux. Dans ce contexte, les prix de la graine se sont fortement repliés.

C’est le calme plat en France avec des prix du tournesol qui parviennent à rester stables et à profiter du soutien du colza.

Concernant l’huile de palme, cette dernière retrouve des couleurs après plusieurs semaines en raison d’une forte demande soutenue à l’export. Les exportations malaisiennes ont progressé de 5,6%, notamment l’Union européenne qui reste la destination privilégiée, ce qui a permis d’évoluer en hausse ces dernières semaines.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017    
07/07/2017 368,5  
14/07/2017 367,5  
21/07/2017 366,5  
28/07/2017 364,25  
04/08/2017 367  
11/08/2017 371,5  
18/08/2017 371  
25/08/2017 370  
01/09/2017 369,5  
08/09/2017 365  
15/09/2017 367,25  
22/09/2017 368  
29/09/2017 369,5  
06/10/2017 370,5  
13/10/2017 370  
20/10/2017 366,5  
27/10/2017 368,5  
03/11/2017 377,25  
10/11/2017 366,5  
17/11/2017 379  
24/11/2017 374,25  
01/12/2017 367,75  
08/12/2017 365,5  
15/12/2017 357  
22/12/2017 353,25  
29/12/2017 347,75  
05/01/2018 357,75 359,5
12/01/2018 352,75 358,75
19/01/2018 342,75 347,75
26/01/2018 341 344,75
02/02/2018 348 346,75
09/02/2018 346,25 346,75
16/02/2018 347,5 347,25
23/02/2018 353,5 350,5
02/03/2018 358,25 354,25
09/03/2018 348,25 346,25
16/03/2018 348,75 346,25
23/03/2018 345,5 345,5
30/03/2018 346,25 346,25
06/04/2018 350,25 350,25
13/04/2018 348,25 348,25
20/04/2018 344,25 344,5
27/04/2018 345,5 345,5
04/05/2018 348,75 348,75
11/05/2018 353,5 353,5
18/05/2018 353 354
25/05/2018 363 351
01/06/2018 359,75 360,75
08/06/2018   351,75
15/06/2018   350,75
22/06/2018   352,25
29/06/2018   358,5
06/07/2018   359.75
13/07/2018   357.75
20/07/2018   358.5
27/07/2018   351,25
03/08/2018   366,5
10/08/2018   371
17/08/2018    
24/08/2018    
31/08/2018    
07/09/2018    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 213,5 €/t sept./déc.
R. La Pallice : 211,5 €/t sept./déc. ; 209 €/t janv./mars
R. Bretagne : 216A/218V €/t sept./déc.
Fob Moselle : 203 €/t août ; 207 €/t sept.déc. ;
207 €/t janv./mars

Blé dur

R. La Pallice : 230A €/t sept./déc.

Orge

R. Rouen : 211 €/t août. ; 213A/214V €/t sept./déc.
Fob Moselle : 208,5 €/t sept./déc.
R. Bretagne : 213 €/t sept./déc.
R. La Pallice : 213 €/t sept./déc.

Maïs

R. La Pallice/Bordeaux :
NR : 185 €/t oct./nov. ; 186 €/t janv./mars
Fob Rhin :
NR : 190 €/t oct./nov. ; 195 €/t janv./mars
R. Bretagne : 198 €/t août/sept.
NR : 201N €/t oct./nov.
TD Beauce : NR : 191 €/t oct./nov.
CD Départ Beauce : NR : 188 €/t oct./nov.

Oléagineux


Colza

Rendu Rouen : 371,00 €/t août/sept. (var. +23,50 €/t) ;
Fob Moselle :  379,00 €/t août/sept. (+20,25 €/t)

Tournesol

Rendu Saint-Nazaire : 325 €/t août (var. 0,00 €/t)
Rendu Bordeaux : 325 €/t août (var. 0,00 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 854 $/t août (var. +18,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 680 $/t août (var. -94,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 750 $/t août (var. 0,0 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 573 $/t août (var. -7,0 $/t)

Tourteaux

Colza - Départ Rouen : 266 €/t août
Colza - Départ Gand : 244 €/t août
Tournesol - Départ Montoir : 275 €/t août
Soja 48% Brésil - Départ Gand : 365 €/t août

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 67,03 $/baril (var. -2,7 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,16 $ (var. -0,0)

Variations entre le 20/7 et le 10/8

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 10 août variation*
Blé tendre, septembre 211,00 23,00
Maïs, août 191,00 18,50
Colza, août 382,75 22,25
Huile de Colza, septembre 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, septembre 225,00 5,50

 

10 août
(cotations converties en €/t)   variation*
Blé tendre, septembre 179,95 20,24
Maïs, septembre 126,12 6,92
Soja, septembre 284,67 14,78
Huile Soja, septembre 545,66 14,84
Tourteaux de Soja, septembre 318,06 6,95

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 20 juillet variation*
Canola, novembre 338,26 16,63

* Variations entre le 20/7 et le 10/8

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-5/08
Cumul France
01/07-5/08
Blé tendre 1 175 157 588 966
Farine BT (val. prod.) 49 665 4 704
Blé dur 8 104 7 684
Orge 497 127 325 196
Maïs 19 364 7 877

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-5/08
Cumul France
01/07-5/08
Blé tendre 222 285 324
Farine BT (équiv. grain) 3 717 824
Blé dur 21 522 10
Maïs 1 278 106 539
Sorgho 4 150 1

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

554 520 t ont été chargées et déchargées
du 19 juillet 2018 au 8 août 2018, dont :

Exportations : 230 955 t

  • Blé tendre : 361 030 t (Algérie : 306 245 t ; Royaume-Uni : 25 882 t ;
    Gabon : 12 000 t ; Irlande : 12 233 t ; Canaries : 4 670 t)
  • Pois fourrager : 2 012 t (Norvège)
  • Pulpe de betterave : 14 150 t (Arabie Saoudite : 11 000 t ;
    Royaume-Uni : 3 150 t)
  • Pois Alimentation humaine : 3 300 t (Norvège)
  • Malt : 13 400 t (Brésil : 10 000t ; Cameroun : 3 400 t)
  • Orge fourragère : 155 728 t (Chine)
  • Orge brassicole : 1 750 t (Belgique)

Importations : 3 150 t

  • Blé dur : 3 150 t (France)

 


 


La Pallice

255 850 t ont été chargées
du 19 juillet 2018 au 9 août 2018, dont :

  • Blé vrac : 97 350 t (France : 11 000 t ; Angola : 34 500 t ;
    Angleterre : 3 000 t ; Algérie : 30 750 t ; Portugal : 18 000 t)
  • Maïs vrac : 13 900 t (Angleterre : 7 900 t ; France : 6 000 t)
  • Orge vrac : 85 900 t (Chine : 59 000 t ; Belgique : 6 300 t ; Algérie : 20 600 t)
  • Céréales mixtes vrac : 58 700 t (Angleterre : 3 500 t ; France : 46 600 t ; Guadeloupe : 8 600 t)